EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

"Je ne sais pas comment nous allons survivre à cet hiver" : le redressement de l'Ukraine passe par l'énergie

Le chancelier allemand Olaf Scholz et le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy
Le chancelier allemand Olaf Scholz et le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy Tous droits réservés Liv Stroud
Tous droits réservés Liv Stroud
Par Johanna UrbancikLiv Stroud
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Le Programme des Nations unies pour le développement et la Banque mondiale discutent des modalités du redressement de l'Ukraine qui risque de graves pénuries d'énergie en hiver.

PUBLICITÉ

La deuxième et dernière journée de la conférence sur le redressement de l'Ukraine, qui s'est tenue à Berlin, s'est achevée sur un engagement à soutenir les infrastructures essentielles de l'Ukraine en prévision d'un hiver rigoureux.

Lors de son discours et d'une conférence de presse avec le chancelier allemand Olaf Scholz le premier jour de la conférence, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé à ses homologues occidentaux d'aider l'Ukraine à reconstruire et à décentraliser son infrastructure énergétique.

L'intensification des attaques russes contre les réseaux énergétiques et les centrales électriques de l'Ukraine a contraint le gouvernement à instaurer des coupures d'électricité dans toutes les grandes villes pendant plusieurs heures par jour, et des rapports ont été publiés mettant en garde les Ukrainiens contre les risques de congélation pendant l'hiver en raison du manque d'électricité.

Oleksandra Matviïtchouk, lauréate du prix Nobel de la paix et dirigeante du Centre pour les libertés civiles, a exprimé sa crainte de l'hiver à venir. "Je ne sais vraiment pas comment nous allons survivre cet hiver. L'hiver en Ukraine est très froid, et nous n'aurons ni chauffage, ni lumière, ni électricité, ni connexion internet, ni eau", a-t-elle déclaré, accusant les partenaires occidentaux de l'Ukraine d'avoir tardé à fournir des systèmes de défense antiaérienne.

"Les Nations unies aident déjà l'Ukraine à se préparer à l'hiver", a déclaré Achim Steiner, administrateur du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). "Il s'agit notamment des systèmes énergétiques, de l'alimentation en électricité et, éventuellement, de l'installation de générateurs dans les écoles pour pallier le manque d'électricité. Le PNUD, soutenu par le Japon et d'autres partenaires internationaux, a apporté des transformateurs pour reconnecter plus d'un demi-million d'Ukrainiens, relevant ainsi l'un des plus grands défis pour l'Ukraine en raison de la destruction délibérée de son infrastructure énergétique. L'accès à l'électricité est essentiel à la survie, surtout en hiver", a-t-il ajouté.

Priorité aux énergies renouvelables

La Banque mondiale s'est engagée à verser au moins 500 milliards de dollars pour soutenir les efforts de reconstruction de l'Ukraine. Anna Bjerde, directrice des opérations de la Banque mondiale, supervise l'aide financière internationale et conseille l'Ukraine sur le redressement de l'après-guerre.

Mme Bjerde a souligné le potentiel important de l'Ukraine en matière de sources d'énergie renouvelables. "Nous avons recueilli l'avis des entreprises ukrainiennes sur les défis auxquels elles sont confrontées, ce qui nous a permis d'orienter nos discussions politiques avec le gouvernement et d'élaborer nos stratégies de financement afin de soutenir efficacement ces entreprises", a-t-elle expliqué.

"L'énergie renouvelable, mise en avant lors de la conférence, est une priorité étant donné le potentiel de l'Ukraine dans ce secteur et les discussions sur l'hydrogène. S'il est essentiel de résoudre la crise énergétique immédiate avant l'hiver, nous reconnaissons également les avantages à long terme du développement des énergies renouvelables, en particulier pour les industries qui s'efforcent de décarboniser leurs activités", a conclu Mme Bjerde.

Plus de 110 accords signés

Lors de la conférence sur la relance, l'Ukraine a signé 110 accords, contrats et mémorandums internationaux, ce qui témoigne d'un fort intérêt mondial pour l'investissement dans le pays.

La conférence a débouché sur des engagements et une aide dépassant les 16 milliards d'euros, dont un volet d'investissement de 1,4 milliard d'euros au titre de la facilité pour l'Ukraine, un programme d'assistance énergétique de 824 millions de dollars et une alliance de résilience des PME pour l'Ukraine, d'une valeur de 7 milliards d'euros.

Parmi les autres accords, citons plus de 700 millions d'euros pour le programme Skills Alliance, 35 millions de dollars pour le déminage humanitaire, 560 millions d'euros provenant de 14 accords avec des partenaires allemands et internationaux, et plus de 350 millions de dollars pour des accords d'assurance contre les risques.

En outre, l'Allemagne a annoncé la livraison de 68 missiles Patriot supplémentaires à l'Ukraine, après les 32 missiles déjà livrés ces deux derniers jours, comme l'a annoncé le ministre allemand de la Défense Boris Pistorius le 11 juin lors d'une conférence de presse conjointe avec le président ukrainien dans le Mecklembourg-Poméranie-Occidentale.

Préparation du sommet de la paix en Suisse

La conférence sur le redressement de l'Ukraine s'est tenue quelques jours avant le sommet de paix très attendu en Suisse les 15 et 16 juin où la Russie n'est pas invitée.

Lors d'une conférence de presse conjointe avec le président Zelensky à la conférence sur le redressement de l'Ukraine, la chancelière allemande a qualifié le prochain sommet en Suisse de "prochaine étape, mais pas la dernière" et l'a comparé à une plante qu'il faut arroser.

Avec ce sommet, l'Ukraine cherche à obtenir un soutien pour le plan de paix en dix points du président Zelensky, en se concentrant sur les points clés de l'ordre du jour, même si tous n'ont pas été abordés. En outre, cet événement, qui réunit des représentants de près de 90 pays et organisations, constitue une occasion cruciale de démontrer que l'Ukraine bénéficie d'un large soutien international, y compris de la part de nations non occidentales, malgré des absences notables comme celle de la Chine.

--

Denys Hlouchko a contribué à la rédaction de cet article.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Allemagne et l'UE s'engagent à reconstruire les infrastructures énergétiques de l'Ukraine

"Où est maman ?" L'histoire d'un petit garçon ukrainien enlevé par les forces russes

"La guerre en Ukraine ressemble à la Première Guerre mondiale, mais avec des drones", déclare un combattant étranger