Prix records du cacao : risquons-nous de manquer de chocolat ?

Des chocolats belges de luxe faits à la main sont exposés dans la chocolaterie Sandrine de Niaz Mardan, dans le sud-ouest de Londres, le jeudi 21 mars 2024.
Des chocolats belges de luxe faits à la main sont exposés dans la chocolaterie Sandrine de Niaz Mardan, dans le sud-ouest de Londres, le jeudi 21 mars 2024. Tous droits réservés Kirsty Wigglesworth/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Indrabati Lahiri
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les prix du cacao n'ont cessé d'augmenter en raison de mauvaises récoltes dues à des conditions climatiques extrêmes dans d'importants pays producteurs de cacao en Afrique de l'Ouest.

PUBLICITÉ

Les prix du cacao ont brièvement atteint des sommets historiques ce mardi, dépassant les 9 234,3 euros la tonne, avant de se stabiliser à 8915 euros la tonne mercredi matin, à la suite de récoltes décevantes dans les principaux pays producteurs de cacao, tels que le Ghana et la Côte d'Ivoire. Le Cameroun, autre pays producteur de cacao, a également connu les mêmes conditions.

La récolte a également augmenté de 19,8 % la semaine dernière et de 42,4 % ce mois-ci. Au cours de l'année écoulée, les prix du cacao ont augmenté d'environ 231 %.

Le cacao est largement utilisé dans un certain nombre de produits chocolatés et de confiseries, les sous-produits tels que les gruaux de cacao, le beurre de cacao, les coques et la pulpe de cacao étant également utilisés pour les boissons non alcoolisées, l'alcool, le vinaigre, les cosmétiques, les compléments de santé, les parfums et bien d'autres choses encore.

Toutefois, le chocolat étant de loin le produit de cacao le plus répandu, la hausse des prix du cacao a suscité des inquiétudes quant à l'augmentation des prix du chocolat et à une pénurie de chocolat.

Pourquoi les prix du cacao augmentent-ils ?

Les prix du cacao augmentent rapidement depuis quelques mois en raison de récoltes plus mauvaises que prévu dans des pays d'Afrique de l'Ouest. Ce qui réduit l'offre de cacao dans le monde entier.

Cette situation est principalement due au phénomène climatique El Niño, qui a provoqué des précipitations anormalement élevées, en décembre de l'année dernière. Ce qui a entraîné une maladie des cabosses noires qui a largement endommagé les cultures. La combinaison du changement climatique et de la poursuite d'El Niño a également entraîné des chaleurs extrêmes au cours des mois suivants, ce qui a encore perturbé les récoltes.

El Niño a un impact particulier sur le cacao et d'autres cultures en exacerbant les vents secs et poussiéreux du désert du Sahara, qui affectent l'accès des cultures à la lumière du soleil. Le cacao étant une culture particulièrement sensible à la sécheresse, ces conditions météorologiques plus rudes et plus sèches peuvent être particulièrement préjudiciables aux récoltes.

Le vieillissement des cacaoyers a également contribué à la baisse des récoltes, car ils sont plus sensibles aux maladies. Cela signifie également que leur entretien est plus coûteux, et plusieurs agriculteurs ont choisi d'abandonner les vieux cacaoyers et les exploitations pour des pâturages plus verts.

L'exploitation minière illégale dans les régions d'Afrique de l'Ouest a également augmenté de façon spectaculaire, en raison des riches gisements de métaux et de minéraux tels que l'or, l'uranium, le minerai de fer et les diamants, entre autres. Cette situation a entraîné une perte massive de terres arables, due à la déforestation, ainsi qu'une baisse de la qualité des masses d'eau.

Mais la hausse des prix du cacao ne semble pas se traduire par des gains pour les producteurs de cacao, qui luttent encore considérablement contre l'augmentation des coûts de production et la baisse des rendements. C'est pourquoi plusieurs d'entre eux ont choisi de vendre leurs exploitations et leurs terres à des sociétés minières.

Qu'est-ce que cela signifie pour les fabricants de chocolat ?

Plusieurs usines de cacao au Ghana et en Côte d'Ivoire auraient réduit ou arrêté leurs activités de transformation du cacao en raison du coût trop élevé de l'approvisionnement en fèves.

En outre, le régulateur ivoirien du cacao a également révélé qu'il s'attendait à ce que la récolte intermédiaire du pays, qui débutera en avril, chute d'environ 33 % pour atteindre quelque 400 000 tonnes métriques. Si tel est le cas, il s'agirait d'une baisse considérable par rapport aux 600 000 tonnes de l'année dernière.

De même, le Ghana a également annoncé que ses prévisions de production de cacao s'établissaient désormais à environ 650 000 tonnes, contre 850 000 tonnes pour cette année.

Le chocolatier Hershey's a déjà prévenu que les prix record du cacao risquaient d'avoir un impact sur la croissance des bénéfices cette année.

Le directeur général de Hershey, Michele Buck, a déclaré lors d'une conférence téléphonique avec des analystes, comme le rapporte la BBC : "Nous ne pouvons pas parler des prix futurs, mais étant donné la situation des prix du cacao, nous utiliserons tous les outils de notre boîte à outils, y compris les prix, pour gérer l'entreprise".

Mondolez, propriétaire de Cadbury, Oreo, Milka, Côte d'or ou encore Toblerone, a également augmenté les prix du chocolat jusqu'à 15 % en 2023 (au Royaume-Uni) et a indiqué qu'il continuerait probablement à le faire pour atteindre ses prévisions de revenus pour cette année. L'entreprise a également souligné que la hausse des prix du sucre était l'un des principaux défis pour l'année à venir, au même titre que ceux du cacao.

"La fixation des prix est clairement un élément clé de ce plan. Sa contribution sera un peu moins importante que celle que nous avons connue en 2023, mais elle est supérieure à celle d'une année moyenne", a affirmé, le directeur financier de la société, Luca Zaramella, d'après l'agence Associated Press (AP).

Les ventes de Pâques devraient apporter une lueur d'espoir aux chocolatiers

Les ventes de chocolat pour Pâques devraient cependant apaiser les inquiétudes des chocolatiers, du moins à court terme, plusieurs fabricants ayant déjà augmenté le prix des œufs et des lapins de Pâques.

PUBLICITÉ

La société de recherche et de services aux consommateurs Which ? a révélé que des marques telles que Toblerone et Lindt ont déjà augmenté les prix de leurs populaires lapins et œufs en chocolat d'environ 50 % par rapport à 2023 au Royaume-Uni. La taille de plusieurs friandises a également diminué, les fabricants continuant à trouver des moyens de faire des économies.

Plusieurs fabricants, comme Hersheys, accroissent également les ventes de produits sans cacao, comme leur gamme de biscuits et de crèmes, ainsi que d'oursons en gomme et d'autres bonbons, afin de compenser la hausse des prix du chocolat.

Toutefois, cette année, les consommateurs britanniques pourraient bien se montrer un peu plus prudents en ce qui concerne les vacances et les dépenses non essentielles, en raison de la crise actuelle du coût de la vie. Les ventes de Pâques risquent donc d'être plafonnées, les consommateurs faisant leurs achats de manière plus réfléchie et recherchant de meilleures affaires.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les prix du chocolat s'envolent au Royaume Uni

Pourquoi les œufs de Pâques sont-ils si chers cette année ?

Jusqu'à 47 % de la forêt amazonienne serait menacée par le changement climatique et la déforestation