Cet article n'est pas disponible depuis votre région

L'ingénieure marocaine qui fait reculer les stéréotypes et avancer la durabilité

Access to the comments Discussion
Par Damon Embling
Hanane Mourchid
Hanane Mourchid   -   Tous droits réservés  euronews   -  

Pour Hanane Mourchid, ne rien faire n'est pas une option quand il s'agit de développement durable. Ingénieure de formation, elle exploite aujourd'hui la technologie et l'innovation pour rendre son entreprise marocaine de production d'engrais neutre en carbone d'ici à 2040.

"Pour moi, le développement durable est une façon de vivre, de penser : c'est être responsable et totalement en harmonie avec les communautés qui nous entourent, avec la planète," déclare Hanane Mourchid.

En tant que directrice exécutive de la durabilité et du développement vert au sein du groupe OCP, elle s'efforce de promouvoir le respect de l'environnement dans cette entreprise publique qui fournit l'agriculture mondiale. "J'étais ingénieure chimiste en charge de la production d'engrais, de centrales électriques, et cela m'a vraiment aidé à voir la réalité sur le terrain et à être plus consciente des impacts sur nos environnements," explique Hanane Mourchid. "J'ai aussi commencé à être consciente des effets du changement climatique ; aujourd'hui, nous commençons à voir une réalité et des effets réels sur le terrain," poursuit-elle.

Quête de durabilité

L'OCP fabrique des engrais à partir de phosphate extrait au Maroc. Le processus de production nécessite de consommer de très grandes quantités d'eau et d'énergie. L'ammoniac fait également partie du processus. D'où cette question : comment cette activité peut-elle être durable ?

"Pour nous, notre mission est planétaire, elle sert l'humanité, en travaillant pour la sécurité alimentaire, etc. Nous avons beaucoup investi pour faire du développement durable, un élément central de notre stratégie," poursuit Hanane Mourchid. "Nous nous efforçons également de fournir des feuilles de route durables pour la consommation d'eau, d'énergie et de ressources," indique-t-elle. "Malheureusement, la quantité de matières premières organiques qui existent dans le monde n'est pas suffisante pour alimenter tous les besoins de la planète en termes de fertilisation, c'est une quantité très faible," affirme l'ingénieure.

Son groupe a beaucoup investi dans la technologie et l'innovation comme le dessalement de l'eau et l'énergie éolienne et solaire dans l'objectif d'atteindre la neutralité carbone d'ici à 2040. Mais 18 ans, le nombre d'années avant cette échéance, représentent un long chemin à parcourir dans un monde en constante évolution.

Damon Embling
Hanane Mourchid évolue au sein d'OCP, dans un monde traditionnellement dominé par les hommesDamon Embling

"De nombreux défis sont liés au besoin de technologie, de développement technologique, de R&D et pour être réaliste, ils ne peuvent être relevés plus tôt," explique Hanane Mourchid.

"L'innovation est très importante pour que les technologies soient à la hauteur des enjeux : nous savons comment produire de l'hydrogène vert, mais nous n'avons pas encore le modèle pour le mettre à la bonne échelle et l'alimenter en énergie propre toute la journée car il faut composer avec l'intermittence du solaire, de l'éolien, etc. C'est pourquoi l'innovation est là pour y remédier," souligne-t-elle.

"Le plus grand défi est celui des stéréotypes"

Pour elle, devenir un leader du développement durable dans un secteur traditionnellement dominé par les hommes n'a pas été sans difficultés.

"Le plus grand défi est celui des stéréotypes," reconnaît-elle. "C'est le fait que de nombreuses personnes pensent que c'est un domaine réservé aux hommes et que les femmes n'y ont pas nécessairement leur place," décrit-elle avant d'ajouter : "De nombreuses femmes autour de moi se battent aussi contre ce genre de vision."

OCP
Hanane Mourchid, lors de la remise de son prix décerné par le Conseil mondial des entreprises pour le développement durable (WBCSD)OCP

OCP mène des actions pour agir en faveur de la diversité et de l'inclusion dans ses activités : aujourd'hui, 30% de ses cadres sont des femmes et elles représentent 60% de ses nouvelles recrues dans les installations minières et chimiques.

En début d'année, Hanane Mourchid a reçu un prix du Conseil mondial des entreprises pour le développement durable (WBCSD), qui a salué son leadership pendant la pandémie.

Nous demandons à l'ingénieure ce qui pour elle, caractérise un bon leader. "Je pense que c'est très simple," répond-elle. "Quand avec les personnes qui vous entourent, vous êtes dans une démarche qui a du sens et que vous avez un objectif commun, alors tout devient très facile," résume-t-elle.

Journaliste • Damon Embling