Euroviews. Le statu quo n'est plus possible : l'Ukraine est importante pour la crédibilité de l'intégration européenne

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s'entretiennent lors de leur rencontre à Kiyv, en septembre 2022.
Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s'entretiennent lors de leur rencontre à Kiyv, en septembre 2022. Tous droits réservés AP Photo/Euronews
Par Andris Piebalgs, Baron Daniel Janssen, Ciarán Devane, Count Etienne Davignon, Dalia Grybauskaité, Daniel Dăianu, Kolinda Grabar-Kitarović, Štefan Füle, Yves Leterme
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Les opinions exprimées dans cet article sont celles de leur auteur et ne représentent en aucun cas le positionnement éditorial d’Euronews.
Cet article a été initialement publié en anglais

Les décisions du sommet européen au sujet de l'Ukraine sont vitales pour la crédibilité du processus d'élargissement, mais aussi pour l'avenir du projet d'intégration européenne et sa capacité à garantir liberté, sécurité et prospérité pour tous, écrivent les administrateurs des Amis de l'Europe.

PUBLICITÉ

Dans quelques jours, les dirigeants de l'Union européenne se réuniront à Bruxelles. Ces réunions du Conseil européen sont normalement des affaires de routine, mais cette fois-ci, ce n'est rien de moins que l'avenir de l'Europe pour les décennies à venir qui est en jeu.

Les dirigeants européens doivent décider du prochain cycle d'élargissement de l'UE, le plus compliqué et le plus difficile à ce jour.

Il s'agit du sort de l'Ukraine, un pays en guerre suite à l'invasion russe, ainsi que de neuf autres pays candidats et aspirants, tous dans une situation géostratégique délicate.

Jamais auparavant il n'a été aussi important que l'UE réussisse cet élargissement, car c'est aussi une occasion historique d'achever l'unification de l'Europe, d'ancrer la démocratie sur tout le continent, de renforcer la sécurité et la défense de l'UE contre les dangers d'un ordre mondial plus conflictuel et de faire de l'Europe un acteur plus puissant et plus influent sur la scène mondiale.

Cependant l'UE devra éviter de répéter les erreurs des deux dernières décennies, lorsque trop d'hésitations, d'engagements non tenus et de messages contradictoires nous ont fait perdre un temps précieux dans le processus d'élargissement, ont retardé des réformes nécessaires et ont perpétué de vieilles divisions et des différends qui ont miné la sécurité de nos voisins de l'Est et, en fin de compte, la nôtre.

L'adhésion à l'UE et à l'OTAN doit servir à renforcer nos démocraties

L'OTAN a promis l'adhésion à l'Ukraine et à la Géorgie dès 2008, mais n'a pas donné suite avec un plan d'action pour l'adhésion, un calendrier ou une feuille de route concrets.

L'UE a intensifié ses relations avec ses voisins orientaux, y compris l'Ukraine, par le biais d'accords d'association et de zones de libre-échange importantes, tout en refusant à ces pays la perspective d'adhésion qu'elle avait accordée aux Balkans occidentaux.

Le voisinage oriental de l'UE était perçu par la Russie comme une zone grise dans laquelle Vladimir Poutine pouvait interférer de manière persistante par le biais de pressions et de chantages économiques, de guerres hybrides et même d'actions militaires, comme en témoignent l'invasion de la Géorgie par la Russie, l'annexion illégale de la Crimée et l'invasion de l'Ukraine.

Notre meilleure défense contre l'agression russe, ainsi que contre toutes les autres instabilités qui frappent nos voisins orientaux et les Balkans occidentaux, est de transformer la porte ouverte de l'OTAN et de l'UE en un instrument plus dynamique et plus efficace de défense et de renforcement de nos démocraties
Un panneau d'affichage à l'effigie du président russe Vladimir Poutine, sur lequel on peut lire : "Joyeux anniversaire président", dans la ville bosniaque de Banja Luka
Un panneau d'affichage à l'effigie du président russe Vladimir Poutine, sur lequel on peut lire : "Joyeux anniversaire président", dans la ville bosniaque de Banja LukaAP Photo/Radivoje Pavicic

Vladimir Poutine a tenté d'intégrer de force des parties de cette zone grise dans le Russkiy Mir ("le monde russe"), refusant à ses habitants le droit de choisir librement leur destin.

Notre meilleure défense contre l'agression russe, ainsi que contre toutes les autres instabilités qui frappent nos voisins orientaux et les Balkans occidentaux, est de transformer la porte ouverte de l'OTAN et de l'UE en un instrument plus dynamique et plus efficace de défense et de renforcement de nos démocraties.

