EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Élections européennes : ce qu'il faut savoir sur les principaux enjeux nationaux

Les drapeaux sont visibles au Parlement européen à Strasbourg
Les drapeaux sont visibles au Parlement européen à Strasbourg Tous droits réservés Christian Lutz/AP
Tous droits réservés Christian Lutz/AP
Par Mared Gwyn JonesEuronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les correspondants d'Euronews analysent les enjeux des principaux champs de bataille nationaux, alors que les électeurs s'apprêtent à se rendre aux urnes.

PUBLICITÉ

Du 6 au 9 juin, quelque 373 millions d'électeurs de l'Union européenne éliront 720 nouveaux membres du Parlement européen dans le cadre du plus grand scrutin transnational de l'histoire.

Mais le vote risque d'être profondément marqué par des questions nationales, malgré le rôle de plus en plus visible de l'UE dans la résolution de problèmes communs tels que la sécurité, la défense, le changement climatique, le coût de la vie et les migrations.

Le scrutin devrait également permettre de prendre la température politique dans les 27 pays de l'Union, à un moment critique pour l'Europe, avec la montée des forces d'extrême droite et la stagnation du soutien aux partis centristes dans de nombreuses régions du continent.

Dans plusieurs Etats membres, le vote a été présenté comme un référendum sur la manière dont les partis au pouvoir se comportent au sein des gouvernements nationaux.

L'équipe de correspondants d'Euronews présente ce qu'il faut observer dans les pays clés alors que l'Europe se rend aux urnes.

France : l'extrême droite de Bardella prête à écraser les libéraux de Macron

Jordan Bardella, le protégé de Marine Le Pen âgé de 28 ans, est au cœur de la campagne en France. L'étoile montante devrait recueillir environ un tiers des voix des Français et offrir une victoire historique au Rassemblement national, parti d'extrême droite.

Grâce à une stratégie bien pensée sur les réseaux sociaux et à des prestations soignées lors des débats électoraux, M. Bardella a tenté de préparer le terrain pour ce qui sera probablement la dernière tentative de Mme Le Pen de devenir présidente lors du prochain scrutin de 2027.

Cela signifie un casse-tête pour le président Emmanuel Macron et son parti libéral Renaissance, qui a progressivement chuté dans les sondages et pourrait même terminer troisième si le joker socialiste Raphaël Glucksmann bénéficie d'un regain de soutien de dernière minute.

Emmanuel Macron s'est démené pour sauver son parti de l'humiliation, envoyant son premier ministre affronter M. Bardella dans un débat en tête-à-tête, alors que sa candidate principale, Valérie Hayer, s'efforçait de contenir la poussée de l'extrême droite. Une interview télévisée de M. Macron à une heure de grande écoute, prévue la veille du vote, est un autre signe de l'anxiété dans le camp Macron, qui craint qu'une défaite à cette élection ne présage sa chute.

Grégoire Lory est le correspondant français d'Euronews à Bruxelles.

Marine Le Pen, leader du Rassemblement national français d'extrême droite, et candidate principale du parti pour les prochaines élections européennes Jordan Bardella
Marine Le Pen, leader du Rassemblement national français d'extrême droite, et candidate principale du parti pour les prochaines élections européennes Jordan Bardella Thomas Padilla/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.

Espagne : le débat politique se polarise sur l'amnistie et la corruption

Moins de sept mois après avoir décroché un second mandat en tant que premier ministre espagnol en concluant un accord d'amnistie controversé avec les séparatistes catalans, les socialistes de Pedro Sánchez sont distancés de cinq sièges par l'opposition de centre-droit, selon le Super Poll d'Euronews.

Le Parti populaire (PP) de centre-droit espère capitaliser sur le mécontentement de ses électeurs traditionnels concernant la loi d'amnistie et l'enquête judiciaire sur Begoña Gómez, l'épouse de M. Sánchez. Le PP pourrait également capter le vote passé du parti centriste Citoyens (Ciudadanos), qui devrait perdre l'ensemble de ses 9 sièges.

Le parti d'extrême droite Vox est en passe de réaliser de petites avancées, et certains sondages prédisent qu'un autre parti d'extrême droite, The Party's Over (Se Acabó la Fiesta), pourrait entrer au Parlement européen pour la première fois.

Alors que les candidats et les experts se sont efforcés de mettre au cœur des débats électoraux les grandes questions européennes telles que l'urgence climatique, la sécurité et les migrations, les questions intérieures brûlantes de la corruption et de l'État de droit ont continué à faire la une des journaux.

