Violences sexuelles dans le monde du cinéma : Judith Godrèche plaide pour une commission d'enquête

L'actrice française Judith Godrèche.
L'actrice française Judith Godrèche. Tous droits réservés Michel Euler/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Michel Euler/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Devant une commission du Sénat français, l'actrice Judith Godrèche a demandé jeudi l'ouverture d'une commission d'enquête parlementaire sur les violences sexuelles et sexistes dans le milieu du cinéma.

PUBLICITÉ

Devenue en quelques semaines le porte-voix de la lutte contre les violences sexuelles dans le monde du cinéma français, l'actrice Judith Godrèche a été auditionnée jeudi par la délégation au droit des femmes du Sénat.

Après son discours remarqué lors de la cérémonie des Césars où elle avait invité la "curieuse" famille du cinéma français à "regarder la vérité en face", l'actrice est remontée au créneau et de demander la protection des jeunes actrices des violences sexuelles.

"Je me permets de vous demander de constituer une commission d'enquête sur les violences sexuelles et sexistes dans le milieu du cinéma", a-t-elle déclaré celle qui décrit le 7e art comme "une famille où on ne peut pas dénoncer, où on ne sait pas à qui parler".

Judith Godrèche a récemment brisé la loi du silence lorsqu'elle a porté plainte contre les cinéastes Benoît Jacquot et Jacques Doillon pour des faits remontant à son adolescence. Des faits niés par les deux mis en cause.

Pour que les actes qu'elle dit avoir subi cessent, Judith Godrèche a détaillé des propositions concrètes : "il faut qu'il y ait tout un système de protection mis en place et qu'on arrête de faire semblant de ne pas savoir" et de demander que soit imposé _"__un référent neutre sur les tournages avec un mineur". Objectif :_ne "jamais laisser seul un enfant sur un tournage", en renforçant les contrôles lors des castings notamment.

Durant son audition, Judith Godrèche a ciblé Dominique Boutonnat, le président du Centre national de cinématographie (CNC) et demandé son "retrait". Ce dernier, reconduit dans ses fonctions en 2022 avait été mis en cause dans une affaire en cours d'agression sexuelle sur son filleul de 21 ans, des accusations qu'il conteste.

L'actrice a souhaité étendre son combat à l'ensemble des enfants victimes. "Cette famille incestueuse du cinéma n'est que le reflet de toutes ces familles" touchées par ces violences. Elle dit avoir reçu sur l'adresse électronique qu'elle a ouverte plus de 4 500 témoignages.

Le jour de la cérémonie des Césars, la ministre de la culture Rachida Dati avait dénoncé dans la presse l'"aveuglement collectif" de la profession.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Césars 2024 : le triomphe de Justine Triet, le cri de Judith Godrèche

Céline Dion : "Je ne sais pas, c'est mon corps qui me le dira".

"The Tortured Poets Department", le nouvel album de Taylor Swift : verdict d'Euronews Culture