"Une sévère blessure" : le lac de Garde n'est rempli qu'à un tiers

A drone image shows San Biagio island, affected by drought in Lake Garda, near Lido di Manerba, Italy, February 21, 2023.
A drone image shows San Biagio island, affected by drought in Lake Garda, near Lido di Manerba, Italy, February 21, 2023. Tous droits réservés Reuters
Tous droits réservés Reuters
Par Charlotte Elton avec Reuters, AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les niveaux de stockage d'eau dans certaines régions d'Italie sont inférieurs à la moitié de leurs niveaux normaux. L'hiver a été très sec, notamment dans les Alpes. Le célèbre lac de Garde n'est rempli qu'à un tiers. L'Italie s'apprête à vivre une deuxième année consécutive de sécheresse.

PUBLICITÉ

Les niveaux de stockage d'eau dans certaines régions d'Italie sont inférieurs à la moitié de leurs niveaux normaux, avertissent des experts. Après un hiver peu pluvieux et de maigres chutes de neige dans les Alpes, l'Italie s'apprête à vivre une deuxième année consécutive de grave sécheresse.

Les réservoirs et les lacs sont à des niveaux extrêmement bas, ce qui menace la production agricole. "Les conséquences d'une sécheresse aussi longue sont visibles pour tous", avertit Ramona Magno, chercheuse à l'Institut de bioéconomie du Conseil national de la recherche.

"Les grands lacs sont bien en dessous de leur niveau saisonnier moyen, en particulier le lac de Garde qui a atteint son niveau le plus bas avec environ 38 % de sa capacité. {...} Sur l'ensemble du cours du Pô, le débit d'eau est inférieur à celui de l'année dernière à la même période."

Dans certaines parties de la Lombardie, les niveaux de stockage d'eau sont inférieurs à la moitié de ce qu'ils sont normalement à cette époque de l'année, a déclaré Attilio Fontana, président de la région.

Quelle a été l'ampleur de la sécheresse en Italie en 2022 ?

L'année dernière, l'Italie a connu sa pire sécheresse depuis 70 ans. Le Pô, le plus long fleuve du pays, s'est transformé en une longue étendue de sable. Un hiver anormalement sec n'a guère soulagé les agriculteurs. Le lac de Garde a atteint son niveau hivernal le plus bas depuis plus de 30 ans, révélant un chemin sablonneux jusqu'à l'île isolée de San Biago. En février, la ligne de flottaison du lac était inférieure d'environ 65 cm à la moyenne pour cette période de l'année.

La longue période de sécheresse a des effets dévastateurs sur les cultures du pays. Coldiretti, la principale association italienne d'agriculteurs, a déclaré que le secteur avait perdu quelque 6 milliards d'euros l'année dernière et a prédit que 300 000 entreprises perdraient encore plus si la sécheresse ne cessait pas.

Antonio Calanni/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
La péninsule de Sirmione sur le lac de Garde, le 12 août 2022.Antonio Calanni/Copyright 2022 The AP. All rights reserved

Les bateliers ressentent également les effets de la sécheresse alors que le débit de la rivière ralentit et que les eaux deviennent peu profondes. La navigation pour les grands bateaux deviendra impossible si les précipitations n'arrivent pas rapidement.

Quelle sera l'ampleur de la sécheresse en Italie cette année ?

La sécheresse extrême touche déjà 6 % des villes de Lombardie et du Piémont, 19 d'entre elles connaissant le niveau de pénurie le plus élevé, a déclaré Utilitalia, une fédération d'entreprises de services publics. Certaines villes ont déjà commencé à recevoir del'eau potable par camion citerne.

Au début du mois d'avril, le niveau du Pô a atteint son plus bas niveau saisonnier depuis 30 ans, avec des débits inférieurs d'un tiers à la moyenne, selon l'autorité du bassin du Pô. Les Alpes environnantes ont connu un hiver exceptionnellement sec et chaud et ne disposent donc pas des réserves de neige qui auraient normalement alimenté le fleuve à la fin du printemps et en été.

Selon l'agence du climat et de l'environnement de la province de Bolzano, l'enneigement est actuellement inférieur de 75 % à la moyenne saisonnière sur dix ans. Les lacs alpins de la province stockent en moyenne 100 millions de litres d'eau, mais le niveau actuel atteint à peine 42 millions de litres.

Ces conditions météorologiques exceptionnellement sèches deviendront de plus en plus fréquentes. Le dernier rapport du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat prévoit que les précipitations dans la vallée du Pô varieront davantage dans les années à venir et que les phénomènes météorologiques extrêmes se multiplieront.

"La fréquence et l'intensité des phénomènes météorologiques extrêmes placent la barre de plus en plus haut", a déclaré M. Magno. "Les coûts de la réponse deviennent insoutenables et laissent des blessures de plus en plus profondes qui sont difficiles à guérir."

Le long des rives de l'Adige, dans le nord de Trente, le débit de l'eau est inférieur de moitié à la moyenne saisonnière. Les faibles débits laissent la mer Adriatique remonter le Pô et l'Adige sur des dizaines de kilomètres, mettant en péril les cultures, les élevages de palourdes, les aquifères et même l'eau potable de certains villages.

Comment l'Italie se prépare-t-elle à la sécheresse ?

Le mois dernier, le Premier ministre italien, Giorgia Meloni, a mis en place une salle de contrôle pour surveiller les capacités en eau dans tout le pays. En février, elle a nommé un "commissaire extraordinaire doté de pouvoirs exécutifs" pour mettre en œuvre le plan gouvernemental de lutte contre la sécheresse.

Toutefois, certains estiment que le gouvernement ne se projette pas suffisamment dans l'avenir. "L'Italie est très douée pour gérer les situations d'urgence, mais elle est très mauvaise en matière de planification", déclare Alessandro Bratti, secrétaire général de l'autorité fluviale du Pô. "Le récent décret sur la sécheresse publié par le gouvernement ne contient rien, il n'y a pas de planification pluriannuelle, il n'y a pas de projets d'infrastructure exécutifs."

L'intrusion d'eau salée pourrait être freinée par des barrières anti-sel, mais l'autorité du bassin du Pô n'a reçu que récemment les fonds nécessaires à un projet et il faudra des années, voire des décennies, avant que la première pierre ne soit posée.

Au niveau local, le gouvernement lombard a demandé aux compagnies des eaux et aux opérateurs hydroélectriques de limiter leur utilisation. De nombreux agriculteurs investissent également dans l'irrigation de précision afin d'économiser l'eau pendant les mois les plus chauds de l'année.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : en Espagne, la forte sécheresse a fait réapparaître une église autrefois engloutie

Comment les défenseurs du climat voient les cinq dernières années dans l'UE ?

Journée mondiale de l'eau : récits de celles et ceux pour qui l'eau douce se fait rare