L'Allemagne teste la semaine de travail de quatre jours malgré la pénurie de main-d'œuvre

Des centaines de salariés allemands vont tester la semaine de travail de quatre jours.
Des centaines de salariés allemands vont tester la semaine de travail de quatre jours. Tous droits réservés AP Photo/Jenny Kane, File
Par Giulia Carbonaro
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Quarante-cinq entreprises allemandes vont tester pendant six mois la semaine de travail de quatre jours, les salariés conserveront leur salaire. Une expérience menée alors que le pays connaît une pénurie de main-d'oeuvre.

PUBLICITÉ

L'initiative, qui ne concerne que les entreprises dont le travail peut être adapté à une semaine de travail plus courte, est menée par le cabinet de conseil en gestion Intraprenör, basé à Berlin, avec la collaboration de l'organisation à but non lucratif 4 Day Week Global (4DWG).

Les partisans de la semaine de travail plus courte espèrent que le fait de travailler quatre jours par semaine rendra les travailleurs plus heureux et plus productifs, à un moment où l'Allemagne est confrontée à un ralentissement de la croissance de la productivité et à une pénurie de main-d'œuvre.

La productivité est normalement calculée en divisant la production économique par les heures travaillées.

Après avoir atteint un record historique en novembre 2017, la productivité de l'Allemagne a régulièrement diminué, selon les données de la Deutsche Bundesbank, bien qu'elle reste supérieure à celle des autres grandes économies européennes. 

Selon les partisans de la semaine de quatre jours et la plupart des travailleurs qui l'ont déjà testée, travailler un jour de moins par semaine augmenterait le bien-être et la motivation des travailleurs, ce qui les rendrait plus productifs.

Travailler moins d'heures par semaine pourrait également convaincre ceux qui ne sont pas disposés à travailler une semaine entière d'entrer sur le marché du travail, ce qui contribuerait à réduire la pénurie de main-d'œuvre qui touche actuellement les pays industrialisés du monde entier.

L'Allemagne est actuellement confrontée à une pénurie de travailleurs dans des secteurs qualifiés à forte croissance.

En novembre dernier, la chambre de commerce et d'industrie DIHK a déclaré que la moitié des entreprises allemandes avaient du mal à pourvoir les postes vacants.

Selon Achim Dercks, directeur général adjoint de la DIHK, les milliers d'emplois non pourvus dans l'économie allemande ont fait perdre au pays plus de 90 milliards d'euros l'année dernière, soit plus de 2 % du PIB de l'Allemagne.

Bien qu'il ne soit pas certain que la réduction de la semaine de travail permette de résoudre ce problème, les Allemands semblent enthousiastes à l'idée de l'essayer.

Une enquête Forsa a révélé que 71 % des personnes travaillant dans le pays souhaiteraient avoir la possibilité de ne travailler que quatre jours par semaine. Un peu plus des trois quarts des personnes interrogées ont déclaré qu'elles étaient favorables à ce que le gouvernement étudie la possibilité d'introduire une semaine de quatre jours. Parmi les employeurs, plus de deux sur trois y sont favorables.

Une grande majorité (75 %) estime qu'une semaine de quatre jours serait souhaitable pour les employés, et une majorité (59 %) pense qu'elle devrait être réalisable pour les employeurs également.

Près de la moitié des employeurs (46 %) ont déclaré que l'essai d'une semaine de quatre jours sur leur propre lieu de travail leur paraissait "faisable".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Allemagne enregistre une baisse de la croissance économique au dernier trimestre 2023

Le Japon entre en récession et perd sa place de troisième économie mondiale au profit de l'Allemagne

Semaine de quatre jours : quels sont les pays qui l'ont adoptée et est-ce une réussite ?