Soutien à Vladimir Poutine : dans la tête des électeurs russes

Une famille russe devant une urne électorale, samedi 16 mars 2024.
Une famille russe devant une urne électorale, samedi 16 mars 2024. Tous droits réservés Dmitri Lovetsky/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Dmitri Lovetsky/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

La grande majorité des électeurs russes votera en faveur de Vladimir Poutine. La faute à la propagande du Kremlin ? Témoignages d'électeurs et décryptage avec un sociologue.

PUBLICITÉ

Même s'il est toujours difficile pour un électeur russe d'exprimer publiquement son opinion, par crainte de représailles ou par manque d'information, la télévision tchèque est allée demander à des Russes de donner leur avis sur le scrutin présidentiel qui devrait se conclure ce dimanche par une ré-élection triomphante de Vladimir Poutine.

Première observation, les jeunes gens rencontrés par nos confrères sont souvent assez dithyrambiques vis-à-vis du chef du Kremlin. Exemple avec ces deux témoignages. 

Pavel Kipriyanov, acteur indépendant : "Si nous parlons en général de la voie choisie par mon pays et mon gouvernement, eh bien, je la comprends parfaitement, je l'accepte, sauf pour certaines choses qui ne me conviennent peut-être pas. Mais d’une manière générale, je suis satisfait de la direction de mon pays et je la trouve formidable."

Milena Shikina, étudiante, épouse de Pavel : "Eh bien, il me semble que c'est depuis l'effondrement de l'Union soviétique dans les années 90, lorsque le pays n'était pas au mieux de sa forme et était dans un assez grand déclin. Et puis Poutine est arrivé et la façon dont vit notre pays aujourd’hui. Je pense que c'est un bon résultat."

Pour ce sociologue russe, beaucoup de facteurs expliquent ce comportement. Mais concernant les jeunes, Lev Gudkov pense qu'ils "ont perdu la compréhension de l'époque soviétique. Ils n’en ont aucune expérience et n’ont rien à comparer. Ils ont été élevés, pourrait-on dire, sous Poutine, ils ne connaissent rien d’autre."

Question de génération donc ? Tout n'est pas aussi simple. Parmi les milliers d'électeurs qui ont décidé de quitter la Russie ces deux dernières années, beaucoup étaient de jeunes hommes, bien décidés à fuir le régime et la conscription pour aller se battre en Ukraine. Mais, proportionnellement, beaucoup n'ont pas pu partir tandis que d'autres n'ont pas souhaité quitter leur patrie. Par choix. De là voter malgré tout pour Vladimir Poutine ?

Signe des fractures dans la société russe, le père de Milena, lui, assume son opposition au régime de Moscou. Mais Artur Shikin, entrepreneur en construction, a dû fuir la Russie et se réfugier en Géorgie. Son avis est tranché. "Il y a 150 millions de personnes, ils ne peuvent pas s'y opposer ? C'est comme avec Staline : on disait que Staline était responsable de tout. Mais en même temps, un tiers de la population emprisonnait un autre tiers de la population et les gardait dans les prisons, tout cela était fait par des gens."

Concernant les électeurs plus âgés, Lev Gudkov, a aussi une explication. "Sous Poutine", explique Lev Gudkov, "l'idée du futur a disparu. Les gens n’ont pas d’image de l’avenir et, par conséquent, il n’existe pas de lignes directrices pour le développement. C’est, en un sens, tout ce que la propagande peut dire : préserver le présent."

Une chose est à peu près sûre : des enquêtes sociologiques récentes ont montré que la majorité des citoyens russes étaient fidèles à Vladimir Poutine, avec un soutien d'environ 70% contre 20% pour l'opposition. Et les deux tiers de cette même population acceptent sans réserve les informations diffusées par la télévision d’État et les médias pro-Kremlin. Par conviction ou par abnégation ?

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En Russie, deuxième jour de vote, vers un nouveau sacre de Vladimir Poutine

Russie : plusieurs incidents ont emmaillé le premier jour de l'élection présidentielle

Russie : un retraité dénonce à travers des dessins la politique du Kremlin