Aïda Sánchez Alonso est la correspondante espagnole d'Euronews à Bruxelles.

Des manifestants protestent contre le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez et une loi d'amnistie potentielle devant le Parlement européen, mercredi 13 décembre 2023.
Des manifestants protestent contre le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez et une loi d'amnistie potentielle devant le Parlement européen, mercredi 13 décembre 2023.Jean-Francois Badias/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.

Italie : Giorgia Meloni vise des gains importants aux dépens des partenaires de la coalition

Dans une démarche hautement tactique, la Première ministre italienne Giorgia Meloni est la seule dirigeante de l'UE à avoir choisi de mener une liste électorale, afin de convertir son soutien national en un résultat fort pour son parti, les Frères d'Italie (FdI).

Avec le slogan de campagne "Con Giorgia, l'Italia cambia l'Europa" (Avec Giorgia, l'Italie change l'Europe), le FdI est en tête des sondages en Italie et pourrait obtenir un nombre impressionnant de 23 sièges.

Mais cette montée en puissance se fait aux dépens des partenaires de Giorgia Meloni au gouvernement à Rome : La Ligue, le parti d'extrême droite de Matteo Salvini, sera le grand perdant de la soirée en Italie. Après avoir terminé premier lors des dernières élections européennes en 2019, le parti de Matteo Salvini pourrait arriver en quatrième, voire en cinquième position cette fois-ci.

PUBLICITÉ

Ce résultat pourrait non seulement consolider le pouvoir national de Mme Meloni, mais aussi faire d'elle la faiseuse de rois à Bruxelles. Elle est courtisée par Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne sortante (centre-droit), qui convoite le soutien de Mme Meloni pour s'assurer un second mandat, ainsi que par Marine Le Pen (extrême-droite), qui souhaite son soutien pour fusionner les partis d'extrême-droite et créer un super-groupe au Parlement européen.

Vincenzo Genovese est le correspondant italien d'Euronews à Bruxelles.

La première ministre italienne Giorgia Meloni salue la scène lors d'un rassemblement électoral avant les élections parlementaires de l'UE à Rome.
La première ministre italienne Giorgia Meloni salue la scène lors d'un rassemblement électoral avant les élections parlementaires de l'UE à Rome.Alessandra Tarantino/Copyright 2024 The AP. All rights reserved

Allemagne : la coalition au pouvoir sous pression

Comme dans de nombreux pays, le vote en Allemagne est présenté comme un référendum sur la coalition tripartite au pouvoir, composée des socialistes, des libéraux et des verts. Tous les partis au pouvoir pourraient voir leur soutien stagner ou diminuer, les Verts étant les plus durement touchés, la sécurité et l'immigration ayant pris le pas sur le climat parmi les préoccupations des électeurs.

Le bloc de centre-droit de l'Union chrétienne-démocrate et de l'Union chrétienne-sociale (CDU/CSU) domine de la tête et des épaules les autres candidats.

Plus à droite, l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), très contestée, devrait également voir son soutien augmenter, même si c'est beaucoup moins que ce qui avait été prédit en début d'année. Le candidat principal du parti, Maximilan Krah, a été mêlé à une enquête sur l'ingérence de la Chine et de la Russie et a récemment été interdit de campagne après avoir tenu des propos nazis dans les médias. Cela a provoqué l'expulsion de l'AfD du groupe Identité et Démocratie (ID) au Parlement européen.

PUBLICITÉ

Le parti d'extrême gauche anti-immigration Bündnis Sahra Wagenknecht devrait également entrer au Parlement européen pour la première fois avec pas moins de sept sièges, les électeurs anti-migration de l'AfD trouvant un nouveau foyer politique à l'extrême gauche.

Des policiers passent devant une affiche des sociaux-démocrates pour les élections européennes lors de la manifestation révolutionnaire du 1er mai à Berlin, en Allemagne
Des policiers passent devant une affiche des sociaux-démocrates pour les élections européennes lors de la manifestation révolutionnaire du 1er mai à Berlin, en AllemagneEbrahim Noroozi/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.

Belgique : les séparatistes flamands d'extrême droite s'apprêtent à creuser les divisions

Les élections européennes en Belgique seront sans aucun doute éclipsées par des élections fédérales et régionales simultanées, considérées comme cruciales pour l'avenir du pays.

Le parti nationaliste flamand d'extrême droite Vlaams Belang, qui prône ouvertement la sécession de la Flandre et la division de l'État belge, devrait remporter environ 27 % des suffrages des Flamands.

