Cancer de la peau : quels sont les pays de l'UE où l'incidence du mélanome et les taux de mortalité sont les plus élevés ?

Une nouvelle tendance antiécran solaire sur les médias sociaux pourrait amplifier les taux de cancer de la peau déjà en hausse
Une nouvelle tendance antiécran solaire sur les médias sociaux pourrait amplifier les taux de cancer de la peau déjà en hausse Tous droits réservés Euronews/Canva
Par Camille Bello (adapté de l'anglais)
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

L'organisme européen de lutte contre le cancer place le mélanome au sixième rang des cancers les plus fréquents, tant chez les hommes que chez les femmes. Pendant ce temps, certains "influenceurs" déconseillent l'utilisation de la crème solaire.

PUBLICITÉ

Parmi les antivax et autres fans de théories du complot, des "influenceurs" anti-crème solaire ont fait leur apparition sur les médias sociaux.

Ces gourous autoproclamés du bien-être, qui menacent les efforts de prévention du cancer de la peau, affirment que les écrans solaires sont nocifs pour la peau et qu'ils ne sont qu'un stratagème des sociétés pharmaceutiques pour générer des profits. Leurs affirmations ont fait des adeptes, l'un de ces coachs de fitness ayant atteint un quart de million de personnes sur Instagram.

Pourtant, le consensus scientifique soutient fermement l'utilisation d'un écran solaire comme protection vitale contre les rayons ultraviolets (UV) nocifs, les dommages à court et à long terme causés à la peau par les rayons du soleil et le cancer de la peau.

Même si peu d'Européens sont vigilants quant au port de la crème solaire, le mélanome, une forme de cancer de la peau, est le sixième cancer le plus fréquent chez les hommes et les femmes, après les cancers du sein, du côlon, de la prostate, du poumon et de la vessie.

La crème solaire prévient le cancer de la peau selon les experts

L'American Academy of Dermatology Association, le groupe de dermatologie le plus important et le plus influent aux États-Unis, recommande aux personnes de tous âges et de toutes couleurs de peau d'utiliser quotidiennement un écran solaire.

"L'utilisation d'un écran solaire peut aider à prévenir le cancer de la peau en vous protégeant des rayons ultraviolets (UV) nocifs du soleil", peut-on lire sur le site web"Tout le monde peut être atteint d'un cancer de la peau, quel que soit l'âge, le sexe ou la couleur de la peau. On estime qu'un Américain sur cinq développera un cancer de la peau au cours de sa vie."

"L'utilisation quotidienne et régulière d'un écran solaire SPF 15 peut réduire d'environ 40 % le risque de développer un carcinome spinocellulaire (SCC) et de 50 % le risque de mélanome", conseille quant à elle la Skin Cancer Foundation sur son site web.

Le carcinome épidermoïde de la peau est la deuxième forme la plus courante de cancer de la peau. Il se caractérise par une croissance anormale et accélérée des cellules épidermoïdes, un type de cellule épithéliale qui constitue la couche la plus superficielle de la peau (épiderme). Lorsqu'ils sont détectés à un stade précoce, la plupart peuvent être traités.

Le mélanome est une forme agressive de cancer de la peau qui commence lorsque les cellules appelées mélanocytes (les cellules qui donnent à la peau sa couleur bronzée ou brune) commencent à se développer de manière incontrôlée. Si le mélanome est moins fréquent que le cancer du poumon, il est plus dangereux en raison de sa capacité à se propager rapidement à d'autres organes s'il n'est pas traité à un stade précoce.

Seuls 10 % des Européens déclarent utiliser systématiquement ou souvent toutes les formes de protection solaire, telles que l'application d'un écran solaire, le maintien à l'ombre, le port d'un chapeau et de vêtements protecteurs tout au long de l'année, contre 14 % des personnes vivant hors d'Europe.

"C'est un chiffre assez faible", déclare la Docteure Fayne Frey, dermatologue basée aux États-Unis et spécialisée dans les études indépendantes.

