EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Les salaires réels en baisse en Europe : quels sont les pays les plus touchés ?

Les niveaux records d'inflation - causés en partie par COVID et la guerre en Ukraine - ont entraîné une baisse des salaires réels dans la plupart des pays d'Europe.
Les niveaux records d'inflation - causés en partie par COVID et la guerre en Ukraine - ont entraîné une baisse des salaires réels dans la plupart des pays d'Europe. Tous droits réservés Canva
Tous droits réservés Canva
Par Servet Yanatma
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les salaires réels* ont baissé dans la plupart des pays européens après que l'inflation record a érodé la majeure partie de la croissance des salaires nominaux. Quels sont les pays les plus touchés ?

PUBLICITÉ

En 2022, les taux d'inflation ont secoué l'UE, atteignant des niveaux jamais vus au cours des quatre décennies précédentes. Entre 1997 et fin 2021 dans l'Union Européenne, l'inflation annuelle la plus élevée n'a été que de 4,4 %, enregistrée en juillet 2008.

Elle a atteint 11,5 % en octobre 2022. Après ce pic, l'inflation a commencé à diminuer, mais elle était encore de 6,4 % en juin 2023 dans l'UE.

Impact du COVID et de l'invasion de l'Ukraine par la Russie

Selon le rapport "Perspectives de l'emploi 2023 - Intelligence artificielle et marché du travail" de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la crise du COVID-19 a été suivie d'une importante flambée des prix.

Les prix ont commencé à augmenter en 2021 en raison du rebond rapide de la pandémie et des goulets d'étranglement de la chaîne d'approvisionnement. Puis, au cours de l'année 2022, l'impact de la guerre d'agression de la Russie contre l'Ukraine sur les prix de l'énergie a de nouveau poussé l'inflation à la hausse.

Les ménages s'efforcent de faire face à la crise du coût de la vie qui en résulte. Presque tous les États membres de l'UE ont augmenté le salaire horaire au cours de l'année écoulée, mais cette augmentation s'est faite en termes nominaux.

En d'autres termes, l'inflation n'est pas prise en compte.

Au premier trimestre 2023, les salaires horaires réels avaient diminué dans 22 pays sur 24 en Europe au cours de l'année écoulée. Cela signifie que les augmentations nominales ont été inférieures à l'inflation, ce qui a entraîné une baisse des salaires réels.

Le salaire horaire réel n'a augmenté qu'en Belgique (2,9%) et aux Pays-Bas (0,4%) entre les premiers trimestres 2022 et 2023.

La baisse des salaires réels, a varié de 0,8 % au Luxembourg à 15,6% en Hongrie au cours de cette période.

La baisse a été remarquable dans plusieurs pays de l'UE, les salaires horaires réels ayant chuté de plus de 5%. La Hongrie est suivie par la Lettonie (-13,4%), la République tchèque (-10,4%) et la Suède (-8,4%).

Les salaires réels sont en baisse au Royaume-Uni, en France et en Allemagne

Les salaires horaires réels ont également baissé en France (1,8%), au Royaume-Uni (2,9%) et en Allemagne (3,3%).

Les salaires horaires nominaux ont augmenté dans les 24 pays de la liste à des taux variant de 0,6% en Finlande à 13,6% en Lituanie.

En glissement annuel, la croissance des salaires horaires nominaux a été de 9,8% en Hongrie, de 6,1% au Royaume-Uni et de 4,2% en France.

Manifestement, toutes ces augmentations de salaires n'ont pas suffi, sauf en Belgique et aux Pays-Bas, car le taux d'inflation est resté supérieur à la croissance nominale des salaires.

Le taux d'inflation annuel entre les premiers trimestres 2022 et 2023 a varié de 3,2% en Suisse à 25,4% en Hongrie. Il était de 9,4% dans l'ensemble de l'UE au cours de cette période.

L'indice harmonisé des prix à la consommation a également augmenté de 9 % au Royaume-Uni, de 8,2 % en Allemagne et de 6 % en France au cours de cette période.

Les secteurs à bas salaires s'en sortent relativement mieux

Alors que les salaires réels baissent dans l'ensemble, les travailleurs des secteurs à bas salaires s'en sortent souvent relativement mieux, selon le rapport de l'OCDE.

L'évolution entre les premiers trimestres 2022 et 2023 montre que les salaires réels ont été plus élevés dans les secteurs à bas salaires que dans les secteurs à hauts salaires dans 13 pays sur les 23 pour lesquels des données sont disponibles en Europe.

PUBLICITÉ

La Grèce en est un excellent exemple. Le salaire réel dans les industries à bas salaires a augmenté de 5,1% alors qu'il a baissé de 2,9%.

Cette évolution a également été meilleure dans ce groupe que dans les industries à salaires moyens dans 14 pays.

Toutefois, il ne s'agit pas d'une tendance très marquée, car les changements dans les secteurs à forte rémunération sont légèrement supérieurs à ceux des secteurs à faible rémunération dans certains pays tels que l'Italie, le Portugal et le Royaume-Uni.

Les secteurs sont regroupés en trois grands groupes.

Industries à bas salaires: hébergement et restauration, services administratifs et de soutien, arts, spectacles et loisirs, commerce de gros et de détail.

PUBLICITÉ

Industries à salaires moyens: transports et entreposage, industrie manufacturière, autres services, activités immobilières, construction.

Industries à hauts salaires: santé humaine et action sociale, éducation, activités professionnelles, information et communication, finance et assurance.

* Le salaire nominal est la quantité de monnaie perçue au titre de salaire. Le salaire réel est la quantité de biens ou services que ce salaire permet d'acheter.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un pouce robotisé pour améliorer la productivité

Très bientôt, pour espérer décrocher un emploi, il faudra d'abord s'y connaître en IA

Italie : manifestation à Milan pour alerter sur les décès des travailleurs