PUBLICITÉ

Découvrez "Pibot", le robot humanoïde capable de piloter un avion en toute sécurité mieux qu'un humain

Pibot est un robot humanoïde capable de piloter des avions sans qu'il soit nécessaire de modifier le cockpit.
Pibot est un robot humanoïde capable de piloter des avions sans qu'il soit nécessaire de modifier le cockpit. Tous droits réservés KAIST
Tous droits réservés KAIST
Par Roselyne Min
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

La mémoire du robot est si grande qu'il peut mémoriser toutes les cartes de navigation Jeppesen, une tâche impossible pour les pilotes humains.

PUBLICITÉ

L'intelligence artificielle (IA) et la robotique ont toutes deux fait des progrès considérables ces dernières années, ce qui signifie que la plupart des emplois humains pourraient bientôt être supplantés par la technologie - au sol et même dans le ciel.

Une équipe d'ingénieurs et de chercheurs de l'Institut supérieur coréen des sciences et technologies (KAIST, en anglais) développe actuellement un robot humanoïde capable de piloter des avions sans qu'il soit nécessaire de modifier le cockpit.

"Pibot est un robot humanoïde qui peut piloter un avion comme un pilote humain en manipulant toutes les commandes du cockpit, qui est conçu pour les humains", a affirmé, à Euronews Next, David Shim, professeur agrégé d'ingénierie électrique au KAIST.

Le robot, baptisé "Pibot", peut contrôler ses bras et ses doigts pour manipuler avec dextérité les instruments de vol, même en cas de fortes vibrations dans l'avion, grâce à une technologie de contrôle de haute précision.

Ses caméras externes lui permettent de surveiller l'état actuel de l'avion et ses caméras internes l'aident à gérer les interrupteurs essentiels du panneau de commande.

Pibot est capable de mémoriser des manuels complexes présentés en langage naturel, une prouesse qui renforce son adaptabilité à différents avions.

Sa mémoire est si grande qu'il peut mémoriser toutes les cartes de navigation aéronautique Jeppesen du monde entier, ce qui est impossible pour les pilotes humains, selon l'équipe du KAIST.

"Les humains peuvent piloter de nombreux avions, mais ils ont des habitudes bien ancrées. Ainsi, lorsqu'ils essaient de changer d'avion, ils doivent passer une nouvelle qualification. Parfois, ce n'est pas si simple parce que nos habitudes restent ancrées dans notre esprit et que nous ne pouvons pas simplement passer d'un avion à l'autre", a déclaré David Shim.

"Avec le robot pilote, si nous enseignons la configuration d'un avion individuel, il suffit de cliquer sur le type d'avion pour le faire voler", a-t-il ajouté.

GPT a fait des progrès considérables

L'équipe de recherche affirme que Pibot "comprend" et mémorise des manuels écrits à l'origine pour des humains grâce aux progrès récents des grands modèles de langage (LLM).

"Nous avons eu notre prédécesseur, un robot pilote, en 2016. À l'époque, nous ne disposions pas d'une bonne technologie d'IA, et nous avons donc construit un simple robot. Ils ne peuvent pas vraiment apprendre quoi que ce soit à partir de la littérature ou du manuel. Mais récemment, avec ChatGPT ou d'autres grands systèmes de modèles linguistiques, la technologie a fait des progrès considérables", explique David Shim.

Grâce au LLM, Pibot devrait voler sans erreur et réagir beaucoup plus rapidement que ses homologues humains dans les situations d'urgence.

Il peut mémoriser les manuels d'exploitation et d'urgence de l'avion (QRH, un manuel de bord auquel l'équipage peut se référer en cas de problème en vol) et y répondre immédiatement. Il peut également calculer un itinéraire sûr en temps réel en fonction de l'état de l'avion en vol.

Tout en utilisant ChatGPT, l'équipe de recherche développe et teste actuellement son propre modèle de langage naturel afin que Pibot puisse effectuer des requêtes sans dépendre d'une connexion Internet.

Le modèle de langage adapté traitera exclusivement les informations relatives au pilotage et sera stocké dans un petit ordinateur qui pourra être transporté à bord.

Voler seul ou en tant que co-pilote

Pibot peut également être branché sur les avions pour communiquer directement avec eux. Il est actuellement conçu pour être déployé dans des situations extrêmes où l'intervention humaine n'est pas forcément bénéfique.

Le robot humanoïde peut également communiquer avec les contrôleurs aériens et les humains dans le cockpit par synthèse vocale, ce qui lui permet de jouer le rôle de pilote ou de co-pilote.

Sa capacité d'adaptation dépasse le cadre de l'aviation. Mesurant 160 cm et pesant 65 kg, le design humanoïde de Pibot lui permet de remplacer de manière transparente les humains dans des rôles tels que la conduite d'automobiles, l'utilisation de chars d'assaut ou même le commandement de navires en mer.

PUBLICITÉ

Selon David Shim, ce robot peut être utilisé partout où un être humain est actuellement "assis et travaille".

"La forme humaine n'est peut-être pas très efficace, mais nous avons spécifiquement conçu Pibot pour qu'il ait une forme humanoïde, car toutes les choses sont construites pour les humains. Nous pouvons avoir huit bras et quatre yeux, mais nous pensons que la forme humaine est en quelque sorte optimale", a expliqué David Shim.

Le robot est encore en cours de développement et devrait être achevé d'ici 2026.

Le projet de recherche a été commandé par l'Agence pour le développement de la défense (ADD), l'organisme gouvernemental chargé de la recherche en matière de technologie de défense en Corée du Sud, selon le KAIST. David Shim prévoit des applications militaires potentielles à l'avenir.

Pour en savoir plus sur cette histoire, regardez la vidéo dans le lecteur média ci-dessus.

PUBLICITÉ

Video editor • Roselyne Min

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : la Conférence mondiale sur la robotique ouvre ses portes à Pékin

L'Union européenne souhaite faciliter l'usage de la voiture électrique en Europe

Découvrez le nouveau centre d'essai néerlandais de l'hyperloop, qui espère révolutionner les transports européens du futur