Nous devons cesser de dire que nous serons prêts lorsque nos voisins le seront, et cesser de faire semblant d'agir et de nous engager, mais plutôt ouvrir des négociations d'adhésion à l'UE réelles et significatives avec les pays candidats qui ont fait leurs devoirs en remplissant les conditions initiales fixées par la Commission européenne, et les aider à se préparer à l'adhésion.

Il est temps de joindre le geste à la parole et d'être cohérent.

Les candidats ont besoin d'une voie plus claire et d'une aide plus importante

Pour réussir, nous devons non seulement suivre le processus d'élargissement, mais aussi nous appuyer sur les enseignements tirés des adhésions précédentes. Beaucoup de choses ont été améliorées et les changements utiles mis en œuvre par le passé doivent être poursuivis et approfondis.

Par exemple, nous avons appris qu'il est contre-productif de se contenter de cocher les cases des réformes et des règlements adoptés sur le papier, mais qui n'ont en fait pas été mis en œuvre ou ne l'ont été que partiellement dans la pratique.

Il n'est pas facile pour les pays qui ont souffert de régimes totalitaires et d'une économie planifiée d'adopter l'acquis communautaire européen, composé de milliers de textes législatifs et réglementaires. L'UE doit mieux contrôler et aider davantage les candidats.

La foule participe aux célébrations marquant l'entrée de la Croatie dans l'Union européenne, sur la place centrale de Zagreb, en juin 2013.
La foule participe aux célébrations marquant l'entrée de la Croatie dans l'Union européenne, sur la place centrale de Zagreb, en juin 2013.Darko Bandic/AP

Le processus utilisé avec le dernier pays à avoir adhéré à l'UE, la Croatie, en 2013, et qui consiste à utiliser un "registre de suivi", reflète une approche plus rigoureuse de la part de l'UE, et c'est sur ce modèle qu'il faut désormais s'appuyer. Il en va de même pour l'approche "Fundamental First" ("Les fondamentaux avant tout"), qui permet de s'assurer que le candidat partage véritablement (et protège) les valeurs fondamentales de l'UE avant d'aborder les aspects plus techniques de l'intégration.

Nous devrions également continuer à fixer des critères clairs pour ouvrir et clore les différents chapitres du processus de négociation afin que les candidats comprennent mieux ce que l'on attend d'eux et s'approprient davantage le processus.

Il est tout aussi important, dans un processus de négociation qui peut s'étendre sur plusieurs années, de récompenser les candidats qui montrent des signes de progrès en leur accordant certains des avantages de l'adhésion effective à l'UE, tels que l'accès au marché unique de l'UE ou aux fonds régionaux et structurels, ainsi qu'aux programmes de défense et à la coopération en matière de science et de technologie.

PUBLICITÉ

De cette manière, les candidats peuvent rester motivés, montrer à leurs populations les avantages de réformes parfois douloureuses acquises et acquérir la certitude que l'UE est prête à les accepter en tant que membres.

Mais nous ne pouvons pas laisser le processus se limiter aux négociations techniques. Il est tout aussi important de mener un dialogue politique soutenu pour résoudre les conflits et relever les défis communs, tels que l'immigration clandestine, la sécurité énergétique, les phénomènes météorologiques extrêmes liés au climat et la protection de nos démocraties contre les ingérences politiques extérieures et les guerres hybrides.

L'Ukraine est la clé de notre avenir européen commun

L'Ukraine est un élément central et crucial de l'ensemble du processus d'élargissement. Si la Russie l'emporte et que l'UE s'avère incapable de défendre un peuple qui a fait preuve d'un tel courage et d'une telle détermination à défendre les valeurs européennes, la crédibilité de l'UE subira un coup presque fatal.

L'OTAN et l'UE seront directement menacées par la Russie et Poutine sera encouragé à saper l'ensemble du processus d'élargissement et à faire entrer une plus grande partie du voisinage oriental et des Balkans occidentaux dans la sphère d'influence de Moscou.

L'aide à l'Ukraine n'est pas un exercice de charité pour l'UE. Le "désintéressement vis-à-vis de l'Ukraine" est une complaisance qui serait aussi préjudiciable à la sécurité européenne qu'à l'Ukraine elle-même.
Des sacs de sable usés sont empilés autour du monument à Dante Alighieri pour protéger la statue d'un éventuel bombardement par la Russie à Kiyv, juillet 2023.
Des sacs de sable usés sont empilés autour du monument à Dante Alighieri pour protéger la statue d'un éventuel bombardement par la Russie à Kiyv, juillet 2023.AP Photo/Jae C. Hong

Pourtant, même en temps de guerre, Kiyv a poursuivi ses réformes et rempli les conditions nécessaires à l'ouverture des négociations d'adhésion.

