La Belgique en lutte contre le narcotrafic dans le port d’Anvers

Access to the comments Discussion
Par Christopher Pitchers  & Euronews
Chargement d'un container dans le port d'Anvers
Chargement d'un container dans le port d'Anvers   -   Tous droits réservés  Virginia Mayo/AP

La porte d'entrée de la cocaïne en Europe. C'est le surnom parfois donné au port d'Anvers. Chaque année des millions de containers sont débarqués et embarqués le long de ses docks. L'activité économique du deuxième port européen attise la convoitise du crime organisé de grande ampleur, à commencer par le trafic de drogue.

Pour lutter contre ce fléau, des centaines de camions passent quotidiennement aux rayons X. Chaque jour des produits illégaux sont repérés. Mais la Belgique observe ces dernières années une forte augmentation des saisies de stupéfiants dans le port.

"Nous avons battu des records au cours des cinq dernières années ici à Anvers. L'année dernière 89 tonnes de cocaïne ont été saisies à Anvers", explique Florence Angelici, porte-parole du ministère des Finances.

Pour chaque tonne saisie dans le port, neuf tonnes échapperaient aux contrôles. Le gouvernement belge prend cette criminalité au sérieux et veut renforcer ses moyens.

"Nous recrutons actuellement 100 nouveaux agents pour les douanes et nous allons disposer de nouveaux appareils de contrôle directement sur les terminaux comme ça nous pourrons contrôler 100% des containers à risque", précise Florence Angelici.

Cette intensification de la criminalité s'accompagne d'une augmentation de la violence. Le ministre belge de la Justice a échappé le mois dernier à une tentative d'enlèvement liée à des organisations criminelles aux Pays-Bas. Vincent Van Quickenborne estime désormais que son pays est entré dans une "phase de narco-terrorisme".

Mais pour les experts il n’est pas question pour autant de décrire la Belgique comme un pays gangréné par le narcotrafic.

"Il y a une grande différence avec un Etat narcotique comme par exemple le Mexique. En Belgique, aux Pays-Bas, l'administration a les mains propres, il y a très peu de cas connus de fonctionnaires corrompus par le crime organisé", explique Letizia Paoli, criminologue à l’université catholique de Louvain.

L'experte souligne que le record de saisies de cocaïne l'année dernière dans le port d'Anvers correspond presque à l'ensemble de la consommation dans l'Union européenne. Or les prix n'ont pas évolué, ils auraient même parfois diminué ce qui laisse à penser, pour les experts, que la drogue continue de circuler en Europe en se jouant des contrôles.