EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Le New York Times poursuit OpenAI et Microsoft pour violation de droits d'auteur

Le New York Times a déposé une plainte fédérale contre OpenAI et Microsoft le mercredi 27 décembre 2023.
Le New York Times a déposé une plainte fédérale contre OpenAI et Microsoft le mercredi 27 décembre 2023. Tous droits réservés Mark Lennihan/AP
Tous droits réservés Mark Lennihan/AP
Par Associated Press
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Le New York Times intente une action en justice contre le fabricant de ChatGPT afin de mettre fin à la pratique consistant à utiliser ses publications pour former des robots de conversation.

PUBLICITÉ

Le New York Times intente une action en justice fédérale contre OpenAI et Microsoft afin de mettre un terme à la pratique consistant à utiliser ses articles pour former des robots d'intelligence artificielle (IA). Le quotidien américain affirme que les violations de droits d'auteur au sein du journal pourraient à elles seules valoir des milliards.

Le journal rejoint une liste croissante de personnes et d'éditeurs qui tentent d'empêcher OpenAI d'utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur.

Dans la plainte déposée mercredi devant le tribunal fédéral de Manhattan, à New York, le New-York Times affirme qu'OpenAI et Microsoft font progresser leur technologie par "l'utilisation illégale du travail du New-York Times pour créer des produits d'intelligence artificielle qui lui font concurrence et menacent la capacité du New-York Times à fournir ce service".

OpenAI et Microsoft n'ont pas répondu immédiatement aux demandes de commentaires.

Les organisations de médias ont été malmenées par la migration des lecteurs vers les plateformes en ligne et, alors que de nombreuses publications se sont également taillées un espace numérique en ligne, la technologie de l'IA menace de bouleverser de nombreux secteurs, y compris celui des médias.

Les entreprises spécialisées dans l'IA récupèrent les informations disponibles en ligne, y compris les articles publiés par les médias, pour former des robots de conversation génératifs. Ces entreprises ont très rapidement attiré des milliards d'investissements.

Nombre croissant de procès contre OpenAI

Microsoft a conclu un partenariat avec OpenAI qui lui permet de tirer parti de la technologie d'IA mise au point par l'entreprise d'intelligence artificielle.

Le géant de la technologie est également le plus grand bailleur de fonds d'OpenAI et a investi des milliards de dollars dans l'entreprise depuis le début de leur partenariat en 2019 avec un investissement d'un milliard de dollars (899,5 milliards d'euros).

Dans le cadre de l'accord, les super-ordinateurs de Microsoft aident à alimenter la recherche en intelligence artificielle d'OpenAI et le géant technologique intègre la technologie de la startup dans ses produits.

Le nombre de procès intentés contre OpenAI pour violation des droits d'auteur ne cesse de croître.

La société a été poursuivie par un certain nombre d'écrivains, dont la comédienne Sarah Silverman, qui affirment que leurs livres ont été ingérés pour entraîner les modèles d'IA d'OpenAI sans leur autorisation.

En juin, plus de 4 000 écrivains ont signé une lettre adressée aux PDG d'OpenAI, de Google, de Microsoft, de Meta et d'autres développeurs d'IA, les accusant de pratiques d'exploitation dans la construction de chatbots qui "imitent et régurgitent" leur langue, leur style et leurs idées.

Selon la plainte déposée mercredi, les outils d'IA générative développés par OpenAI et Microsoft résument étroitement le contenu du New-York Times, imitent son style et le récitent même mot pour mot.

Utilisation d'articles de presse pour entraîner GPT-4

La plainte cite des exemples de GPT-4 d'OpenAI qui reproduit de grandes parties d'articles du New-York Times, notamment une enquête sur l'industrie des taxis de la ville de New York, récompensée par un prix Pulitzer, qui a été publiée en 2019 et dont la réalisation a pris 18 mois.

Il a également cité des publications de Bing Chat qui, selon lui, comprenaient des extraits textuels d'articles du journal new-yorkais.

PUBLICITÉ

Le New-York Times n'a pas énuméré les dommages spécifiques qu'il demande, mais a déclaré que l'action en justice "vise à les tenir responsables des milliards de dollars de dommages statutaires et réels qu'ils doivent pour la copie et l'utilisation illégales des œuvres de valeur unique du New-York Times".

Le New-York Times cherche toutefois à obtenir la destruction de GPT et d'autres grands modèles de langage qui intègrent ses travaux.

Dans sa plainte, il affirme que Microsoft et OpenAI"cherchent à profiter des investissements massifs du New-York Times dans son journalisme" en l'utilisant pour créer des produits sans paiement ni autorisation.

Discussions entre les éditeurs et OpenAI

En juillet, OpenAI et l'Associated Press ont annoncé un accord permettant à la société d'IA d'exploiter sous licence les archives d'articles de presse de l'Associated Press.

PUBLICITÉ

Le New York Times a déclaré qu'il n'avait jamais autorisé quiconque à utiliser son contenu à des fins d'IA générative.

L'action en justice fait également suite à ce qui semble être une rupture des négociations entre le journal et les deux entreprises.

Le New-York Times a déclaré avoir pris contact avec Microsoft et OpenAI en avril pour faire part de ses inquiétudes concernant l'utilisation de sa propriété intellectuelle et trouver une solution à ce problème.

Au cours des négociations, le journal a déclaré qu'il souhaitait "s'assurer qu'il recevait une juste valeur" pour l'utilisation de son contenu, "faciliter la poursuite d'un écosystème d'information sain, et aider à développer la technologie GenAI d'une manière responsable qui profite à la société et soutient un public bien informé".

PUBLICITÉ

"Ces négociations n'ont pas abouti à une résolution", indique la plainte.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Donald Trump doit cesser d'utiliser une chanson de Sinéad O'Connor (héritiers)

OpenAI affirme que le New York Times a "piraté" ChatGPT

Chine : comment un père a "ressuscité" son fils grâce à l'IA