EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Espagne : campagne aux européennes contentieuse, dominée par la montée de l'extrême droite

La campagne aux européennes s'est transformée en un plébiscite sur le gouvernement plutôt que sur des questions liées à l'Europe
La campagne aux européennes s'est transformée en un plébiscite sur le gouvernement plutôt que sur des questions liées à l'Europe Tous droits réservés Bernat Armangue/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Bernat Armangue/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par Jaime Velazquez
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les sujets nationaux, notamment un scandale politique impliquant l'épouse du premier ministre, ont éclipsé les questions spécifiques à l'Europe. La montée de l'extrême droite a dominé la campagne, le taux de participation demeurant un facteur crucial.

PUBLICITÉ

À l'approche des élections européennes, cette campagne électorale en Espagne restera comme l'une des plus contentieuses de ces dernières années, au cours de laquelle les principaux blocs politiques ont cherché à s'affronter directement sur des questions internationales et locales.

Selon Pablo Simón, un analyste politique, "Nous avons beaucoup parlé de questions liées à la politique internationale, mais pas nécessairement à l'Union européenne. Par exemple, la crise diplomatique avec l'Argentine ou la reconnaissance de la Palestine ont été quelques-uns des sujets qui ont marqué cette première étape".

Mais rapidement, les questions proprement européennes telles que l'immigration ou les protestations agricoles ont été éclipsées par les questions nationales.

"Au cours de la seconde moitié de la campagne, surtout à partir de mercredi, les questions clairement nationales ont repris le dessus, ce qui est lié à l'inculpation et à l'assignation à comparaître devant le juge de l'épouse du premier ministre, qui a de nouveau mis l'accent sur la politique intérieure, transformant la campagne en un plébiscite sur le gouvernement plutôt que sur des questions liées à l'Europe", relève Pablo Simón.

La campagne s'est principalement concentrée sur la montée de l'extrême droite et les futures alliances au Parlement européen.

Pablo Simón, analyste politique : "Il s'agit essentiellement du climat européen. Le climat de l'opinion est lié à la montée de l'extrême droite, et cela correspond très bien à la même dynamique que nous avons connue en Espagne ces dernières années. En d'autres termes, « l'Espagne n'est pas différente ». L'Espagne a connu des sujets de discussion assez similaires à ceux d'autres pays de notre entourage".

Alors que les partis nationaux tentent de mesurer leur force lors des élections, le taux de participation reste un facteur crucial. A peine 40% des Espagnols se rendent aux urnes lors des élections européennes.

"L'Espagne est plongée dans une campagne électorale perpétuelle depuis des mois, voire des années", résume Jaime Velázquez, notre correspondant à Madrid. "La grande polarisation que connaît la société espagnole peut générer une augmentation de la participation à ces élections ou, au contraire, mettre à l'épreuve la lassitude, la fatigue des citoyens espagnols qui doivent se rendre aux urnes une fois de plus. Nous saurons tout le 9 juin".

Sources additionnelles • adaptation : Serge Duchêne

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Espagne : le Parti Populaire a lancé sa campagne électorale pour les européennes

Espagne : manifestation monstre à Madrid pour défendre le système de santé public

Espagne : analyse de la décision de Pedro Sánchez de ne pas démissionner