EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Les socialistes et les libéraux européens réélisent leurs dirigeants par acclamation

Iratxe García Pérez et Valérie Hayer ont été réélues respectivement à la tête des Socialistes & Démocrates (S&D) et de Renouveler l'Europe.
Iratxe García Pérez et Valérie Hayer ont été réélues respectivement à la tête des Socialistes & Démocrates (S&D) et de Renouveler l'Europe. Tous droits réservés European Union, 2024.
Tous droits réservés European Union, 2024.
Par Jorge Liboreiro
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

L'Espagnole Iratxe García Pérez et la Française Valérie Hayer présideront respectivement les groupes socialistes et libéraux.

PUBLICITÉ

Le prochain Parlement européen sera dirigé par des visages familiers.

A l'issue de leurs réunions constitutives, mercredi après-midi, les socialistes et démocrates (S&D) et les libéraux de Renew Europe ont réélu leurs chefs de file, pariant sur le statu quo pour surmonter ce qui s'annonce comme un hémicycle houleux où les législations ambitieuses feront l'objet de luttes âpres et prolongées.

L'Espagnole Iratxe García Pérez, proche alliée du Premier ministre Pedro Sánchez, a été soutenue par ses collègues socialistes pour un nouveau mandat. Avec 136 sièges, le S&D reste la deuxième force du Parlement et la principale voix du camp progressiste.

"Nous voulons insister et travailler avec nos priorités : l'égalité, la démocratie, l'état de droit et, bien sûr, un agenda fort pour une Europe sociale-démocrate et durable", a déclaré Mme García Pérez après la confirmation de sa victoire.

"Nous devons poursuivre nos ambitions concernant le Green Deal, l'investissement dans l'industrie et le soutien continu à l'Ukraine et à la paix au Moyen-Orient".

Dans le même temps, la Française Valérie Hayer, à qui le président Emmanuel Macron a confié la direction d'une campagne meurtrière contre le Rassemblement national d'extrême droite, a été choisie comme présidente de Renew Europe, malgré les mauvais résultats de sa délégation dans les urnes.

En raison de l'effondrement de la Renaissance de Macron, Renew Europe est passé de 102 à 74 eurodéputés, ce qui a affaibli le rôle traditionnel du parti en tant que faiseur de rois entre la droite et la gauche.

Les deux dirigeants ont été élus par acclamation, aucun concurrent ne s'étant présenté.

Dans le cas du S&D, les résultats supérieurs aux attentes du Partito Democratico (PD) italien ont d'abord alimenté les spéculations selon lesquelles un candidat italien serait présenté pour détrôner García Pérez, qui vient du Partido Socialista Obrero (PSOE) espagnol.

Mais il n'en a rien été et García Pérez s'est hissé à la première place.

L'une de ses premières tâches sera de mener les négociations avec Ursula von der Leyen, qui a besoin des voix socialistes pour assurer sa réélection à la présidence de la Commission européenne. Interrogée sur les compromis possibles, Mme García Pérez a déclaré que son groupe "négocierait des politiques", mais a averti qu'il ne pouvait s'agir d'un "chèque en blanc".

"Nous devons parler de nos priorités et nous serons très sérieux à cet égard", a-t-elle déclaré.

Des temps difficiles pour les libéraux

Les chances de Mme Hayer étaient plus incertaines, du moins brièvement.

Sophie Wilmès, ancienne première ministre belge qui a mené avec succès la liste libérale dans son pays, était considérée comme une candidate redoutable pour remplacer Mme Hayer et mettre fin à l'emprise que les législateurs français ont exercée pendant des années sur la gestion de l'Europe du renouveau.

Mme Wilmès était soutenue par l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe (ADLE), qui regroupe des représentants de l'Allemagne, des Pays-Bas, du Danemark, de l'Estonie et de l'Irlande, entre autres, ce qui signifie qu'elle aurait pu recueillir les votes nécessaires.

PUBLICITÉ

La Belge ne s'est toutefois pas portée candidate.

Au lieu de cela, le Portugais João Cotrim de Figueiredo, vainqueur pour la première fois pour le parti Iniciativa Liberal, a, à la surprise générale, jeté son chapeau dans l'arène. Son manque d'expérience à Bruxelles et sa faible notoriété politique ont eu raison de sa candidature. Lorsqu'il est apparu clairement que les autres délégations de l'ADLE n'étaient pas prêtes à soutenir sa candidature de longue haleine, Cotrim de Figueiredo s'est retiré et a présenté une candidature pour devenir l'un des nouveaux vice-présidents du groupe.

L'absence de rivaux a ouvert la voie à Mme Hayer, garantissant ainsi que Paris reste au cœur de la famille libérale.

"Renew Europe est déterminé à être l'avant-garde des valeurs pro-européennes au centre du Parlement européen", a-t-elle déclaré, promettant de se concentrer sur la défense, la sécurité, la compétitivité, l'Etat de droit et les libertés individuelles.

PUBLICITÉ

La réélection de Mme García Pérez et de Mme Hayer intervient quelques jours après que le Parti populaire européen (PPE) de centre-droit, qui a remporté les élections avec 189 sièges, a confirmé l'Allemand Manfred Weber à la tête du groupe.

M. Weber, qui occupe ce poste depuis 2014, s'est également présenté sans opposition.

Les Verts ont choisi deux visages bien connus, Terry Reintke et Bas Eickhout, comme coprésidents pour le prochain mandat. Ils étaient les seuls candidats à ce poste.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nouveau coup dur pour les libéraux de l'UE : le Tchèque Andrej Babiš retire ses sept eurodéputés

Les socialistes européens ne soutiendront pas Ursula von der Leyen si les forces d'extrême droite déterminent les priorités

Elections européennes : quelles sont les causes de l'échec des Verts et des libéraux ?