Les chèvres sur le marché d'Abidjan

Vidéo. Les musulmans de Côte d'Ivoire fêtent la Tabaski, mais le prix des chèvres a grimpé

 Les musulmans de Côte d'Ivoire étaient occupés à préparer la fête de la Tabaski, également connue sous le nom d'Aïd Al Adha dans d'autres parties du monde musulman.

 Les musulmans de Côte d'Ivoire étaient occupés à préparer la fête de la Tabaski, également connue sous le nom d'Aïd Al Adha dans d'autres parties du monde musulman.

À Abidjan, sur plusieurs marchés aux chèvres, les gens se sont rassemblés pour choisir une chèvre convenant à la fête.

Cette année, les acheteurs ont été préoccupés par les prix élevés des chèvres en raison de la situation au Mali et au Burkina Faso.

Les coups d'État militaires y ont provoqué l'instabilité et le terrorisme.

 Les vendeurs avaient l'habitude de faire venir des chèvres du Mali, du Burkina Faso et du Niger pour faire face à la forte demande en Côte d'Ivoire.

Ce n'est pas le cas cette année.

"Cette année, nous n'avons pas fait venir de chèvres du Mali, du Burkina Faso et du Niger", a déclaré Assane Diallo, vendeur de chèvres.

En conséquence, les prix de certaines chèvres ont grimpé pour atteindre le double du prix habituel.

42 % de la population ivoirienne est musulmane et célébrera la Tabaski le 28 juin.

Cette fête, également connue sous le nom de fête du sacrifice, est un événement joyeux célébré par les musulmans du monde entier.

Pendant la fête, les musulmans abattent le bétail et distribuent la viande aux pauvres.

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Dernières vidéos

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