Art Paris 2023 s'impose en "the place to be" pour le monde de l'art

Art Paris 2023 s'impose en "the place to be" pour le monde de l'art
Tous droits réservés euronews
Par Frédéric Ponsard
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Jusqu'à dimanche, le Grand Palais éphémère accueille la 25ème édition d'Art Paris, foire incontournable de l'art contemporain mondial. Des galeries françaises et internationales exposent une création en prise avec les défis universels actuels.

PUBLICITÉ

Art Paris fête cette année ses 25 ans et s'est définitivement installé sur la carte des événements incontournables de la création contemporaine et du marché de l'art. Plus de 130 galeries françaises, européennes et internationales se donnent rendez-vous sous le dôme du Grand Palais éphémère, au pied de la Tour Eiffel.

Pour le directeur d'Art Paris Guillaume Piens, le temps de la reconnaissance publique et professionnelle est venue. "On vit un tournant historique où des galeries étrangères de grand renom viennent s'installer à Paris : avant, c'était Londres, maintenant, c'est Paris : "Paris is the place to be" et c'est vrai que c'est un autre moteur dans ce succès," fait-il remarquer.

"Art Paris est une foire qui est ouverte à tous les publics," poursuit-il. "Elle met aussi en avant la scène française puisqu'il y a 60% d'exposants français, il y a également de nombreuses galeries étrangères - on en a 40% - et qui viennent de très loin, pour certaines," précise-t-il.

Raconter l'identité et l'exil

La ministre française de la Culture Rima Abdul Malak est venue inaugurer cette manifestation qui dépasse le cadre national. Elle a notamment rendu visite à la galerie Saleh Barakat de Beyrouth dont l'un des artistes Anas Albraehe, Syrien réfugié au Liban, fait partie du parcours "Exil : dépossession et résistance" organisé par la commissaire Amanda Abi Khalil.

Euronews
La galerie Saleh Barakat de Beyrouth expose le travail d'Anas Albraehe, Syrien réfugié au LibanEuronews

"Où est-ce que l'on se place pour parler de l'exil, quelle est notre identité, quelle est notre couleur, quel est notre sexe, quel est notre positionnement ?" interpelle Amanda Abi Khalil"C'est ce regard critique-là que j'ai aimé apporter avec des artistes français, des artistes qui vivent en France, mais aussi de nombreux artistes qui viennent de partir de Birmanie, de Cuba, du Brésil et de Palestine," indique-t-elle.

"Répondre aux réalités d'aujourd'hui"

Des galeries venues de 25 pays et des artistes du monde entier sont donc présents pour cette édition qui a gagné en ampleur par rapport aux années précédentes.

Second commissaire invité pour cette édition, Marc Donnadieu a posé un regard sur la scène artistique française en se questionnant sur les liens entre l'art et l'engagement.

"Il me semblait important pour le public d'Art Paris, de montrer comment les artistes pouvaient répondre aux réalités d'aujourd'hui, du monde qui nous entoure et sur lequel il y a une nécessité de s'engager," affirme Marc Donnadieu.

Une jeune et prometteuse galerie turque

Parmi les nouveaux venus, la jeune et prometteuse "The Pill", première galerie turque présente à Art Paris. Deux de ses artistes ont été retenues par les deux commissaires invités.

Euronews
La galerie "The Pill" expose pour la première fois à Art ParisEuronews

La fondatrice de la galerie, Suela J. Cennet, creuse le sillon d'un art décomplexé et engagé. "La galerie a un programme qui s'articule autour des questions du déplacement, de la dépossession, de l'identité féministe, de la question du corps, de son emprisonnement ou de son empowerment - comme on dit en anglais -, les questions de la violence, de sa représentation, de l'archive, de l'histoire, de l'empreinte," énumère Suela J. Cennet. "C'est aussi une galerie qui porte une génération, un groupe d'artistes qui sont amis, qui se parlent, qui se connaissent," explique-t-elle.

La 25ème édition d'Art Paris est à découvrir au Grand Palais éphémère jusqu'au dimanche 2 avril 2023.

Journaliste • Frédéric Ponsard

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Art Paris 2022, un écrin dédié à l'art... et l'écologie

Art Paris 2024 : La diversité de la scène artistique française et ses jeunes talents à l'honneur

Andrey Gugnin remporte le premier prix de 150 000 € au concours international Classic Piano 2024