EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

La reconstruction de l'Ukraine sera un "défi pour des générations", selon le chancelier allemand

Le chancelier allemand Olaf Scholz
Le chancelier allemand Olaf Scholz Tous droits réservés AP Photo/Markus Schreiber
Tous droits réservés AP Photo/Markus Schreiber
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'Allemagne accueillait de nombreux chefs d'Etat et de gouvernement pour une conférence internationale consacrée à la reconstruction de l'Ukraine.

PUBLICITÉ

La reconstruction de l'Ukraine sera un "défi pour les générations" qui doit commencer dès maintenant, insiste le chancelier allemand lors d'une conférence à Berlin sur la reconstruction du pays déchiré par la guerre.

Olaf Scholz co-organisait avec la Commission européenne une rencontre d'experts sur le redressement de l'Ukraine dans le cadre de la présidence allemande du G7.

"Nous voulons discuter aujourd'hui de la reconstruction de l'Ukraine", ajoute la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dans son discours d'ouverture.

"Des milliers de maisons détruites, plusieurs centaines d'écoles transformées en décombres. D'innombrables ponts, routes, centrales électriques, infrastructures ferroviaires et industries bombardés. Pour les Ukrainiens, ce ne sont pas de simples statistiques. C'est leur expérience quotidienne", souligne la responsable allemande.

"Ce qui est en jeu ici (n'est) rien de moins que la création d'un nouveau plan Marshall pour le 21e siècle. Une tâche générationnelle qui doit commencer maintenant", résume Olaf Scholz.

"Nous savons que l'histoire de chaque pays n'est pas la même, mais de par notre propre expérience historique, nous savons aussi que la reconstruction est toujours possible et qu'il n'est jamais trop tôt pour s'atteler à cette tâche", explique le chancelier allemand.

La Banque mondiale estime le coût des dommages en Ukraine à environ 350 milliards d'euros.

Le président ukrainien, Volodymyr Zelenksy, qui s'est adressé en vidéo à la conférence, juge que l'Ukraine a besoin d’argent pour couvrir le déficit budgétaire de 38 milliards de dollars. Le Premier ministre Denys Shmyhal souligne que Kyiv aura besoin d'un financement rapide "pour rétablir immédiatement les infrastructures" afin de survivre à cet hiver et d'éviter une catastrophe humanitaire et une vague de migration.

Ursula von der Leyen a annoncé la semaine dernière que l'UE entendait verser 1,5 milliard d'euros par mois à l'Ukraine, pour un total de 18 milliards d'euros en 2023.

L'Europe dépend de l'énergie russe "comme un drogué"

Lors de cette conférence, le Premier ministre polonais a comparé la dépendance de l'Europe à l'énergie russe à un toxicomane qui retourne chez un dealer.

"Nous parlons souvent de la dépendance de l'Europe aux matières premières russes. Et effectivement, la Russie s'est comportée comme un dealer", insiste Mateusz Morawiecki.

"Un dealer donne sa première dose gratuitement car il sait que le toxicomane viendra plus tard et paiera très cher les doses suivantes", ajoute-t-il.

"Aujourd'hui, il ne suffit pas de parler de la reconstruction de l'Ukraine et de la reconstruction de l'Europe. C'est plus que cela. Nous devons parler de remodelage de l'Europe", explique le Premier ministre polonais.

Avant la guerre, environ 40 % des importations européennes de gaz provenaient de Russie. Ce chiffre est cependant en forte diminution car le Kremlin a réduit ses approvisionnements en représailles aux sanctions de l’UE.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre en Ukraine : l'armée ukrainienne aux portes de Kherson, "l'évacuation des civils" continue

Emmanuel Macron plaide pour la paix "possible" en Ukraine, lors du sommet organisé par Sant'Egidio

Ukraine : Moscou dit craindre une "bombe sale", Kyiv rejette ces allégations