This content is not available in your region

L'UE se réjouit du référendum serbe sur la constitution et l'indépendance de la justice

Access to the comments Discussion
Par Yolaine De Kerchove Dexaerde
euronews_icons_loading
L'UE se réjouit du référendum serbe sur la constitution et l'indépendance de la justice
Tous droits réservés  European Union

L'Union européenne apprécie les résultats du référendum fait en Serbie en vue de modifier la Constitution et donner plus d'indépendance au pouvoir judiciaire.

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, et le commissaire à l'élargissement, Oliver Vahely, ont rencontré la Première ministre serbe, Ana Brnabic, dans le cadre d'un Conseil UE-Serbie qui s'est tenu à Bruxelles.

Belgrade semble prête à continuer à travailler pour défendre sa candidature d'adhésion à l'Union européenne.

"L'Etat de droit, les réformes de l'administration publique, les réformes économiques, l'agenda vert sont nos principales priorités, pour pouvoir intégrer l'Europe", a déclaré Ana Brnabic, la Première ministre serbe.

Le Kosovo, un obstacle de taille

Le dernier obstacle, le plus difficile, pour que la Serbie rejoigne l'Union européenne est de parvenir à un accord avec le Kosovo. Selon l'Europe, c'est essentiel pour stabiliser la région.

"Le Kosovo et la Serbie doivent trouver un accord pour permettre au peuple serbe du Kosovo de voter comme d'habitude pour les élections serbes", a souligné Josep Borrell, le Haut représentant de l'Union européenne.

La sécurité de l'Europe étant en jeu, la commission veut éviter que les Balkans ne deviennent une poudrière de l'Europe.

Pour l'eurodéputé autrichien Andreas Schieder, S&D, "La situation dans les Balkans est délicate. Elle est toujours compliquée, mais en ce moment elle est aussi fragile et le rôle des institutions de l'UE, du Parlement, de la Commission et du Conseil doit être d'avoir de bons contacts avec tout le monde, et de faire en sorte que la région elle-même se calme et coopère".

L'Union européenne compte également sur Belgrade pour atténuer le discours révisionniste de la Republika Srbska en Bosnie-Herzégovine sur le génocide des années 90.

Journaliste • Sergio Cantone