EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Water Matters : le cours accéléré, focus sur les enjeux

Water Matters : le cours accéléré, focus sur les enjeux
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Andrea BolithoEuronews
Publié le
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Dans ce cours accéléré lié à notre série Water Matters, vous retrouverez les grandes questions liées au cycle de l'eau en Europe, qui imposent une prise de conscience pour s'orienter vers une consommation plus responsable.

Pourquoi la concurrence pour faire main basse sur l'eau s'intensifie-t-elle ?

Le réchauffement climatique et l'accroissement de la demande entraînent une concurrence exacerbée entre les pays pour s'approprier les ressources en eau de la planète. Près de la moitié des eaux de surface de la planète sont partagées par deux pays ou plus, l'Europe étant le continent qui compte le plus grand nombre de bassins fluviaux communs.

De nombreux pays de l'UE dépendent en grande partie de l'eau située hors de leurs frontières. Par exemple, le Danube traverse près d'une douzaine de pays européens, dont l'Allemagne, la Slovaquie, la Moldavie et l'Ukraine. Une situation qui soulève plusieurs questions, telles que la pénurie d'eau, la lutte contre la pollution, la gestion des inondations et la protection de la biodiversité.

Quelques chiffres clés

47 % des eaux de surface de la planète se trouvent dans des bassins fluviaux partagés par au moins deux pays.

Ces bassins abritent 40 % de la population mondiale et représentent 60 % du débit fluvial mondial.

Sur 192 pays, 153 se partagent 310 rivières et lacs et 592 aquifères.

Ces ressources en eau alimentent 2,8 milliards de personnes, soit 42 % de la population mondiale.

L'assèchement des cours

Les nombreuses voies d'eau transfrontalières de l'Europe nécessitent une coopération internationale et multilatérale étendue. La disponibilité de l'eau varie considérablement au sein de l'UE, la production d'énergie étant la plus grande consommatrice en Europe centrale et occidentale, tandis que l'agriculture domine dans le sud du continent.Le réchauffement climatique exacerbe ces défis, les bassins d'Europe du Sud étant confrontés à un grave stress hydrique, et l'Europe du Nord à une diminution des chutes de neige et à une augmentation du débit des cours d'eau en hiver. La gestion de ces changements, politiquement complexe, nécessite une coopération transfrontalière.

La consommation et la disponibilité de l'eau varient considérablement au sein de l'UE :

La disponibilité de l'eau varie de moins de 400 mm/an dans certaines parties de la Méditerranée à plus de 1 000 mm/an, le long de l'Atlantique et des Alpes.

La production d'énergie constitue le principal facteur de consommation en Europe centrale et occidentale, tandis que l'agriculture reste l'activité la plus gourmande en eau en Europe méridionale.

Comment l'UE évite-t-elle les eaux troubles ?

L'UE a recours à plusieurs traités et accords pour réglementer la coopération transfrontalière dans le domaine de l'eau, et se sert principalement de la directive-cadre sur l'eau (DCE). Celle-ci fixe les normes de la gestion intégrée des bassins hydrographiques, en encourageant la coopération par le biais d'organismes communs et de pratiques partagées pour l'évaluation et la surveillance de la qualité de l'eau.

La directive sur les inondations complète la DCE en améliorant la gestion des risques d'inondation.

La Convention sur la protection et l'utilisation des cours d'eau transfrontaliers et des lacs internationaux (Convention sur l'eau) est un autre accord essentiel.

Cette convention prévoit l'utilisation équitable et durable des eaux partagées et encourage la coopération par le biais d'accords juridiquement contraignants.

La Convention sur la protection du Danube sert également de modèle pour une gestion efficace des eaux transfrontalières, en mettant l'accent sur la conservation et l'utilisation rationnelle des eaux du Danube.

L'UE cherche à réduire les conflits potentiels et à promouvoir la diplomatie de l'eau par le biais de ces accords et d'autres.

Rivières et lacs partagés par l'Europe

Le Danube : il traverse plusieurs pays, dont l'Allemagne, l'Autriche, la Slovaquie, la Hongrie, la Croatie, la Serbie, la Bulgarie, la Roumanie, la Moldavie et l'Ukraine.

Le Rhin : il est partagé par la France, l'Allemagne, la Suisse, les Pays-Bas et la Belgique.

  • La Meuse :Traverse la Belgique, les Pays-Bas et la France.
  • L'Oder : Traverse la République tchèque, la Pologne et l'Allemagne.
  • L'Elbe : entre l'Allemagne et la République tchèque.
  • Le Minho, le Lima, le Douro, le Tejo et le Guadiana : partagés par l'Espagne et le Portugal.
  • Lac de Constance (Bodensee) : Entre l'Allemagne, la Suisse et l'Autriche.
  • Lac Léman : à la frontière entre la France et la Suisse.
  • Lac Peipus : entre l'Estonie et la Russie.
  • Lac Saimaa : traverse la Finlande et la Russie.
  • Lac Ladoga : frontières avec la Russie et la Finlande.

S'informer sur l'eau

Euronews et la Commission européenne s'associent pour promouvoir la campagne de l'UE pour une eau saine, #WaterWiseEU.

Notre série, Water Matters, et la campagne de l'UE visent à sensibiliser au stress croissant qui s'exerce sur les systèmes hydriques de l'Europe, et à la nécessité d'une gestion durable de l'eau. Water Matters approfondira diverses questions liées à l'eau, en soulignant l'importance de protéger la nature et les écosystèmes faisant partie intégrante du cycle de l'eau. Grâce à ces contenus #WaterWiseEU, Euronews et la Commission européenne espèrent pouvoir inspirer les individus et les populations, et les inciter à prendre conscience de ces questions.

Partager cet article

À découvrir également

Crème solaire : comment protéger sa peau tout en respectant la nature ?

Water matters : l'eau, une ressource vitale menacée par la pollution