Jusqu'à 47 % de la forêt amazonienne serait menacée par le changement climatique et la déforestation

Des maisons et des bateaux flottants sont échoués sur le lit asséché du lac Puraquequara, dans un contexte de grave sécheresse à Manaus, dans l'État d'Amazonas, au Brésil, en octobre 2023.
Des maisons et des bateaux flottants sont échoués sur le lit asséché du lac Puraquequara, dans un contexte de grave sécheresse à Manaus, dans l'État d'Amazonas, au Brésil, en octobre 2023. Tous droits réservés AP Photo/Edmar Barros
Tous droits réservés AP Photo/Edmar Barros
Par Lottie Limb
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

L'écosystème vital pourrait également passer de la forêt tropicale à une végétation semblable à celle de la savane si la sécheresse s'aggrave, selon la recherche.

PUBLICITÉ

La forêt amazonienne s'approche d'un point de basculement qui aurait des conséquences dévastatrices sur le système climatique mondial, selon de nouvelles recherches.

Selon les scientifiques du "Potsdam Institute for Climate Impact Research (PIK)", en Allemagne, jusqu'à 47 % des "poumons de la planète" pourraient être menacés par la hausse des températures, les sécheresses, la déforestation et les incendies d'ici à 2050.

Le sud-est de l'Amazonie, au Brésil, est déjà passé du statut de puits de carbone à celui de source de carbone, ce qui signifie qu'il émet plus de gaz à effet de serre qu'il n'en absorbe.

La disparition d'une forêt à un endroit peut entraîner la disparition d'une forêt à un autre endroit, dans une boucle de rétroaction qui s'autoalimente, ou simplement dans un "basculement".

Comme l'explique Boris Sakschewski, scientifique au PIK, cela prouve que "la pression humaine actuelle est trop forte pour que la région conserve son statut de forêt tropicale à long terme".

Mais le problème ne s'arrête pas là. "Étant donné que les forêts pluviales enrichissent l'air d'une grande quantité d'humidité qui constitue la base des précipitations dans l'ouest et le sud du continent, la disparition de la forêt à un endroit peut entraîner la disparition de la forêt à un autre endroit, dans une boucle de rétroaction auto-propulsée ou simplement un 'basculement'."

Que se passe-t-il si le point de basculement de l'Amazonie est franchi ?

La Terre possède un certain nombre de seuils naturels qui, s'ils sont franchis, peuvent entraîner une hausse incontrôlée des températures et déclencher des effets domino dévastateurs pour les écosystèmes et les populations.

Le dépérissement de l'Amazonie est l'un de ces seuils, au même titre que l'effondrement des grandes nappes glaciaires du Groenland et de l'Antarctique occidental, la mort des récifs coralliens dans les mers plus chaudes et l'effondrement d'un important courant océanique de l'Atlantique.

L'impact de la disparition des forêts ne s'arrête pas aux frontières de l'Amazonie, expliquent les auteurs de la nouvelle étude publiée aujourd'hui dans la revue Nature.

À l'image de son puissant fleuve, les arbres de l'Amazonie aspirent l'eau et rejettent des milliards de tonnes de vapeur d'eau par jour dans d'immenses "rivières volantes". Cette humidité aérienne est un élément essentiel de la mousson sud-américaine, et donc des précipitations dans de vastes régions du continent.

Et comme l'Amazonie dans son ensemble stocke encore du carbone équivalant à 15 à 20 ans d'émissions humaines actuelles de CO2, la libération de ce carbone par la disparition de la forêt aggraverait considérablement le réchauffement de la planète.

Quelles sont les principales menaces qui pèsent sur l'Amazonie ?

Une forêt brûle en Amazonie dans la municipalité de Manaquiri, dans l'État brésilien d'Amazonas, en septembre 2023
Une forêt brûle en Amazonie dans la municipalité de Manaquiri, dans l'État brésilien d'Amazonas, en septembre 2023AP Photo/Edmar Barros

Dans son étude, l'équipe internationale de chercheurs a identifié cinq seuils climatiques et d'utilisation des terres à ne pas dépasser pour préserver la résilience de l'Amazonie.

Il s'agit du réchauffement climatique, des quantités de précipitations annuelles, de l'intensité de la saisonnalité des précipitations, de la durée de la saison sèche et de l'accumulation de la déforestation. Pour chacun de ces facteurs, les scientifiques suggèrent des limites de sécurité pour empêcher l'Amazonie de franchir son point de basculement.

La forêt tropicale ne peut exister si les précipitations annuelles moyennes tombent en dessous de 1 000 mm, par exemple. Cependant, Da Nian, un autre scientifique du PIK et co-auteur de l'étude, explique qu'en dessous de 1 800 mm par an, "des transitions abruptes de la forêt tropicale à une végétation de type savane deviennent possibles".

"Cela peut être déclenché par des sécheresses ou des incendies de forêt, qui sont tous deux devenus plus fréquents et plus graves ces dernières années", ajoute-t-il. 

Compte tenu de la trajectoire actuelle du réchauffement planétaire et des attaques directes contre la forêt dues à l'exploitation forestière et aux incendies, l'étude conclut que 10 à 47 % des forêts amazoniennes seront menacées par des perturbations croissantes, ce qui poussera ce précieux écosystème à sa limite.

Qu'adviendra-t-il des parties détruites de l'Amazonie ?

L'étude analyse également des exemples de forêts perturbées dans différentes parties de l'Amazonie pour comprendre ce qui pourrait arriver à l'écosystème.

Dans certains cas, la forêt pourrait se reconstituer à l'avenir, mais resterait piégée dans un état dégradé, dominée par des plantes opportunistes telles que les lianes ou les bambous.

Dans d'autres cas, la forêt ne se rétablit plus et reste piégée dans un état de canopée ouverte et inflammable. L'expansion des écosystèmes ouverts et inflammables au cœur de la forêt amazonienne est particulièrement préoccupante, car ils peuvent propager les incendies aux forêts adjacentes.

PUBLICITÉ

Les scientifiques appellent à la fin de la déforestation et des émissions de gaz à effet de serre

Les points de basculement climatiques tels que la disparition de l'Amazonie sont difficiles à appréhender dans leur complexité et leur énormité. Mais l'appel à l'action lancé par les auteurs de l'étude est familier et clair.

"Pour maintenir la forêt amazonienne dans des limites sûres, il faut combiner les efforts locaux et mondiaux", affirme Niklas Boers, coauteur de l'étude, directeur du Future Lab "Artificial Intelligence in the Anthropocene" au PIK et professeur de modélisation du système terrestre à l'université technique de Munich.

"La déforestation et la dégradation des forêts doivent cesser et la restauration doit se développer. En outre, il reste encore beaucoup à faire pour réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le monde entier."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Prix records du cacao : risquons-nous de manquer de chocolat ?

Le lac Léman menacé par des températures élevées

Élections européennes : quelles sont les ambitions vertes des différents partis ?