EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Nominations aux postes clés de l'UE : mécontente, Giorgia Meloni prête à rompre la tradition du consensus

António Costa et Ursula von der Leyen sont pressentis pour occuper les plus hautes fonctions de l'UE.
António Costa et Ursula von der Leyen sont pressentis pour occuper les plus hautes fonctions de l'UE. Tous droits réservés European Union.
Tous droits réservés European Union.
Par Jorge Liboreiro
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Le sommet de deux jours se concentrera sur les principaux postes de l'UE, l'agenda stratégique pour les cinq prochaines années, le soutien militaire à l'Ukraine et la guerre entre Israël et le Hamas.

PUBLICITÉ

Les 27 dirigeants de l'Union européenne doivent se réunir jeudi pour mettre la dernière main à l'accord qui attribuera les principaux postes de l'Union pour les cinq prochaines années.

Les noms sur la table sont désormais bien connus : Ursula von der Leyen à la présidence de la Commission européenne, António Costa à la présidence du Conseil européen et Kaja Kallas au poste de haut représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.

Ce trio a été constitué sur la base de leurs compétences politiques avérées sur la scène européenne, mais aussi en raison de l'absence d'alternatives crédibles susceptibles de servir de plan B.

Après une tentative ratée la semaine dernière, les six négociateurs des principaux partis centristes - le Polonais Donald Tusk, le Grec Kyriakos Mitsotakis, l'Allemand Olaf Scholz, l'Espagnol Pedro Sánchez, le Français Emmanuel Macron et le Néerlandais Mark Rutte - se sont téléphoné en début de semaine et ont reconfirmé la sélection.

Le Parti populaire européen (PPE) de centre-droit, grand vainqueur des élections, a renoncé à demander que l'un de ses membres remplace M. Costa au Conseil européen à l'issue de son mandat de deux ans et demi. Cette demande a suscité la colère des socialistes, qui ont misé gros sur M. Costa malgré les déboires judiciaires de l'ancien premier ministre portugais.

Les négociateurs "se sont mis d'accord pour soutenir la pratique établie de la continuité et soutenir le candidat élu pour l'ensemble du cycle législatif", a déclaré un diplomate à l'issue de l'appel conjoint.

Cela signifie que le PPE conservera le contrôle de la Commission, l'institution la plus puissante du bloc, et que les socialistes prendront les rênes du Conseil, qui accueille les réunions de haut niveau des dirigeants. Les libéraux d'Europe Renouveau, qui ont subi de lourdes pertes lors des élections, se verront quant à eux confier le poste de haut représentant, le plus haut diplomate de l'UE.

Pour Mme Kallas, il s'agit d'une consécration après qu'elle a été écartée du poste de secrétaire général de l'OTAN en raison de ses positions hostiles à l'égard de la Russie. La même raison a d'abord été invoquée à l'encontre de son éventuelle candidature au poste de Haut représentant, mais les inquiétudes se sont progressivement dissipées. La géographie a joué en sa faveur : Les Européens de l'Est insistent depuis longtemps pour que l'un des trois postes principaux revienne à l'un d'entre eux, ce qui fait de Mme Kallas la candidate idéale.

Toutefois, l'accord VDL-Costa-Kallas doit être approuvé par les 27 dirigeants avant de devenir réalité. Dans le même temps, les chefs d'État et de gouvernement se mettront d'accord sur un agenda stratégique qui définira les principales priorités pour le mandat à venir.

S'ils sont finalement nommés, Mmes von der Leyen et Kallas devront se soumettre à une audition publique et à un vote de confirmation au Parlement européen.

Giorgia Meloni conteste le mode de nomination au sein de l'UE

La décision concernant les postes les plus élevés est prise à la majorité qualifiée renforcée, c'est-à-dire 20 États membres représentant au moins 65 % de la population de l'Union européenne. Comme le PPE, les socialistes et les libéraux occupent la plupart des sièges au Conseil, l'accord provisoire a reçu les approbations nécessaires pour être formellement béni.

Toutefois, compte tenu de la sensibilité politique de la décision, qui aura des ramifications pour les cinq prochaines années, le Conseil préfère distribuer les postes à responsabilité par consensus, en obtenant le plus grand nombre de votes favorables possible.

Il y a un vote clé que tous les invités attendront avec impatience : celui de Giorgia Meloni.