Le Vlaams Belang a été mis à l'écart par le passé en raison de ses positions extrêmes, mais l'augmentation de sa popularité rendra la convention difficile à respecter, en particulier en Flandre.

Une bonne performance du Vlaams Belang lors du scrutin européen renforcera le camp de la droite dure en Europe. Le parti appelle à une réforme fondamentale de l'Union européenne en réduisant les pouvoirs de l'UE qui, par coïncidence, sont concentrés dans la capitale belge, Bruxelles.

PUBLICITÉ
Tom Vandendriessche, candidat principal du Vlaams Belang aux élections européennes
Tom Vandendriessche, candidat principal du Vlaams Belang aux élections européennesTwitter @vlbelang

Portugal : un premier test pour le nouveau gouvernement minoritaire

Deux mois seulement après l'entrée en fonction d'un nouveau gouvernement minoritaire de centre-droit, les élections européennes constitueront un premier test pour déterminer si l'Alliance démocrate (AD) au pouvoir au Portugal maintient son emprise sur le soutien de la population.

Le parti a confié cette tâche à son candidat principal, Sebastião Bugalho, un ancien commentateur politique de 28 ans, décrit par le Premier ministre du pays lui-même comme "un peu controversé" pour ses opinions de droite dure.

Les sondages placent actuellement AD au coude à coude avec le parti socialiste (PS) d'opposition, qui a été évincé lors des élections de mars à la suite d'un scandale de corruption impliquant le chef de cabinet du premier ministre socialiste de l'époque, Antonio Costa.

L'enquête a porté un coup dur aux socialistes, mais les sondages suggèrent qu'ils ont lentement récupéré le soutien des électeurs du centre du pays.

Le parti d'extrême droite Chega devrait également entrer au Parlement européen pour la toute première fois avec pas moins de 4 sièges, selon les sondages d'Euronews. Le parti a connu une augmentation récente de son soutien, menaçant de perturber le système politique bipartite bien ancré du Portugal.

PUBLICITÉ

Isabel Marques da Silva est la correspondante portugaise d'Euronews à Bruxelles.

Luis Montenegro, leader de l'Alliance démocratique de centre-droit, s'adresse à ses partisans après avoir remporté les élections au Portugal.
Luis Montenegro, leader de l'Alliance démocratique de centre-droit, s'adresse à ses partisans après avoir remporté les élections au Portugal.Armando Franca/Copyright 2024 The AP. All rights reserved

Hongrie : un ancien allié d'Orbán devient un rival électoral

Un ancien membre du gouvernement de droite dure de Viktor Orbán espère secouer les élections en Hongrie en mobilisant les électeurs désillusionnés par la main de fer du parti Fidesz au pouvoir.

Péter Magyar a choqué la nation au début de l'année en s'élevant contre la corruption et la machine de propagande du gouvernement, dénonçant l'"État mafieux" dirigé par M. Orbán. Son nouveau parti, Respect et liberté (TISZA), devrait entrer au Parlement européen pour la première fois avec pas moins de quatre sièges.

Le super sondage d'Euronews place l'alliance entre le Fidesz d'Orbán et ses alliés conservateurs du Parti populaire chrétien-démocrate (KDNP) confortablement en tête des sondages avec environ 10 sièges, mais il serait crucial que leur délégation à Bruxelles détienne pour la première fois une minorité des 23 sièges de la Hongrie.

Cette élection a également vu la télévision publique hongroise organiser son premier débat électoral télévisé depuis près de vingt ans, dans un pays où Viktor Orbán tient fermement les médias.

PUBLICITÉ
Péter Magyar, l'opposant au Premier ministre hongrois Viktor Orbán, entre en scène lors d'un meeting de campagne dans la ville rurale de Debrecen, en Hongrie, le 5 mai 2024.
Péter Magyar, l'opposant au Premier ministre hongrois Viktor Orbán, entre en scène lors d'un meeting de campagne dans la ville rurale de Debrecen, en Hongrie, le 5 mai 2024. Denes Erdos/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.

Pologne : la sécurité sous les feux de la rampe

S'il y a une chose qui unit les partis polonais au pouvoir et dans l'opposition, c'est leur engagement ferme à soutenir l'Ukraine et à s'opposer à la Russie et à ses mandataires.

La Coalition civique du Premier ministre Donald Tusk et le parti d'opposition ultraconservateur Droit et Justice (PiS), actuellement au coude à coude dans les sondages, ont tous deux placé la sécurité de la Pologne au cœur de leurs campagnes électorales européennes.

