EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Un oligarque russe accuse Sotheby's de lui avoir soutiré des millions pour des oeuvres d'art

Le milliardaire russe Dmitry Rybolovlev poursuit Sotheby's pour avoir prétendument aidé à lui soutirer des dizaines de millions sur des œuvres d'art qu'il avait achetées.
Le milliardaire russe Dmitry Rybolovlev poursuit Sotheby's pour avoir prétendument aidé à lui soutirer des dizaines de millions sur des œuvres d'art qu'il avait achetées. Tous droits réservés Lionel Cironneau/AP Photo
Tous droits réservés Lionel Cironneau/AP Photo
Par Anca Ulea avec AP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Le milliardaire russe Dmitry Rybolovlev, propriétaire du club de football AS Monaco, poursuit la maison de vente aux enchères Sotheby's pour avoir aidé un marchand d'art à lui soutirer des dizaines de millions d'euros.

PUBLICITÉ

Un milliardaire russe poursuit Sotheby's, affirmant que la maison de vente aux enchères a aidé un marchand d'art à lui vendre plusieurs œuvres pour des dizaines de millions d'euros de plus que leur véritable valeur.

L'oligarque russe Dmitry Rybolovlev - qui, selon Forbes, possède un patrimoine net de 6,4 milliards de dollars (5,8 milliards d'euros) - a déposé une plainte auprès d'un tribunal new-yorkais contre la maison de vente aux enchères britannique, vieille de 280 ans, dernier épisode en date d'une longue bataille juridique qui a secoué le monde de l'art.

Dans son exposé introductif devant le tribunal fédéral de Manhattan, Sara Shudofsky, avocate de Sotheby's, a déclaré au jury que l'oligarque "essayait de faire payer une partie innocente pour ce que quelqu'un d'autre lui a fait subir".

Sara Shudofsky avance que le magnat des engrais potassiques, un homme d'affaires avisé qui a dirigé des entreprises très prospères, avait "de bonnes raisons d'être en colère contre lui-même" après avoir dépensé des centaines de millions de dollars pour acheter des chefs-d'œuvre de l'art sans prendre "les mesures les plus élémentaires" pour se protéger d'un courtier qui l'avait escroqué.

"Sotheby's ne savait rien de ces mensonges", ajoute l'avocat. "Sotheby's n'était pas au courant et n'a pas participé à la moindre malversation".

L'avocat de Dmitry Rybolovlev, Daniel Kornstein, a insisté sur le fait qu'un cadre de Sotheby's basé à Londres faisait partie d'un groupe de cadres impliqués dans une fraude massive.

"En participant à cette fraude, Sotheby's a gagné beaucoup d'argent", déclare Daniel Kornstein. "Sotheby's avait le choix, mais elle a choisi la cupidité".

Une collection d'art de classe mondiale

Selon les documents du tribunal, l'oligarque russe a dépensé environ 2 milliards de dollars (1,8 milliard d'euros) en 12 ans pour acquérir une collection d'art de classe mondiale, qui comprenait des chefs-d'œuvre de Léonard de Vinci, Gustav Klimt, Auguste Rodin et Amedeo Modigliani.

Le procès indique que l'équipe de Dmitry Rybolovlev a découvert par la suite que le marchand d'art suisse qui l'avait conseillé pour l'achat des œuvres, Yves Bouvier, les avait "trompés en achetant lui-même les œuvres à un certain prix et en leur facturant un autre prix - des millions ou des dizaines de millions de dollars plus élevé".

Yves Bouvier prétendait pouvoir faire économiser de l'argent à l'oligarque en se chargeant des négociations pour les œuvres d'art en échange d'une commission de 2 %, a déclaré Daniel Kornstein au tribunal.

Dmitry Rybolovlev a déjà poursuivi Bouvier lui-même à Hong Kong, New York, Singapour et en Suisse, affirmant qu'il avait payé plus d'un milliard de dollars (913 millions d'euros) en trop pour 38 œuvres d'art à cause de ce stratagème. Le marchand d'art a nié ces accusations et les deux parties ont discrètement réglé leur différend à l'amiable à la fin de l'année dernière.