La première ministre italienne, qui appartient au groupe de droite des Conservateurs et Réformistes européens (CRE), a été exclue des négociations entre les trois partis centristes, ce qui lui déplaît fortement. M. Mitsotakis était chargé d'informer Mme Meloni du résultat de l'appel commun, mais, selon La Stampa, elle n'a jamais décroché le téléphone.

Giorgia Meloni conteste la manière dont les postes les plus élevés ont été négociés.
Giorgia Meloni conteste la manière dont les postes les plus élevés ont été négociés.European Union, 2024.

"Aucun vrai démocrate qui croit en la souveraineté populaire ne peut, dans son cœur, considérer comme acceptable qu'en Europe, il y ait eu une tentative de négociation sur des positions de premier plan avant même que les citoyens ne se rendent aux urnes", a déclaré Mme Meloni devant le Parlement italien mercredi.

PUBLICITÉ

Le projet d'accord, a-t-elle ajouté, va à l'encontre de la logique du consensus parce qu'il n'inclut pas "ceux qui se trouvent dans le camp politique opposé et ceux des nations considérées comme trop petites pour être dignes de s'asseoir aux tables qui comptent".

Le Tchèque Petr Fiala, autre membre de l'ECR, et le Hongrois Viktor Orbán, qui n'est pas affilié politiquement depuis des années, ont également exprimé leur mécontentement et demandé une plus grande inclusion dans les négociations.

M. Orbán est farouchement opposé à Mme von der Leyen, qui a partiellement gelé les fonds de relance et de cohésion du pays en réponse à son recul démocratique continu, mais n'a aucune objection à l'égard de M. Costa et de M. Kallas.

Abstention constructive

Les diplomates et les fonctionnaires reconnaissent qu'une discussion appropriée doit avoir lieu entre tous les dirigeants afin d'éviter l'impression d'un accord "accepté d'office". L'accord devrait être conclu dans le courant de la journée de jeudi, le président Macron étant impatient de rentrer en France pour reprendre la campagne électorale avant le premier tour, dimanche, des élections législatives anticipées qu'il a convoquées à la suite de la défaite cuisante de son parti aux élections européennes.

PUBLICITÉ

"Notre objectif sera d'avoir le plus grand nombre de personnes à bord", a déclaré un haut fonctionnaire de l'UE, notant que M. Meloni a la possibilité de s'abstenir plutôt que de voter contre.

"Il est parfois nécessaire d'évaluer les raisons pour lesquelles ils (les dirigeants) s'abstiennent. L'un d'entre eux a été forcé de s'abstenir la dernière fois", a ajouté le fonctionnaire, faisant référence à la chancelière Angela Merkel, dont la coalition lui a demandé de s'abstenir en 2019 lorsque Mme von der Leyen a été étonnamment élevée.

Étant donné que la droite dure n'a pratiquement aucune chance d'obtenir un poste de premier plan, ceux qui sont sur la touche visent des portefeuilles importants au sein de la prochaine Commission européenne en guise de compensation.

L'Italie, en particulier, nourrit de grandes ambitions.

PUBLICITÉ

"Nous voulons un vice-président à la Commission européenne. Un commissaire fort pour promouvoir de bonnes politiques en faveur de l'industrie et de l'agriculture", a déclaré le ministre italien des affaires étrangères , Antonio Tajani, donnant ainsi une idée de ce que Rome recherche.

Mme Meloni pourrait profiter de la réunion de jeudi pour présenter ses demandes à Mme von der Leyen sur une base bilatérale. Mais un diplomate de haut rang a déclaré que cela "ne devrait pas se passer de cette manière".

"Mme von der Leyen devra décider elle-même lorsqu'elle aura tous les candidats pour former la prochaine Commission", a déclaré le diplomate.

Outre les postes à responsabilité, le sommet de deux jours abordera d'autres questions prioritaires, telles que le soutien militaire à l'Ukraine (dont 6,6 milliards d'euros restent bloqués par la Hongrie), la situation en Géorgie et la guerre entre Israël et le Hamas, en mettant l'accent sur le Liban.

PUBLICITÉ

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky fera une brève apparition en personne au Conseil pour signer les engagements de sécurité entre l'UE et l'Ukraine.

Le sommet marquera la dernière intervention de Mark Rutte après 14 années ininterrompues en tant que premier ministre néerlandais. Il deviendra bientôt le prochain secrétaire général de l'OTAN.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Giorgia Meloni conteste le mode de nomination au sein de l'UE

Kaja Kallas : le faucon anti-Poutine devient la plus haute diplomate de l'UE

Présidence du Conseil européen : António Costa est en lice malgré une enquête pour corruption