PUBLICITÉ

Keto, paléo, végan : quel régime est le plus efficace pour réduire votre empreinte carbone ?

Quelle est l'empreinte carbone de l'alimentation ?
Quelle est l'empreinte carbone de l'alimentation ? Tous droits réservés Canva
Tous droits réservés Canva
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Une nouvelle étude montre que nos régimes alimentaires ont des effets très divers sur le climat, l'un d'entre eux étant presque quatre fois plus polluant que le végétalisme.

PUBLICITÉ

Une étude inédite a comparé l'empreinte carbone de six des régimes alimentaires les plus courants.

Il est bien connu qu'environ un tiers des émissions de gaz à effet de serre provient du système alimentaire, et que la production de viande bovine est l'un des principaux responsables - elle en émet environ 10 fois plus que la viande de poulet.

Mais si la charge environnementale des différentes denrées alimentaires fait l'objet de nombreuses discussions, la comparaison des différents régimes alimentaires, composés d'une grande variété d'aliments, a fait l'objet de moins de recherches.

"Le changement climatique est sans doute l'un des problèmes les plus urgents de notre époque, et de nombreuses personnes souhaitent adopter un régime alimentaire à base de plantes", constate le professeur Diego Rose, auteur principal de l'étude de l'université de Tulane, qui a également évalué la qualité nutritionnelle de différents régimes alimentaires.

Le directeur du programme de nutrition de l'école de santé publique et de médecine tropicale de l'université de Tulane explique aussi que "cela permettrait de réduire l'empreinte écologique et serait généralement sain". Mais la recherche montre également "qu'il est possible d'améliorer sa santé et son empreinte sans renoncer totalement à la viande".

Étant donné que de nombreuses personnes changeront de régime alimentaire au cours de leur vie - ou devront s'éloigner du végétalisme pour des raisons de santé - il est intéressant de voir que nos régimes alimentaires ont chacun un impact différent sur le climat.

Quel régime alimentaire a le plus grand impact sur le climat ?

Il n'est pas difficile de savoir quel type de consommation alimentaire est le meilleur pour la planète. Un régime végan ou végétalien, qui consiste à ne pas manger d'aliments dérivés d'animaux, ne génère que 0,7kg de dioxyde de carbone pour 1000 calories consommées.

Le régime keto (cétogène), qui consiste à manger beaucoup de graisses et peu de glucides, se révèle être le moins durable, générant près de 3kg de CO2 pour 1000 calories consommées.

C'est plus de quatre fois plus qu'un régime végétalien.

Le régime paléo, qui exclut les céréales et les haricots au profit de la viande, des fruits à coque et des légumes, a reçu la deuxième note la plus basse en matière de qualité de l'alimentation et son empreinte carbone est également élevée, avec 2,6kg de CO2 pour 1000 calories consommées.

"Nous soupçonnions ces régimes d'avoir des effets négatifs sur le climat parce qu'ils sont centrés sur la viande, mais personne n'avait vraiment comparé tous ces régimes - qui sont choisis par les individus et non prescrits par des experts", dit Diego Rose.

S'appuyant sur les données de plus de 16 000 régimes alimentaires d'adultes recueillies dans le cadre de l'enquête nationale sur la santé et la nutrition (National Health and Nutrition Examination Survey) du CDC, l'étude a classé le végétarisme et pescétarisme comme les meilleurs régimes après le végétalisme.

Il ne reste plus que le régime omnivore, qui consiste à manger à la fois des aliments d'origine animale et végétale, auquel adhèrent 86% des participants à l'enquête. Il se situe pile au milieu du peloton en termes de qualité et de durabilité, rapporte SciDaily.

Si un tiers des personnes ayant un régime omnivore adoptait un régime végétarien, cela équivaudrait à éliminer 547 millions de kilomètres parcourus par des voitures.

D'après les résultats de l'enquête, si un tiers des omnivores adoptait un régime végétarien, cela équivaudrait à supprimer près de 550 millions de kilomètres parcourus par des voitures.

Dans le cadre des régimes omnivores, l'étude note également que lorsque les personnes affinent leur alimentation en adoptant le régime méditerranéen, qui privilégie les légumes, et le régime DASH, qui limite la consommation de viande, l'empreinte carbone et les scores de qualité nutritionnelle s'améliorent tous deux.

Ainsi, même sans renoncer à la viande, il existe des moyens significatifs d'atténuer l'impact sur l'environnement.

"Je pense que la prochaine question est de savoir comment les différentes politiques pourraient affecter les résultats et comment elles pourraient nous faire évoluer vers des régimes plus sains et plus respectueux de l'environnement", estime Diego Rose.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un rapport de l'ONU préconise le flexitarisme pour lutter contre le changement climatique

Climat : le réchauffement mondial atteindra 1,5°C dès 2030-2035, selon le GIEC

Fact-Checking : l'Union européenne va-t-elle nous obliger à manger des insectes ?