La Pologne, qui a une frontière commune avec la Biélorussie et l'enclave russe de Kaliningrad, a récemment constaté une augmentation du nombre de migrants clandestins tentant de franchir la frontière depuis la Biélorussie, dans le cadre de ce que M. Tusk a appelé une "guerre hybride".

La Confédération d'extrême droite devrait également entrer au Parlement européen pour la première fois avec cinq eurodéputés.

Un soldat monte la garde près d'une barrière métallique dans la forêt de Bialowieza, dans l'est de la Pologne, le mercredi 29 mai 2024.
Un soldat monte la garde près d'une barrière métallique dans la forêt de Bialowieza, dans l'est de la Pologne, le mercredi 29 mai 2024.Czarek Sokolowski/Copyright 2024 The AP. All rights reserved

Grèce : l'état de la démocratie et l'économie en tête des préoccupations des électeurs

Selon le dernier Eurobaromètre, 60 % des Grecs ne sont pas satisfaits de l'état de la démocratie dans leur pays et souhaitent que l'UE fasse de la défense de l'État de droit une priorité.

PUBLICITÉ

Le mécontentement reste profond après le scandale de 2022, qui a révélé la mise sur écoute illégale de personnalités de l'opposition et de journalistes par le gouvernement du premier ministre Kyriakos Mitsotakis, et après l'accident ferroviaire de 2023, au cours duquel le gouvernement a été accusé de protéger les hommes politiques impliqués. Ces deux affaires sont soupçonnées d'avoir été étouffées par l'élite au pouvoir.

Kyriakos Mitsotakis a remporté la majorité des sièges lors des élections législatives grecques de juin dernier, une majorité qui, selon beaucoup, perpétue le manque de responsabilité et l'opacité dans les rangs du gouvernement. Le Super Poll d'Euronews place néanmoins le parti de Mitsotakis, la Nouvelle Démocratie, en tête des votes.

La crise du coût de la vie est également une question clé pour les électeurs de tous âges, qui se tournent vers l'Europe pour trouver des solutions communes.

Maria Psara est la correspondante grecque d'Euronews à Bruxelles.

Des personnes passent devant les noms des victimes de la collision ferroviaire de l'année dernière, peints sur un trottoir devant le parlement, à Athènes, Grèce
Des personnes passent devant les noms des victimes de la collision ferroviaire de l'année dernière, peints sur un trottoir devant le parlement, à Athènes, GrèceMichael Varaklas/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.

Irlande : le logement et l'arrivée des réfugiés sont les principaux thèmes de la campagne électorale

De récents sondages suggèrent une baisse de dernière minute du soutien au principal parti d'opposition, le Sinn Fein de gauche, tandis que le Fine Gael de centre-droit a rattrapé son retard, porté par le changement de leader du parti et du Premier ministre irlandais, Simon Harris.

PUBLICITÉ

Les candidats indépendants ont également le vent en poupe et semblent en mesure de remporter au moins trois des quatorze sièges irlandais au Parlement européen.

Parallèlement, le nombre de candidats d'extrême droite en lice pour des sièges dans tout le pays est sans précédent et coïncide avec l'arrivée massive de réfugiés et de demandeurs d'asile en provenance d'Ukraine et d'autres pays déchirés par la guerre. Ce phénomène relativement nouveau se produit alors que le gouvernement continue de lutter contre une crise du logement paralysante, qui a laissé des dizaines de milliers de citoyens, y compris des enfants, sans abri et vivant dans des logements temporaires.

La colère de l'extrême droite est fortement dirigée contre les familles de réfugiés et, au cours des deux dernières années, des attaques, des incendies criminels et des manifestations violentes ont eu lieu devant des centres de réfugiés où se trouvaient des enfants.

Toutefois, le soutien à l'Union européenne reste globalement élevé, avec 84 % d'opinions favorables à l'adhésion.

Shona Murray est la correspondante d'Euronews à Bruxelles.

PUBLICITÉ
Le Premier ministre irlandais Simon Harris s'adresse aux médias lors d'une conférence de presse à l'extérieur des bâtiments du gouvernement, à Dublin, Irlande, mercredi 22 mai
Le Premier ministre irlandais Simon Harris s'adresse aux médias lors d'une conférence de presse à l'extérieur des bâtiments du gouvernement, à Dublin, Irlande, mercredi 22 maiDamien Storan/AP

Sándor Zsiros et Andreas Rogal ont également contribué au reportage.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Élections européennes : une liste 100% féminine en Lituanie

Tout ce qu'il faut savoir : votre guide des élections européennes 2024

L'UE donne son feu vert à un plan historique de restauration de la nature