This content is not available in your region

La Pologne face aux défis de l'abandon du charbon

euronews_icons_loading
COP26
COP26   -   Tous droits réservés  euronews
Par Magdalena Chodownik

La Silésie, dans le sud-ouest de la Pologne, veut passer du noir au vert. La région, ainsi que le pays, dépendent pour l'instant de l'industrie du charbon. Mais la volonté de changement est là. Reste que la fermeture des mines et l'abandon de ce type d'énergie fossile constituent un défi majeur. Et "transition écologique" ne signifie pas seulement "transformation énergétique", mais aussi industrielle.

Piotr Kuczera, maire de Rybnik, dans le sud de la Pologne près de la frontière tchèque, œuvre depuis des années pour faire évoluer sa ville, mais il réclame de l'aide.

"Nous avons divisé nos activités en trois parties : la première, l'éducation, puis le processus de subvention, et enfin l'application de sanctions, qui résultent, entre autres, d'une résolution contre les fumées. Aujourd'hui, nous attendrons certainement des fonds européens et gouvernementaux qu'ils soient inclus dans ce processus de transformation économique. Le gouvernement local ne sera pas en mesure de le gérer seul", explique le maire de la ville.

La Pologne brûle 87 % du charbon des ménages de l'UE

L'an dernier, l'extraction de la houille (roche carbonée sédimentaire correspondant à une qualité spécifique de charbon) en Pologne s'est élevée à 54,4 millions de tonnes, et les ventes à 53 millions de tonnes.

Le secteur du chauffage consomme environ 26 millions de tonnes de charbon, dont la moitié pour les ménages. La Pologne brûle 87 % du charbon utilisé par les ménages dans l'Union européenne.

Henrietta a 72 ans. Retraitée, seule souffrante, elle souhaite vivre dans un environnement sain. Pour l'instant, elle utilise le charbon comme moyen de chauffage mais elle a déjà contracté un prêt pour changer son installation comme l'imposent les nouvelles "règles vertes" de la politique de transition.

"J'ai besoin de 533 euros pour tout payer et ce moyen de chauffage devient de plus en plus cher chaque jour. Ca coûte plus de 1000 zlotys la tonne, soit 222 euros et j'ai besoin d'une tonne par mois. Alors si je dois payer les médicaments et les prêts, ma retraite n'est pas suffisante", explique-t-elle.

Et pour beaucoup de Polonais, le changement est hors de portée.

Craintes d'une crise énergétique

Sortir du charbon trop vite pourrait causer une crise énergétique. C'est l'avis de Rafał Jedwabny, représentant du syndicat Solidarnosc pour les mineurs. "J'ai peur que cet hiver puisse déjà montrer qu'en fait, la Pologne sans charbon n'a pas vraiment d'alternatives pour le moment. Il est déjà certain que cette crise va se produire. La Pologne n'est pas préparée à des changements aussi drastiques de son système énergétique. Aujourd'hui, les prix du gaz montrent que les Polonais n'auront tout simplement pas les moyens d'acheter de l'énergie", explique-il.

Il semble que malgré les changements mis en œuvre, la région et le pays ne sont pas encore prêts à fermer les mines. Le vice-ministre du Climat, Ireneusz Zyska, promet que la transition verte en Pologne se passera bien, mais reconnaît les défis à relever pour assurer la stabilité énergétique du pays sans charbon.

"Je suis optimiste quant à la transition, quant au chemin sur lequel nous nous dirigeons, même si nous devrons peut-être accepter en partie l'énergie basée sur le charbon, en utilisant des technologies avancées, afin de ne pas émettre de polluants dans l'environnement. Jusqu'à ce que la Pologne remodèle son système basé sur l'énergie nucléaire, et en grande partie sur le gaz, comme combustible de transition nous devrons utiliser la production d'électricité conventionnelle basée sur le charbon", dit-il.

L'année dernière, les mines polonaises ont réduit leur activité, produisant environ 7,2 millions de tonnes de charbon. C'est moins que l'année précédente. Et les ventes de cette matière première ont diminué d'environ 5,4 millions de tonnes. La production a diminué de près de 12 %, et les ventes de plus de 9 %.

Mais malgré ces baisses, l'industrie du charbon occupe une position stable en Pologne et génère des emplois pour de nombreux Polonais qui y travaillent encore et qui, surtout dans la région de Silésie, n'ont pas encore suffisamment d'alternatives.