This content is not available in your region

Les ministres des Affaires étrangères de l'UE adoptent des sanctions contre la Russie

Access to the comments Discussion
Par Efi Koutsokosta  & Euronews
euronews_icons_loading
Les ministres des Affaires étrangères de l'UE adoptent des sanctions contre la Russie
Tous droits réservés  Virginia Mayo/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

A l'unanimité l'Union européenne adopte un paquet de sanctions contre la Russie. Les 27 répondent ainsi à la décision unilatérale de Moscou de reconnaitre l'indépendance des deux territoires séparatistes dans l'est de l'Ukraine. L'annonce faite lundi par le président russe accentue les tensions déjà fortes et balaye les efforts diplomatiques de désescalade.

Ces mesures concernent les 351 députés russes de la Douma qui ont adopté la décision du Kremlin ainsi que 27 personnalités ou entités accusées de déstabiliser l'Ukraine. Ces sanctions visent aussi à restreindre les activités des banques russes liées aux opérations dans les deux territoires ukrainiens. De plus, Moscou ne pourra plus accéder au marché financier européen. Il n'y aura pas non plus de relation économique entre les deux régions séparatistes et l'UE.

Le chef de la diplomatie européenne prévient que l'Union pourrait aller plus loin et que des représailles supplémentaires sont possibles si l'ensemble du Donbass devait passer sous le contrôle de Moscou.

"L'unanimité que nous avons trouvé aujourd'hui ne signifie pas que c'est la fin de l'histoire. Nous gardons des munitions dans notre boîte à outils pour continuer à sanctionner l'attitude russe si nécessaire", insiste Josep Borrell.

Nous resterons vigilants
Josep Borrell
chef de la diplomatie européenne

Les analystes estiment que pour être efficaces ces mesures doivent être appliquées sur le long terme, au moins deux à trois ans et doivent cibler un large champ de secteurs économiques. Le coût sera élevé pour la Russie mais il ne sera pas non plus indolore pour l'UE.

"Est-ce que l'Europe sera capable de se rassembler, de s'unir face à cette agression et est-ce qu'elle sera prête à répondre à des sanctions qui seront très douloureuses pour la Russie mais aussi pour les Européens", s'interroge Guntram Wolff, directeur de l'institut Bruegel.

L'Union européenne souligne être en étroite coordination avec les Etats-Unis et ses alliés de l'Otan. En revanche le ministre français des Affaires étrangères a précisé que la rencontre prévue vendredi avec son homologue russe était annulée.