EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Le premier ministre albanais a-t-il qualifié les États-Unis de "l'un des trois maux du monde" ?

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken et le premier ministre albanais Edi Rama se serrent la main lors de leur rencontre à Tirana, Albanie, jeudi 15 février 2024.
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken et le premier ministre albanais Edi Rama se serrent la main lors de leur rencontre à Tirana, Albanie, jeudi 15 février 2024. Tous droits réservés AP Photo/Armando Babani
Tous droits réservés AP Photo/Armando Babani
Par James Thomas
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux prétend montrer le Premier ministre Edi Rama qualifiant les États-Unis, l'Union soviétique et Israël de trois "maux" de la planète.

PUBLICITÉ

Le Premier ministre Edi Rama est connu pour son franc-parler, et ses commentaires alimentent souvent les gros titres et les messages sur les réseaux sociaux.

En 2022,il avait déjà qualifié l'UE de "grand gâchis et de honte" après que l'Union eut gelé les négociations d'adhésion de l'Albanie. Qui peut oublier sa plaisanterie sur le rôle présumé du président russe Vladimir Poutine dans la mort du fondateur de Wagner, Evgueni Prigojine ?

De nouvelles affirmations ont émergé, selon lesquelles il aurait qualifié les États-Unis de "mal" et de "diable", mais ses propos ont été sortis de leur contexte.

Ce post sur X prétend montrer une vidéo dans laquelle Rama discute des trois principaux maux du monde.

Cette vidéo a été vue plus de 4 millions de fois au moment de la vérification des faits et a été aimée et repartagée environ 100 000 fois au total.

La légende de la vidéo sort les paroles de Rama de leur contexte
La légende de la vidéo sort les paroles de Rama de leur contexteEuronews

La vidéo commence par une description immédiate par Rama des "trois grands démons" : les États-Unis, l'Union soviétique et Israël.

Le post souligne que la vidéo est particulièrement frappante parce que Rama fait ces commentaires en s'adressant au secrétaire d'État américain Antony Blinken.

Rama poursuit en précisant que ces maux se réfèrent particulièrement à "l'impérialisme américain, l'impérialisme social soviétique et le sionisme juif".

Oui, il l'a bien dit, mais...

Le Premier ministre a effectivement dit toutes ces choses, mais le post sur X contient une vidéo recadrée qui a sorti ses propos de leur contexte.

En réalité, il a tenu ces propos alors qu'il parlait de la vision de l'Albanie sur les affaires du monde à l'époque de la dictature communiste, entre le milieu et la fin du XXe siècle.

Le discours provient d'une conférence de presse tenue par Rama et Blinken à Tirana, en Albanie, en février, qui peut être consultée sur la chaîne YouTube officielle du département d'État américain.

Les remarques en question se situent à la fin de la conférence de presse, lorsque les deux hommes répondent aux journalistes.

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à gauche, et le premier ministre albanais Edi Rama se serrent la main après une conférence de presse à Tirana, 15.02.2024
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à gauche, et le premier ministre albanais Edi Rama se serrent la main après une conférence de presse à Tirana, 15.02.2024Armando Babani/Copyright 2024 The AP. All rights reserved

Un journaliste note que l'Albanie a reconnu la Palestine en 1988 avant de demander à M. Rama s'il pense qu'une solution à deux États entre Israël et la Palestine est encore possible avec le gouvernement israélien actuel et comment lui et les États-Unis pensent que cela est réalisable.

M. Rama rappelle que lorsque l'Albanie était une dictature communiste, le dirigeant du pays, Enver Hoxha, était l'un des "amis et alliés les plus proches" de l'Organisation de libération de la Palestine.

Pendant les années Hoxha, l'Albanie a d'abord été un allié de l'Union soviétique, puis l'a ouvertement rejetée au profit de la Chine en raison de sa prétendue incapacité à adhérer aux croyances marxistes.

PUBLICITÉ

À l'époque, le pays des Balkans était souvent considéré comme la "Corée du Nord de l'Europe" en raison de son isolationnisme strict et de sa politique anticonformiste.

Lors de la conférence de presse, M. Rama a déclaré qu'à l'époque, le régime albanais était également "très violemment opposé à trois grands démons", avant de citer les États-Unis, l'Union soviétique et Israël.

Il a ensuite décrit comment l'Albanie avait accueilli et protégé les Juifs fuyant l'Allemagne nazie.

L'Albanie est d'ailleurs le seul pays européen où la communauté juive était plus importante après la Seconde Guerre mondiale qu'avant les pogroms et l'Holocauste.

PUBLICITÉ

M. Rama confirme qu'il considère toujours la solution des deux États comme la seule possible pour Israël et la Palestine, mais il note que cela nécessitera une énorme volonté politique et des réformes de la part des pays concernés et de la communauté internationale.

Il termine en disant qu'il n'envie pas du tout la position de Blinken, adoptant un ton amical qui confirme les relations positives de son pays avec les États-Unis - ce qui est loin de les considérer comme "maléfiques" ou "diaboliques".

Sources additionnelles • adaptation : Serge Duchêne

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les accusations de sénilité contre Joe Biden sont-elles exagérées ?

"Des agents pro-russes" inondent délibérément les médias de faux contenus afin de surcharger les vérificateurs de faits

Non, 97 % des bénéficiaires du revenu minimum de base en Espagne ne sont pas des migrants.