Les satellites pourraient sauver les forêts européennes des incendies et de l'abattage illégal

Des hélicoptères de lutte contre les incendies survolent Aguamansa, alors que des feux de forêt échappent à tout contrôle sur l'île de Tenerife, dans les îles Canaries, en Espagne, le 18 août 2023\.
Des hélicoptères de lutte contre les incendies survolent Aguamansa, alors que des feux de forêt échappent à tout contrôle sur l'île de Tenerife, dans les îles Canaries, en Espagne, le 18 août 2023\. Tous droits réservés REUTERS/Borja Suarez/File Photo
Par Angela SymonsKate Abnett avec Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Le changement climatique fait payer un tribut de plus en plus lourd aux forêts européennes. Les données satellitaires pourraient contribuer à les sauver.

PUBLICITÉ

Un système de surveillance satellitaire des forêts pour repérer les menaces telles que les incendies de forêts dus au changement climatique et l'exploitation illégale des forêts pourrait bientôt être mis en place dans l'Union européenne.

Le changement climatique fait payer un tribut de plus en plus lourd aux forêts européennes, les chaleurs extrêmes et la sécheresse augmentant le risque d'incendies mortels.

Selon un rapport publié mercredi par la Commission européenne, près de 900 000 hectares de terres européennes ont été ravagés par des incendies de forêt l'année dernière, soit une superficie équivalente à celle de la Corse.

Il s'agit de la deuxième pire année depuis que le système européen d'information sur les feux de forêt (EFFIS) a été mis en place en 2000. En 2017, 1,3 million d'hectares de terres ont été brûlés.

La dégradation des forêts européennes est inquiétante, car leur capacité à stocker le CO2 est nécessaire pour atteindre les objectifs climatiques et protéger les zones environnantes des inondations.

Comment le système de surveillance satellitaire des forêts fonctionnerait-il ?

Mercredi, la Commission a proposé une loi qui permettrait à Bruxelles de collecter des données sur les forêts à partir des satellites européens, Copernicus Sentinel.

Les États membres de l'UE seraient également tenus de recueillir des données au sol sur les tendances, notamment les zones disponibles pour l'exploitation forestière, le volume des arbres et l'emplacement des forêts anciennes.

"Nous avons besoin de voir les tendances, de mieux prévoir, de voir comment elles réagissent au changement climatique", explique Virginijus Sinkevicius, Commissaire européen chargé de l'environnement.

"À l'heure actuelle, il n'existe aucune exigence en matière de surveillance globale permettant d'obtenir une image d'ensemble de l'état de nos forêts", ajoute-t-il.

Près de la moitié (43 %) des terres brûlées l'année dernière étaient des sites Natura 2000, un réseau de zones protégées couvrant les espèces et les habitats les plus précieux et les plus menacés d'Europe. Selon le rapport, il s'agit de la proportion la plus élevée depuis dix ans.

Le changement climatique est-il responsable de l'aggravation des incendies en Europe ?

Selon le rapport, la plupart des 2022 incendies (96 %) ont pour origine des actions humaines, mais ils ont été aggravés par l'augmentation des risques d'incendie due au changement climatique.

Les pays de l'UE prennent des mesures de prévention et améliorent leur préparation à l'aggravation des incendies de forêt. Toutefois, les méthodes traditionnelles de lutte contre les incendies ont du mal à faire le poids face aux températures élevées, à l'intensité et à la rapidité d'extension des feux.

Alors que les températures continuent d'augmenter et que les sécheresses deviennent plus fréquentes et plus graves, les incendies de forêt pourraient continuer à s'aggraver en Europe.

La plupart des incendies se déclarent dans des zones urbaines situées à l'intérieur ou à proximité de la végétation sauvage. Le rapport appelle à des mesures de prévention généralisées qui tiennent compte de ces communautés et des acteurs ruraux en contact direct avec les zones naturelles.

Quelle est la situation en 2023 en ce qui concerne les incendies de forêt en Europe ?

Des incendies de forêt sans précédent se sont poursuivis en 2023, causant des dommages environnementaux dévastateurs et des pertes humaines.

Depuis le début de l'année, les incendies ont brûlé environ 500 000 hectares de terres naturelles dans l'UE. Le plus grand incendie de forêt enregistré dans l'UE, avec plus de 96 000 hectares brûlés à Alexandroupolis, en Grèce, en fait partie.

Le Portugal, l'Espagne, l'Italie et la Grèce ont également été confrontés à d'importants incendies de forêt en 2023, de même que de nombreux autres pays dans le monde.

La fréquence et l'intensité élevées des incendies de forêt au cours de l'été ont mis à rude épreuve les pompiers, qui ont dû faire face à des conditions difficiles et dangereuses.

PUBLICITÉ

Les données satellitaires pourraient également contribuer à la lutte contre l'exploitation forestière illégale

Selon Virginijus Sinkevicius, ces nouvelles données permettront également de repérer d'autres risques, tels que l'exploitation forestière illégale, au-delà des frontières nationales.

L'Union européenne s'est heurtée à des pays tels que la Pologne sur cette question.

La Cour de justice de l'Union européenne a statué en mars que la politique polonaise autorisant l'exploitation forestière pendant la période de reproduction des oiseaux était contraire à la législation européenne en matière d'environnement. 

En 2018, la Cour s'est également prononcée contre l'autorisation accordée par Varsovie d'exploiter la forêt ancienne de Bialowieza.

Le groupe de campagne "Fern" a salué la proposition de l'UE comme "une opportunité potentiellement en or" de fournir les données nécessaires à la protection des forêts européennes. Toutefois, le groupe a déclaré que la loi devrait aller plus loin et obliger les pays de l'UE à prendre des mesures pour améliorer la santé des forêts.

PUBLICITÉ

Bruxelles affirme que les données forestières actuellement fournies par les États membres présentent des lacunes et des retards importants, ce qui entrave leur capacité à se préparer aux risques climatiques.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Comment se répand la désinformation climatique en 2023 ?

Vers un monde plus vert : au chevet de nos forêts européennes

Le Parlement en désaccord avec les Etats membres sur la pollution de l'air