PUBLICITÉ

Saatchi Gallery de Londres : l'humanité et ses paradoxes en photos

Saatchi Gallery de Londres : l'humanité et ses paradoxes en photos
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Damon Embling
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Dans l'exposition "Civilization: The Way We Live Now", la Saatchi Gallery de Londres met à l'honneur des photographes qui explorent les grandes réussites de l'humanité, mais aussi ses pires échecs, du changement climatique à son esprit de communauté.

PUBLICITÉ

La Saatchi Gallery de Londres accueille jusqu'au 17 septembre 23, une nouvelle exposition dédiée à la photo qui dénoue les fils visuels de notre civilisation mondiale pour révéler les grandes réussites collectives de l'humanité et ses échecs désastreux.

"Civilization: The Way We Live Now" réunit les clichés de 150 photographes internationaux qui ont braqué leur objectif sur la complexité et les contradictions de la vie sur notre planète.

"Je considère les photographes comme les yeux de la civilisation," précise William A. Ewing, co-curateur de l'exposition. "Aucune civilisation n'a jamais eu ce point de vue total et il y a des photographes partout, qui travaillent sur tout," renchérit-il.

L'humain face au changement climatique

Olaf Otto Becker, originaire d'Allemagne, se concentre sur l'environnement et le changement climatique, comme dans sa photo immortalisant des touristes sur une calotte glaciaire du Groenland.

"Chaque jour, environ 500 touristes viennent sur place pour comprendre le réchauffement climatique, mais ils ne le sentent pas, ils ne le voient pas," fait remarquer Olaf Otto Becker. "C'est donc le problème du réchauffement climatique, nous avons besoin de l'aide des scientifiques," souligne-t-il.

Damon Embling
Le cliché d'Olaf Otto Becker au Groenland où des touristes se prennent en photo sur une calotte glaciaireDamon Embling

Unis dans la peine

Les extraordinaires files d'attente pour se recueillir devant le cercueil de la reine Élisabeth II à Londres l'an dernier ont frappé la photographe américano-britannique Johanna Urschel. Pour donner une idée de l'échelle, elle a intégré des points de repère de la ville en arrière-plan.

"250 000 personnes se sont rassemblées pour participer à cet événement, elles ont fait la queue sur une distance de 16 km," rappelle la photographe. "Les gens veulent être ensemble : c'est une question de communauté," estime-t-elle.

Damon Embling
Johanna Urschel (de dos, à gauche) devant l'un de ses clichés des files d'attente dans Londres à l'occasion de l'hommage à Elizabeth IIDamon Embling

Exploration de l'espace et de l'avenir

Le photographe allemand Michael Najjar lui s'avoue accro à l'espace. Il a même participé à une formation d'astronaute.

À la Saatchi Gallery, ses œuvres explorent notre avenir, au-delà de la planète Terre. "Je pense que nous avons assisté à une transformation massive dans le domaine de l'exploration spatiale au cours des dix dernières années," indique Michael Najjar. "En tant qu'artiste, j'ai été très intéressé par la manière dont ces nouvelles technologies, ces nouveaux moyens d'accès à l'espace, ont un impact sur notre vie sur Terre et sur notre vie future sur d'autres lunes et d'autres planètes," explique-t-il.

Damon Embling
Le photographe allemand Michael Najjar, passionné d'espaceDamon Embling

De nouvelles œuvres ont été ajoutées pour cette édition londonienne de l'exposition, qui a fait l'objet d'une tournée internationale.

"C'est très intéressant," déclare Lily Waterton, de la Saatchi Gallery, "que cette exposition nous invite à réfléchir sur nos relations aux autres aujourd'hui, mais aussi aux possibilités qui s'offriront à l'humanité dans les cent prochaines années."

Journaliste • Damon Embling

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les rêves de Christo et d'une série de sculptrices prennent vie à la Saatchi Gallery de Londres

Qui est Miriam Margolyes, célébrité en couverture de Vogue et "trésor national" britannique ?

District culturel de Saadiyat : l'un des plus grands centres culturels prêt pour 2025