The Cube : polémique sur la détention de prisonniers palestiniens à moitié nus

Polémique sur la détention de prisonniers palestiniens
Polémique sur la détention de prisonniers palestiniens Tous droits réservés Euronews / Twitter screemshot
Par Sophia Khatsenkova (adapté de l'anglais)
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Sophia Khatsenkova décrypte la polémique qui a inondé les réseaux sociaux à propos de la diffusion d'images de prisonniers palestiniens arrêtés par l'armée israélienne.

PUBLICITÉ

Des hommes rassemblés par les troupes, à moitié nus, et les yeux bandés… Ces images chocs de prisonniers palestiniens ont été largement relayées ces derniers jours sur les réseaux sociaux.

Mais certains s’interrogent sur l’authenticité de ces vidéos.
Regardons de plus près.

Plusieurs photos et vidéos qui ont fuité sur Internet ces derniers jours montrent des dizaines d'hommes palestiniens arrêtés, certains en sous-vêtements et forcés de s'asseoir ou de s'agenouiller à terre.

Certaines observateurs ont pointé du doigt ces images choquantes comme une preuve des violations des droits humains par Israël et du traitement humiliant des prisonniers.

Mais cette vidéo a également soulevé des questions sur son authenticité.

Tout d’abord, où ont eu lieu ces arrestations ?

Ici aussi les informations sont contradictoires. Un porte-parole du gouvernement israélien a ainsi affirmé que ces prisonniers se trouvaient à proximité de Jabaliya, un bastion du Hamas.

Toutefois, selon les Palestiniens, les images ont été tournées dans la ville de Beit Lahiya, au nord du pays.

Selon une enquête de Geoconfirmed, des spécialistes de la géolocalisation, ont découvert que la vidéo avait été tournée dans le sud de la ville de Beit Lahiya.

Nous avons à notre tour observé que ces images étaient apparues pour la première fois en ligne le 7 décembre dernier. 

Difficile toutefois de confirmer les circonstances dans lesquelles ont eu lieu ces arrestations, leur date exacte, ou encore qui se cache derrière la vidéo.

Mais qui sont certains des prisonniers ?

L'ONG internationale Euro-Mediterranean Human Rights Monitor a indiqué avoir reconnu plusieurs civils, dont un directeur d'école et des médecins.

Ces derniers ont été enlevés dans deux écoles, toutes deux affiliées à l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), a indiqué l'organisation de défense des droits dans un communiqué.

Selon son employeur, au moins un journaliste du média The New Arab, basé à Londres, figure parmi eux.

Comment Israël a-t-il réagi ? Lors d'une conférence de presse, le porte-parole de Tsahal a reconnu que des arrestations massives avaient eu lieu, mais a assuré que les détenus étaient "traités conformément au droit international", justifiant leur déshabillage en affirmant qu'ils recherchaient des engins explosifs.

En vertu du droit international humanitaire, tous les prisonniers de guerre doivent être traités avec humanité. 

Le fait de publier ces images humiliantes pourrait constituer une violation de la Convention de Genève, surtout compte tenu de la présence de civils.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

The Cube : Israël a-t-il modifié le code-barres de ses produits en raison des appels au boycott ?

Pressions internationales pour un cessez-le-feu à Gaza

Guerre Israël-Hamas : aucun otage ne sera libéré vivant sans échange, promet le Hamas