PUBLICITÉ

La perspective européenne est le meilleur moyen de soutenir la capacité du gouvernement et du peuple ukrainiens à résister à l'agression russe, tout en continuant à recevoir des armes et un soutien financier de la part de l'Europe et de l'Amérique du Nord.

L'aide à l'Ukraine n'est pas un exercice de charité pour l'UE. Le "désintéressement vis-à-vis de l'Ukraine" est une complaisance qui serait aussi préjudiciable à la sécurité européenne qu'à l'Ukraine elle-même.

Ainsi, ce que le sommet européen dira de l'Ukraine n'est pas seulement vital pour la crédibilité de l'ensemble du processus d'élargissement, mais aussi pour l'avenir du projet d'intégration européenne et sa capacité à garantir la liberté, la sécurité et la prospérité de chacun d'entre nous.

Soyons honnêtes avec nous-mêmes

"Rien ne sera jamais réalisé si toutes les objections possibles doivent d'abord être surmontées" est un dicton populaire inventé par Nathan Cummings. L'élargissement de l'UE est peut-être une nécessité stratégique, mais il reste un chemin long et sinueux à parcourir, qui exige patience, constance et concentration de la part des dirigeants de l'UE et des candidats.

Une Union européenne de près de 40 futurs États ne fonctionnera pas sans une réforme interne de son fonctionnement, par exemple en matière de prise de décision et d'allocation des ressources.

PUBLICITÉ

L'UE ne peut pas se permettre de faire preuve d'un manque de préparation, car cela enverrait aux candidats le message que l'union n'est pas sérieuse au sujet de l'élargissement et qu'elle refuse d'en assumer les conséquences.

Les deux processus de préparation - dans les pays candidats et dans l'UE elle-même - sont donc d'égale importance et doivent se dérouler en tandem et produire en même temps des résultats qui se renforcent mutuellement.

La réforme interne de l'UE ne peut être reportée à la fin du processus d'élargissement, car elle ne ferait que ralentir et compliquer ce processus.

L'opinion publique et les groupes d'intérêts nationaux perçoivent souvent les inconvénients de l'adhésion de nouveaux membres bien avant d'en voir les avantages (comme ce fut le cas récemment avec les agriculteurs néerlandais et les camionneurs polonais).

Les dirigeants doivent être honnêtes avec eux-mêmes et avec leur population sur les défis et les compromis qui les attendent, mais ils doivent aussi travailler dur pour convaincre les sceptiques et obtenir un soutien public et politique en faveur de l'élargissement de l'UE.

PUBLICITÉ

La génération actuelle d'Européens sera plus en sécurité, mais ce qui est vraiment important, c'est que nos enfants et petits-enfants vivent eux aussi dans la liberté et la sécurité.

Andris Piebalgs est Senior Fellow à la Florence School of Regulation et ancien commissaire européen au développement et à l'énergie ; le baron Daniel Janssen est membre du comité exécutif de la Commission trilatérale et ancien président du conseil d'administration de Solvay ; Ciarán Devane est directeur exécutif du Centre for Trust, Peace and Social Relations, Pro-Vice-Chancellor associé pour les relations internationales à l'université de Coventry et ancien directeur général du British Council ; le comte Etienne Davignon est président de Friends of Europe, ministre d'État belge et ancien vice-président de la Commission européenne ; Dalia Grybauskaité est l'ancienne présidente de la Lituanie et l'ancienne commissaire européenne chargée de la programmation financière et du budget ; Daniel Dăianu est président du Conseil fiscal roumain, ancien membre du Parlement européen et ancien ministre des finances de la Roumanie ; Kolinda Grabar-Kitarović est l'ancienne présidente de la Croatie ; Štefan Füle est l'ancien commissaire européen chargé de l'élargissement et de la politique européenne de voisinage et l'ancien envoyé spécial auprès de l'OSCE et des Balkans occidentaux ; et Yves Leterme est ministre d'État et ancien Premier ministre de la Belgique. Les auteurs sont tous administrateurs des Amis de l'Europe.

Chez Euronews, nous pensons que tous les points de vue sont importants. Contactez-nous à l'adresse view@euronews.com pour envoyer des propositions ou des soumissions et participer à la conversation.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

​L'Union européenne et le Canada créent une alliance verte

l'Union européenne sera "vulnérable" si elle ne s'élargit pas, selon la diplomatie allemande

L'Autrichien Walter Baier candidat à la présidence de la Commission européenne