EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

La Bulgarie espère rejoindre prochainement l’espace Schengen

Discours du Premier ministre bulgare, Nikolaï Denkov, devant le Parlement européen
Discours du Premier ministre bulgare, Nikolaï Denkov, devant le Parlement européen Tous droits réservés Fred MARVAUX/ European Union 2023 - Source : EP
Tous droits réservés Fred MARVAUX/ European Union 2023 - Source : EP
Par Sandor Zsiros
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Premier ministre bulgare, Nikolaï Denkov, a tenu un discours devant le Parlement européen à Strasbourg. Il souhaite voir son pays rejoindre prochainement la zone de libre circulation des personnes en Europe.

PUBLICITÉ

Le Premier ministre bulgare estime que son pays est pris en otage dans le débat sur l'élargissement de Schengen. Nikolaï Denkov a présenté devant le Parlement européen à Strasbourg sa vision de l'UE. Interrogé par Euronews, il juge que son pays remplit tous les critères pour rejoindre l'espace de libre circulation des personnes en Europe.

"Lorsque j'ai rencontré le chancelier Nehammer en Autriche, il a été très clair sur le fait qu'il n'avait aucun problème avec la Bulgarie et la Roumanie en tant que telles aujourd'hui. Son problème est le fonctionnement de l'espace Schengen en général. Il s'agit donc plus d'une discussion entre l'Autriche et l'Union européenne", explique le dirigeant bulgare.

"Bien sûr, nous sommes les victimes de cette situation. Comme je l'ai dit aujourd'hui, je me sens un peu l'otage de cette situation. J'espère qu'il y aura une évolution positive en décembre."

Le Premier ministre bulgare rejette également les critiques émises par la Hongrie et la Serbie après l'annonce par la Bulgarie de taxer les transferts de gaz russe sur son territoire. Budapest et Belgrade s'approvisionnent auprès de Moscou, or, les deux pays craignent que ce projet entraîne une hausse des prix.

"La mise en œuvre de cette taxe n'impose aucune obligation de paiement de la part des pays destinataires, comme la Hongrie ou d'autres pays. Elle est définie de telle sorte qu'elle doit être payée par Gazprom. J'ai discuté avec le Premier ministre hongrois, M Orban, et avec le Premier ministre serbe, et je leur ai dit que cette taxe n'était pas dirigée contre vos citoyens", assure Nikolaï Denkov.

"Ce que nous voulons, c'est prendre une partie des bénéfices de la machine de guerre russe parce qu'elle est littéralement alimentée par Gazprom d'une manière ou d'une autre."

La Bulgarie précise ne plus avoir de demande à l'égard de la Macédoine du Nord. Sofia a bloqué les négociations d'adhésion avec Skopje à propos des droits des minorités. Les deux pays sont parvenus l'année dernière à un accord. Pour le Premier ministre bulgare, le processus va maintenant suivre son cours.

"Nous n'avons pas d'autres exigences. Une décision très claire a été prise l'année dernière, en 2022. C'est entre la Macédoine du Nord et l'Union européenne, en fait (…) Ce que nous attendons, c'est que cet accord soit respecté par la Macédoine du Nord comme prévu", juge le Premier ministre bulgare.

L'élargissement de l'UE vers les Balkans occidentaux est dans l'intérêt politique et économique de la Bulgarie. Mais Nikolaï Denkov rappelle que ces candidats doivent montrer qu'ils souhaitent devenir de véritables membres du projet européen.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Autriche s'oppose toujours à l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à l'espace Schengen

Parlement européen : le cordon sanitaire contre l'extrême droite tient-il ?

La ville de Copenhague encourage le tourisme écoresponsable