Si certaines personnes s'inquiètent de certaines substances chimiques contenues dans les écrans solaires, "c'est une bonne chose que l'industrie s'en préoccupe", note-t-elle. "Mais aujourd'hui, les avantages de l'application d'un écran solaire - tous les écrans solaires approuvés par la Food and Drugs Administration (institution américaine chargée de la surveillance des denrées alimentaires et des médicaments aux États-Unis, ndlr), y compris en Europe - l'emportent sur les inconvénients de ne pas en appliquer", a-t-elle déclaré à Euronews Next.

Prévalence du cancer de la peau en Europe

Le mélanome cutané représentait 4 % de tous les nouveaux diagnostics de cancer dans les pays de l'Union Européenne à 27 en 2020 et 1,3 % de tous les décès dus au cancer, selon le système européen d'information sur le cancer.

Il figure également parmi les 20 premières causes de mortalité liée au cancer. Plus de 100 000 nouveaux cas de mélanome ont été signalés en 2022, la plupart chez des adultes âgés de 45 à 69 ans, entraînant plus de 15 000 décès.

Les hommes sont plus susceptibles de développer un mélanome que les femmes. Une femme sur 74 risque de développer un cancer de la peau au cours de sa vie (de 0 à 74 ans), contre un homme sur 66.

Nombre de nouveaux cas de mélanomes par an par pays de l'UE.

Les pays de l'UE présentant les taux d'incidence du mélanome les plus élevés (hommes et femmes confondus) sont le Danemark, les Pays-Bas, la Suède, la Finlande et l'Allemagne. Les pays présentant les taux les plus bas sont la Roumanie, la Bulgarie, Chypre, le Portugal et la Pologne.

Les pays de l'UE où la mortalité due au mélanome est la plus élevée (hommes et femmes confondus) sont l'Espagne, la Grèce, le Portugal, Malte et la Roumanie. Les pays où la mortalité est la plus faible sont la Slovaquie, le Danemark, la Slovénie, la Croatie, la Suède et les Pays-Bas.

Nombre de cas de nouveaux cas de mélanomes pour 100 000 habitants dans les pays de l'UE.

Les recherches suggèrent que l'Europe du Nord, malgré son exposition limitée au soleil, connaît des périodes intenses de rayonnement UV pendant les mois d'été, ce qui entraîne une incidence plus élevée de mélanome. Ce phénomène est encore aggravé par la prévalence des peaux claires et la susceptibilité accrue aux coups de soleil parmi la population de ces régions. "Il est de plus en plus évident que les brûlures intermittentes augmentent le risque de mélanome", explique le Dr. Fayne Frey.

PUBLICITÉ

Selon les conclusions de l'Institut Karolinska, une université médicale suédoise réputée pour ses recherches, le risque accru de développer un mélanome récurrent chez les Suédois peut être attribué à deux facteurs principaux : des bains de soleil plus nombreux et des voyages plus fréquents vers des destinations ensoleillées.

En parallèle des résultats obtenus en Suède, une autre étude publiée dans la revue scientifique Medicine a examiné la tendance à la hausse de l'incidence du mélanome au Danemark, concluant que la cause probable était attribuée à des changements "des modes d'exposition au soleil, notamment l'augmentation des voyages depuis les années 1960 et l'introduction et la généralisation des installations de bronzage en 1980".

Malgré une incidence élevée, les pays nordiques affichent des taux de survie au mélanome parmi les plus élevés de l'UE. Dans l'ensemble de l'Union, le taux de survie à cinq ans des patients atteints de mélanome est plus élevé en Europe occidentale et plus faible dans certains pays d'Europe de l'Est, reflet des "variations dans la prise en charge et le traitement du cancer".

"Il ne s'agit là que de la partie émergée de l'iceberg", écrit Ana-Maria Forsea, professeure au département de dermatologie oncologique de l'université de médecine et de pharmacie Carol Davila, en Roumanie, dans une revue scientifique en libre accès.

La base des disparités dans les taux de survie, note Ana-Maria Forsea, est due à des différences essentielles dans les sources et la disponibilité de l'accès à la prévention, au diagnostic précoce et à l'accès au traitement "et, ce qui n'est pas le moins important, à la disponibilité et à l'exactitude des données épidémiologiques".

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Nobel de médecine 2022 attribué au paléogénéticien suédois Svante Pääbo

Des soignants ukrainiens se forment en France à la médecine de guerre

Loubna Bouarfa : "L'intelligence artificielle peut rendre notre médecine plus proactive"