La Grèce déclare la "guerre" au changement climatique

Vue des flammes d'une forêt en feu, dans le village de Dikela, près de la ville d'Alexandroupolis, dans la région d'Evros, au nord-est de la Grèce, le 22 août 2023.
Vue des flammes d'une forêt en feu, dans le village de Dikela, près de la ville d'Alexandroupolis, dans la région d'Evros, au nord-est de la Grèce, le 22 août 2023. Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Charlotte Elton
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Le premier ministre grec s'est engagé à mener une "guerre climatique" après les inondations et les incendies qui ont dévasté le pays.

PUBLICITÉ

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis s'est engagé à mener une "guerre" contre le changement climatique après les incendies et les inondations qui ont dévasté le pays cet été.

La Grèce a subi des mois de catastrophes climatiques.

En août, un incendie de forêt dans la région d'Evros, au nord-est du pays, le plus important jamais enregistré dans l'Union européenne, a fait 26 morts.

Quelques semaines plus tard, la tempête Daniel s'est abattue sur la plaine centrale de Thessalie, tuant au moins 17 personnes avant de frapper la Libye.

Le premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis a été critiqué pour sa gestion des crises. Le parti d'opposition a affirmé que les travaux de prévention des inondations n'avaient pas eu lieu, malgré les inondations survenues en Thessalie l'année dernière. Par ailleurs, les défenseurs du climat ont accusé le chef d'État de ne pas prendre au sérieux la politique environnementale.

Samedi, le Premier ministre, en difficulté a promis de prendre des mesures décisives pour faire face aux futures catastrophes.

"La Grèce est confrontée à une guerre en temps de paix", a affirmé Kyriakos Mitsotakis dans son discours d'ouverture de la foire internationale de Thessalonique.

"En l'espace de deux semaines, nous avons connu les pires incendies de forêt et les pires inondations de notre histoire"La crise climatique est là et nous oblige à voir les choses différemment", ajoute le premier ministre grec.

Comment le gouvernement grec va-t-il lutter contre le changement climatique ?

Les incendies de forêt grecs ont ravagé 378 381 hectares de terres, incinérant des milliers d'animaux et détruisant des maisons et des entreprises.

Les inondations ont noyé 110 000 animaux de ferme et décimé un quart de la production agricole du pays.

AP Photo
Les eaux de crue couvrent une zone de la ville de Volos, dans le centre de la Grèce, mardi 5 septembre 2023AP Photo

Le gouvernement conservateur, élu haut la main il y a trois mois, a été vivement critiqué pour sa réaction face aux catastrophes.

Dans un discours prononcé le samedi 16 septembre, le Premier ministre, Kyriakos Mitsotakis, a tenté de répondre à ces allégations.

Il a déclaré que la Grèce allait doubler son budget pour les catastrophes naturelles liées au changement climatique, ce qui portera le total du fonds à 600 millions d'euros. Ce budget sera financé par une taxe sur les hôtels de luxe.

Kyriakos Mitsotakis a annoncé une réduction de 10 % de la taxe sur l'assurance des biens et une assurance obligatoire pour les moyennes et grandes entreprises.

"Il est temps de lancer un débat public sur l'assurance obligatoire de toutes les habitations et entreprises", a-t-il assuré. 

Mais toutes les nouvelles politiques n'ont pas été accueillies favorablement. Le premier ministre grec a annoncé son intention de transférer le contrôle du service météorologique national et de l'observatoire au ministère de la protection civile.

Cette décision intervient après que des fonctionnaires de son gouvernement ont critiqué les données fournies par l'organisation auparavant indépendante.

Le parti d'opposition de gauche, Syriza, a accusé le gouvernement d'essayer de faire taire les scientifiques qui tirent la sonnette d'alarme sur le changement climatique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Athènes infestée de punaises de lit ? Un canular pour dissuader les touristes

L'inaction climatique sur le banc des accusés à la CEDH

Élections européennes : quelles sont les ambitions vertes des différents partis ?