PUBLICITÉ

Joe Biden qualifie d'"erreur" l'approche de Netanyahou dans la guerre contre le Hamas

Les corps des personnes tuées lors du bombardement israélien de la bande de Gaza à l'hôpital al Aqsa à Deir el-Balah, dans la bande de Gaza, le mardi 9 avril 2024.
Les corps des personnes tuées lors du bombardement israélien de la bande de Gaza à l'hôpital al Aqsa à Deir el-Balah, dans la bande de Gaza, le mardi 9 avril 2024. Tous droits réservés Abdel Kareem Hana/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Abdel Kareem Hana/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

"Ce qu'il fait est une erreur. Je ne suis pas d'accord avec son approche", a déclaré le président américain à propos de la conduite de la guerre par le Premier ministre israélien, alors qu'un désastre humanitaire est en cours à Gaza.

PUBLICITÉ

Le président américain s'est exprimé mardi lors d'une interview à la chaîne hispanophone Univision. "Ce qu'il fait est une erreur. Je ne suis pas d'accord avec son approche", a déclaré Joe Biden à propos de la politique du Premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou, en réponse à une question sur la conduite de la guerre par Israël, entrée dans son septième mois.

Il s’agit des commentaires parmi les plus sévères du président américain à l’encontre du dirigeant israélien. Les critiques de Washington à l'égard de son allié israélien s'accentuent en raison de l'aggravation de la crise humanitaire dans la bande de Gaza, de l'offensive attendue d'Israël dans la ville de Rafah et de la récente attaque israélienne contre un convoi humanitaire, qui a tué sept travailleurs humanitaires, pour la plupart des étrangers.

M. Biden a déclaré qu'Israël devrait accepter un cessez-le-feu, acheminer davantage d'aide humanitaire dans la bande de Gaza assiégée pour les six à huit prochaines semaines et permettre aux pays de la région de contribuer à la distribution de l'aide. "Cela devrait être fait maintenant", a-t-il déclaré, alors des négociations visant à établir un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas se déroulent au Caire cette semaine.

La guerre a commencé le 7 octobre lorsque des militants du Hamas ont pris d'assaut le sud d'Israël, tuant quelque 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et prenant environ 250 personnes en otage.

Poursuite des bombardements

Une frappe aérienne israélienne a touché une maison dans le centre de Gaza mardi soir, tuant au moins 11 personnes, dont sept femmes et enfants, selon des responsables hospitaliers.

Après la frappe dans la ville de Zawaida, toute proche de Deir el-Balah au centre de l'enclave palestinienne, les responsables de l'hôpital ont constaté la mort de cinq enfants et deux femmes.

Cette frappe a eu lieu alors que l'armée israélienne a retiré ses forces de la ville méridionale de Khan Younès cette semaine, mettant ainsi fin à un assaut terrestre de plusieurs mois qui a laissé de grandes parties de la ville en ruines. Les frappes aériennes se sont néanmoins poursuivies ces derniers jours, notamment à Rafah, la ville la plus méridionale de Gaza, où Israël prévoit de lancer son prochain assaut terrestre.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Nicaragua accuse l'Allemagne de "complicité" dans les crimes à Gaza

À Gaza, 1,1 million de personnes menacées de famine, selon le PAM

Gaza : l'armée israélienne annonce avoir rouvert le point de passage de Kerem Shalom