Amazonie : le réchauffement climatique serait la principale cause de la sécheresse survenue en 2023

Un habitant d'une communauté riveraine transporte de la nourriture et de l'eau distribuées en raison de la sécheresse actuelle à Careiro da Varzea, dans l'État d'Amazonas, au Brésil, le 24 octobre 2023.
Un habitant d'une communauté riveraine transporte de la nourriture et de l'eau distribuées en raison de la sécheresse actuelle à Careiro da Varzea, dans l'État d'Amazonas, au Brésil, le 24 octobre 2023. Tous droits réservés AP Photo /Edmar Barros, File
Par Fabiano Maisonnave avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les conditions météorologiques extrêmes de l'année dernière ont souligné l'importance du plus grand puits de carbone terrestre au monde.

PUBLICITÉ

Selon des chercheurs, le réchauffement climatique induit par l'homme, et non El Niño, est le principal facteur à l'origine de la grave sécheresse qui a frappé l'Amazonie l'année dernière.

Cette sécheresse a fait chuter les cours d'eau à des niveaux records, a nécessité des livraisons de nourriture et d'eau potable à des centaines de communautés riveraines et a tué des dizaines de dauphins menacés d'extinction.

Le changement climatique et El Niño ont contribué à parts à peu près égales à la réduction des précipitations. Mais la hausse des températures mondiales est la principale cause de la sécheresse, selon "World Weather Attribution", une initiative qui rassemble des climatologues pour analyser rapidement les événements extrêmes et leurs liens éventuels avec le changement climatique.

La sécheresse était d'origine agricole, combinant des précipitations réduites et des conditions plus chaudes qui ont entraîné l'évaporation de l'humidité des plantes et du sol. C'est cette évaporation due à la chaleur qui a joué un rôle déterminant dans la gravité de la sécheresse, affirme Friederike Otto, co-auteur de l'étude et climatologue à l'Imperial College de Londres.

"Ce qui n'arrive qu'une fois tous les 50 ans aurait été beaucoup moins probable dans un monde plus froid de 1,2 °C. Si nous continuons à réchauffer le climat, cette combinaison de faibles précipitations et de températures élevées deviendra encore plus fréquente", affirme Friederike Otto, lors d'une conférence de presse mercredi 24 janvier.

L'équipe utilise une méthode scientifiquement reconnue consistant à effectuer des simulations informatiques d'événements météorologiques tels qu'ils se seraient déroulés dans un monde fictif sans réchauffement climatique, et à comparer ces résultats avec ce qui s'est réellement passé.

La sécheresse en Amazonie a provoqué des incendies de forêt et de mauvaises récoltes en 2023

La sécheresse en Amazonie - la plus grande forêt tropicale du monde, qui joue un rôle essentiel dans le stockage du dioxyde de carbone qui, autrement, contribuerait au réchauffement - est survenue alors que la Terre connaissait l'année la plus chaude jamais enregistrée. 

La planète est plus proche que jamais de l'augmentation de 1,5 degré Celsius par rapport à l'ère préindustrielle, que les nations espéraient ne pas dépasser pour éviter les pires conséquences du changement climatique, telles que la chaleur mortelle, la montée des eaux, les inondations et les incendies de forêt.

Dans le lac Tefé, au Brésil, la température de l'eau a grimpé à 39,1 degrés Celsius, causant probablement la mort de plus de 150 dauphins roses et dauphins de rivière tucuxi, deux espèces menacées d'extinction.

Le long du fleuve "Amazone", les habitants ont vu leurs récoltes se flétrir et les poissons disparaître. Les déplacements étant impossibles en raison de l'étiage des cours d'eau, ils ont formé de longues files d'attente sur les rives pour recevoir des secours. 

À Manaus, la plus grande ville de la région, les plus de 2 millions d'habitants ont étouffé, pendant des mois, sous la fumée des incendies.

Les habitants d'une communauté riveraine transportent de la nourriture et de l'eau pour affronter à la sécheresse qui sévit à Careiro da Varzea, dans l'État d'Amazonas, Brésil
Les habitants d'une communauté riveraine transportent de la nourriture et de l'eau pour affronter à la sécheresse qui sévit à Careiro da Varzea, dans l'État d'Amazonas, BrésilAP Photo/Edmar Barros, File

Pourquoi l'Amazonie est-elle importante dans la lutte contre le changement climatique ?

Regina Rodrigues, de l'université fédérale de Santa Catarina, co-auteur de l'étude, indique que la sécheresse souligne l'importance de l'Amazonie dans la lutte contre le changement climatique.

"Si nous protégeons la forêt, elle continuera à agir comme le plus grand puits de carbone terrestre du monde", affirme Regina Rodrigues dans un communiqué. "Mais si nous laissons les émissions d'origine humaine et la déforestation lui faire franchir le point de basculement, elle libérera de grandes quantités de dioxyde de carbone, ce qui compliquera encore davantage notre lutte contre le changement climatique".

Luiz Candido, météorologue à l'Institut national brésilien de recherche sur l'Amazonie, qui n'a pas participé à l'étude, a déclaré que les résultats confirmaient le consensus scientifique selon lequel les variations climatiques dans la région ont atteint des conditions extrêmes.

Mais Luiz Candido a également fait valoir que les interactions entre les océans, l'atmosphère et la forêt sont complexes et qu'il n'est pas encore possible de séparer les impacts de la variabilité naturelle du climat de ceux du réchauffement climatique induit par l'homme. 

Il s'est également demandé si l'étude ne surestimait pas l'évaporation des plantes, notant que de nombreuses plantes d'Amazonie ont des racines beaucoup plus profondes que les cultures et ont pu conserver une grande partie de leur humidité en atteignant des couches humides plus profondes.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le printemps avant l'heure sur les plages italiennes

Jusqu'à 47 % de la forêt amazonienne serait menacée par le changement climatique et la déforestation

Ouragans : créer la catégorie 6 pour mieux protéger les populations ?