Yves Bouvier n'est pas défendeur dans le procès de Manhattan.

Ce nouveau procès allègue que Sotheby's a aidé et encouragé le courtier en art suisse en gonflant les évaluations de 16 des œuvres achetées par Dmitry Rybolovlev, dont le "Salvator Mundi" de Léonard de Vinci, qui est devenu par la suite l'œuvre d'art la plus chère jamais vendue.

L'une des oeuvres que l'oligarque affirme avoir payé trop cher est le "Salvator Mundi" de Léonard de Vinci, qui est devenu par la suite le tableau le plus cher jamais vendu.
L'une des oeuvres que l'oligarque affirme avoir payé trop cher est le "Salvator Mundi" de Léonard de Vinci, qui est devenu par la suite le tableau le plus cher jamais vendu.Kirsty Wigglesworth/AP Photo

L'année dernière, un juge d'un tribunal de district américain a décidé que la maison de vente aux enchères devait faire face à des plaintes pour fraude concernant quatre des œuvres qu'elle avait contribué à vendre à Dmitry Rybolovlev : le "Salvator Mundi", la sculpture "Tête" de Modigliani, le chef-d'œuvre "Wasserschlangen II" de Klimt et "Le Domaine d'Arnheim" de René Magritte, datant de 1962.

L'oligarque russe a acheté le "Salvator Mundi" de Da Vinci en 2013 pour 127,5 millions de dollars, un prix dont Bouvier lui a dit qu'il avait été convenu après d'âpres négociations avec un vendeur anonyme, selon des documents judiciaires.

PUBLICITÉ

Cependant, le procès affirme que "ces négociations n'ont jamais eu lieu" et que le tableau valait en réalité environ 90 millions de dollars (82 millions d'euros) lorsque Dmitry Rybolovlev l'a acheté. Le procès affirme également que Sotheby's a gonflé l'évaluation du tableau dans des communications officielles pour justifier la forte majoration de Bouvier.

Quatre ans plus tard, l'homme d'affaires a vendu le "Salvator Mundi" pour 450 millions de dollars (411 millions d'euros) au prince héritier saoudien Mohammed bin Salman, lors d'une vente aux enchères organisée par Christie's à New York. La localisation du tableau est désormais un mystère, et son authenticité a été remise en question par de nombreux experts en art ces dernières années.

Dmitry Rybolovlev, 57 ans, propriétaire du club de football AS Monaco et de l'île grecque de Skorpios, devrait témoigner devant le tribunal au cours de la procédure.

Son avocat, Me Daniel Kornstein, affirme qu'au total, Yves Bouvier a empoché 164 millions de dollars (150 millions d'euros) grâce à ses "majorations secrètes" et 6,4 millions de dollars (5,8 millions d'euros) en percevant sa commission de 2 %.

PUBLICITÉ

L'avocat a demandé aux jurés d'examiner des documents, notamment des courriels, qui "ne mentent pas" et qui prouveraient que les dirigeants de la maison de vente aux enchères savaient ce qui se passait. Il les a exhortés à ignorer ce qu'il a préemptivement décrit comme des "contes de fées" de la part des témoins de Sotheby's.

"Mon client attend le procès avec impatience. Pour la première fois, toutes les preuves seront présentées. Pour la première fois en neuf ans, Dmitry Rybolovlev s'exprimera publiquement et fournira un compte rendu détaillé de la vérité sur cette affaire. Le procès peut apporter un autre avantage important : il peut montrer au monde comment le marché de l'art fonctionne parfois ; il peut mettre en garde d'autres collectionneurs et amateurs d'art pour qu'ils se protègent".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une étude d'IA suggère qu'une peinture de Raphaël n'a pas entièrement été créée par lui

La "Femme à la montre"de Picasso, un chef-d'œuvre adjugé près de 130 millions d'euros

Un squelette composite de T-Rex vendu près de 5,6 millions d'euros