EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

"Un effort de redressement et de reconstruction rapide est absolument nécessaire" en Ukraine

Les soutiens de l'Ukraine étaient réunis à Londres pour évoquer et financer la reconstruction
Les soutiens de l'Ukraine étaient réunis à Londres pour évoquer et financer la reconstruction Tous droits réservés AP Photo/Kirsty Wigglesworth, pool
Tous droits réservés AP Photo/Kirsty Wigglesworth, pool
Par Stefan Grobe
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les soutiens de l’Ukraine étaient réunis à Londres pour annoncer et établir une aide financière consacrée à la reconstruction du pays.

PUBLICITÉ

Les soutiens à l’Ukraine veulent déjà penser à la reconstruction. Les pays donateurs et les acteurs privés étaient réunis à Londres cette semaine pour une conférence internationale pour essayer de se projeter vers l’avenir. Mais le chantier s’annonce titanesque.

Euronews a interrogé le représentant des Nations Unies à cette conférence, Achim Steiner.

Euronews :

Vous revenez d'une mission en Ukraine, qu'est-ce que vous avez vu ?

Achim Steiner :

J'ai vu un pays qui tente désespérément de survivre à cet assaut. Je pense que c'est la façon la plus simple de le dire. Les personnes que j'ai rencontrées font preuve d'une extraordinaire résilience. J'en ai rencontré beaucoup dans les hôpitaux, des gens qui avaient été amputés d'un membre à la suite des combats ou après avoir marché sur une mine antipersonnel. J'ai rencontré des petits entrepreneurs qui tentent de reconstruire leur entreprise après avoir été déplacés à l'intérieur du pays. J'ai rencontré des locataires qui ont dû fuir leur maison que nous aidons maintenant à reconstruire. En les écoutant, j'ai été encore plus convaincu que l'idée d'un effort de redressement et de reconstruction rapide est absolument nécessaire aujourd'hui.

Euronews :

Quels sont les besoins urgents ?

Achim Steiner :

Je pense que si vous regardez les images de destruction, que nous voyons presque quotidiennement sur nos écrans de télévision, vous pouvez deviner qu'il s'agit des infrastructures. Tout d'abord les habitations, toujours une cible dans de nombreuses régions du pays et avec des quantités énormes de destruction. On estime que 1,5 million d'habitations ont été détruites. L'infrastructure électrique, les attaques très ciblées sur l'infrastructure électrique signifie que des parties importantes du pays et de la population n'ont pas de source d'approvisionnement en électricité.

Euronews :

L'Ukraine est devenue l'un des plus grands champs de mines du monde, un tiers du pays étant potentiellement touché. Comment les efforts de déminage peuvent-ils se poursuivre alors que le pays est toujours en guerre ?

Achim Steiner :

À Irpin, c'est quelque chose que j'ai vu de mes propres yeux. Vous entrez dans un quartier, vous commencez à déployer ces équipes. Elles vont d'un bâtiment à l'autre et nettoient essentiellement ces bâtiments, soit en ne trouvant pas de munitions non explosées ou de mines, soit en les trouvant et en s'en débarrassant. Il s'agit donc d'un processus extraordinairement complexe et très ardu. C'est pourquoi la formation d'équipes de déminage, la fourniture d'équipements et leur déploiement dans tout le pays est une priorité absolue du gouvernement car ces mines et ces munitions non explosées n'affectent pas seulement les bâtiments, les routes ou les infrastructures. Il s'agit également de terres agricoles où les agriculteurs ne peuvent pas retourner. Ainsi, l'aspect productif de l'économie dans les zones rurales est parfois également limité par cette horrible arme de guerre.

Euronews :

Comment les Ukrainiens font-ils pour tenir le coup ?

Achim Steiner :

Je pense qu'ils sont remarquablement résistants, déterminés et, d'une certaine manière, dans les parties du pays où il n'y a pas de combats actifs, ils sont déterminés à maintenir une vie normale. Cette vie est interrompue à intervalles réguliers pendant la journée, pendant la nuit, par les sirènes, les alarmes aériennes. Mais je dois dire que j'ai été impressionné, tout d'abord, par le calme avec lequel les gens essaient de continuer à fonctionner au milieu d'une guerre et d'un assaut qu'ils subissent, et ensuite, par leur capacité continue à reconstruire.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En cas de réélection de Donald Trump, l'UE sera confrontée "à de multiples chocs politiques"

État de l'Union : Le sommet de l'OTAN de Biden et la mission de paix autoproclamée d'Orban

State of the Union : "course contre la montre" au Soudan