L'isolement pendant la pandémie pourrait avoir fait reculer la productivité de 40 ans

Photo d'archives
Photo d'archives Tous droits réservés Lefteris Pitarakis/AP
Par Indrabati Lahiri
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Selon l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l'impact des fermetures d'écoles sur l'éducation des enfants pendant la pandémie de COVID-19 pourrait avoir retardé de 40 ans les chances d'une augmentation de la croissance économique mondiale.

PUBLICITÉ

Cette sombre prédiction a été avancée par l'OCDE dans son rapport intérimaire de février 2024 sur les perspectives économiques : "Renforcer les fondements de la croissance".

Le rapport intérimaire examine les perspectives économiques mondiales et les prévisions d'inflation pour 2024, ainsi que les risques géopolitiques actuels tels que les perturbations du commerce dues au conflit de la mer Rouge.

L'impact de l'isolement sur l'éducation des enfants pourrait ralentir la croissance

Le rapport révèle une chute sans précédent des résultats des tests de mathématiques et de lecture chez les jeunes de 15 ans entre 2018 et 2022, années de la pandémie, en citant le rapport mondial PISA (Performance for International Student Assessment) de l'OCDE pour 2023.

Selon l'OCDE, cette baisse des résultats pourrait avoir des répercussions négatives sur la productivité mondiale, la diffusion des connaissances et l'innovation pendant 30 à 40 ans, en raison de l'impact de la baisse des résultats dans l'enseignement secondaire et, à terme, sur les possibilités d'études supérieures et d'emploi.

Selon le rapport, ces résultats peuvent être principalement attribués à la mise en place de l'apprentissage en ligne par de nombreuses écoles pendant la pandémie. Les enfants issus de milieux économiquement plus défavorisés n'auraient pas bénéficié des avantages de l'apprentissage en ligne comme les autres élèves, en raison d'un manque de ressources.

Ces inconvénients vont du manque d'accès à Internet ou aux ordinateurs, à l'absence d'espace d'étude, et même au manque de soutien de la part des enseignants et des pairs, entre autres. Les fermetures d'écoles ayant duré des années dans certains pays, un certain nombre d'étudiants ont également constaté un impact sur leur santé mentale, qui s'est également répercuté sur leur vie académique.

Selon le député conservateur britannique Duncan Smith, cité par This Is Money : "Beaucoup d'entre nous savaient ce qui allait se passer. Le fait que des enfants soient exclus de l'école est un désastre".

Les réformes de l'éducation sont la voie à suivre

Toutefois, les résultats des tests ont également mis en évidence certaines failles importantes dans plusieurs systèmes éducatifs qui existaient bien avant la pandémie, et montrent clairement la nécessité de procéder à des changements.

Il faut notamment relever le niveau de qualification des enseignants et améliorer la qualité de l'enseignement. Les écoles et les enfants défavorisés doivent bénéficier d'un soutien accru sous la forme de ressources plus efficaces et de meilleure qualité, selon le rapport.

En outre, pour les étudiants plus âgés et ceux qui reviennent aux études, ainsi que pour les étudiants actuels, il est nécessaire d'offrir davantage de choix en matière d'apprentissage tout au long de la vie, de cours axés sur les compétences et de formation professionnelle, qui devraient idéalement être adaptés aux exigences actuelles du marché.

L'inflation devrait diminuer davantage au cours des deux prochaines années

Selon l'OCDE, la majorité des pays du G20 devraient retrouver une inflation proche ou conforme aux objectifs d'ici la fin de l'année prochaine. Pour 2024, l'inflation globale des pays du G20 devrait se situer autour de 6,6 %, l'inflation sous-jacente s'établissant en moyenne à 2,5 %.

En 2025, l'inflation globale des économies du G20 devrait être d'environ 3,8 %, l'inflation de base étant ramenée à 2,1 %.

Les banques centrales et les instituts économiques devraient toutefois continuer à adopter une approche prudente et à surveiller les données en continu. La Banque d'Angleterre a choisi de maintenir ses taux d'intérêt à 5,25 % lors de sa réunion de février, afin d'être absolument sûre que les facteurs d'inflation sont sous contrôle avant de prendre des mesures d'assouplissement monétaire.

Le rapport souligne : "La politique monétaire doit rester prudente pour s'assurer que les pressions inflationnistes sous-jacentes sont durablement contenues. Les taux directeurs nominaux pourront être abaissés si l'inflation continue de se tasser, ce qui devrait se produire aux États-Unis et dans la zone euro d'ici les deuxième et troisième trimestres de 2024 respectivement, mais l'orientation de la politique monétaire devrait encore rester restrictive pendant un certain temps".

Les perturbations en mer Rouge aggravent les retards dans les transports maritimes et augmentent les coûts

L'OCDE estime qu'en 2022, environ 15 % des volumes du commerce maritime mondial ont transité par la mer Rouge. Les attaques des Houthis en mer Rouge ne montrant pas de signes d'apaisement, les coûts de transport maritime ont augmenté rapidement pour un certain nombre d'entreprises.

Cela est principalement dû au fait que plusieurs compagnies telles que Hapag Lloyd, Maersk et Mediterranean Shipping Company (MSC) ont annoncé qu'elles interrompraient les transits par la mer Rouge en raison du danger croissant d'attaques contre les navires commerciaux.

De nombreuses compagnies doivent dorénavant contourner le continent africain, en passant par le Cap de Bonne Espérance, et voient la durée de leurs voyages augmenter de 30 à 50 %. Cela a surtout des répercussions sur les itinéraires et les horaires des échanges commerciaux entre l'Asie et l'Europe.

Cette situation a suscité des inquiétudes quant à la capacité de transport maritime à l'échelle mondiale. Plusieurs entreprises ont passé des commandes supplémentaires de porte-conteneurs à la sortie de la pandémie, et l'on peut espérer que cela contribuera à combler le déficit d'approvisionnement et à réduire les coûts.

PUBLICITÉ

Les coûts de transport peuvent avoir un impact considérable sur l'inflation mondiale. Plusieurs détaillants européens, tels que Tesco, Primark, Next et Marks and Spencer, ont averti que la crise en mer Rouge pourrait entraîner des hausses de prix, ainsi que l'indisponibilité de certains produits.

L'OCDE estime ainsi que si les frais de transport continuent à augmenter, l'inflation annuelle des prix à l'importation pourrait connaître une hausse d'environ 5 %. L'inflation des prix à la consommation pourrait alors augmenter d'environ 0,4 % en l'espace d'un an.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Attaques des Houthis en mer Rouge : l'UE prévoit une mission navale

Inondations, sécheresse, hausse des prix : que nous réserve El Niño pour 2024 ?

Inflation, croissance, emploi : quelles perspectives économiques pour l'UE ?