PUBLICITÉ

Où partir en expatriation ? Les plus et les moins des pays européens

Un seul pays européen figure parmi les dix premiers pays où il est le plus facile de s'installer en tant qu'expatrié.
Un seul pays européen figure parmi les dix premiers pays où il est le plus facile de s'installer en tant qu'expatrié. Tous droits réservés Humphrey Muleba
Tous droits réservés Humphrey Muleba
Par Rebecca Ann Hughes
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Un seul pays européen figure dans le top 10 des pays où il est facile de s'expatrier. En cause : une administration lourde et des problèmes de langue !

PUBLICITÉ

S'installer à l'étranger est devenu plus facile depuis la pandémie, grâce à l'essor du travail à distance. De nombreux pays européens ont mis en place des visas pour nomades numériques afin d'aider les expatriés à satisfaire aux exigences en matière de résidence et de fiscalité.

Pourtant, déménager dans un autre pays comporte encore de nombreux défis. L'une des étapes les plus importantes consiste à trouver un lieu qui corresponde à votre mode de vie et à vos besoins.

InterNations - une communauté mondiale de personnes qui vivent et travaillent à l'étranger - réalise des enquêtes auprès des expatriés. À partir des données de l'enquête Expat Insider 2022, InterNations a établi un classement des meilleures et des pires destinations pour expatriés.

Quels sont les pays européens où les expatriés peuvent le plus facilement s'installer ?

Le rapport a analysé 52 destinations dans le monde. Dans cette enquête, l'indice Expat Essentials révèle les lieux qui facilitent la vie à l'étranger et ceux qui la rendent plus difficile : il prend en compte par exemple la bureaucratie, la vie numérique et le logement.

Les trois premières destinations - Bahreïn, les Émirats arabes unis et Singapour - offrent une communication facile tout en posant un minimum de problèmes bureaucratiques.

En revanche, dans les pays situés en bas du classement, les expatriés se heurtent à des problèmes tels que la langue locale et le manque de numérisation.

L'Estonie est le meilleur pays européen où s'installer pour les expatriés

L'Estonie arrive en quatrième position dans le classement InterNations, ce qui en fait le meilleur pays européen.

Les expatriés affirment qu'il leur est facile de s'installer dans ce pays d'Europe de l'Est grâce à une administration et une bureaucratie aisées. Huit personnes sur dix ont estimé qu'il y était facile d'obtenir leur visa, alors que la moyenne mondiale est de 56 %.

Les expatriés rencontrent peu de difficultés avec les autorités locales et l'Estonie se classe en tête des 52 destinations pour la disponibilité des services gouvernementaux en ligne.

"J'aime beaucoup la facilité avec laquelle je vis ici", déclare un Britannique. "Les services sont généralement sans difficultés bureaucratiques et exigent moins de paperasserie qu'au Royaume-Uni."

Les participants à l'enquête apprécient également les possibilités de payer sans argent liquide et la facilité de l'installation de l'internet à haut débit à domicile.

En revanche, le pays est moins bien classé en ce qui concerne la langue et le logement, 61 % des répondants estimant que la langue est difficile à apprendre.

Malte frustre les expatriés par la médiocrité de son infrastructure numérique et de son administration

Aucun pays européen autre que l'Estonie ne figure parmi les dix premiers. En revanche, plusieurs pays européens se classent dans les dix derniers.

Les expatriés à Malte se heurtent à la bureaucratie, le pays se classant au dernier rang mondial pour l'administration.

Près de trois expatriés sur cinq estiment qu'il est difficile de traiter avec les autorités locales maltaises.

"Je n'aime pas la paperasserie, par exemple les difficultés pour obtenir un permis de conduireou ouvrir un compte à la banque !", déclare un Britannique."

Malte se classe en dernière position pour la facilité d'ouverture d'un compte bancaire local et est également très mal classée lorsqu'il s'agit pour l'accès à l'internet à haut débit à domicile.

L'île méditerranéenne a malgré tout aussi des bons côtés : près de deux tiers des expatriés estiment qu'il est facile de vivre à Malte sans parler la langue locale, l'anglais étant largement utilisé.

PUBLICITÉ

En France, les expatriés se heurtent à la langue et à l'administration

Selon l'enquête d'InterNations, l'un des plus grands défis pour les expatriés en France est la langue.

Presque deux fois plus de personnes que la moyenne mondiale estiment qu'il est difficile de vivre en France sans parler la langue locale.

"Le français est VRAIMENT difficile, même après toutes ces années, et sans lui, on est perdu", déclare un Grec.

Autre défi majeur pour les expatriés : l'administration. Plus de la moitié d'entre eux déclare qu'il n'est pas facile de traiter avec les autorités locales et 32 % trouvent qu'il est difficile d'ouvrir un compte en banque.

D'un autre côté, environ neuf expatriés sur dix jugent positivement les options de paiement sans argent liquide  et reconnaissent qu'ils ont un accès illimité aux services en ligne.

PUBLICITÉ

Les expatriés en Italie détestent la bureaucratie

Bien qu'elle soit une destination populaire, l'Italie est l'un des pires pays pour commencer à travailler à l'étranger.

Le pays obtient des résultats particulièrement mauvais pour son administration : plus de deux expatriés sur trois déclarent qu'il est difficile de traiter avec la bureaucratie locale.

L'Italie se classe également parmi les dix derniers pays pour l'ouverture d'un compte en banque et l'obtention d'un visa.

"La bureaucratie ici est extrêmement lourde, au point d'être ridicule, dans presque tous les aspects de la vie, de l'obtention d'un visa à celle d'un permis de conduire et au-delà", déclare un Américain.

Environ deux personnes interrogées sur cinq ne sont pas satisfaites de la disponibilité des services administratifs en ligne et 16 % d'entre elles ont du mal à obtenir un accès à l'internet à haut débit chez elles.

PUBLICITÉ

L'Allemagne est l'endroit le plus difficile pour démarrer en tant qu'expatrié

L'Allemagne se classe parmi les dix derniers dans trois des quatre sous-catégories : le logement, la vie numérique et la langue.

Les expatriés signalent qu'il est difficile d'y trouver un logement. "Il faut parfois jusqu'à trois mois pour trouver un logement, même temporaire", explique un Polonais.

Les expatriés ne s'en sortent guère mieux en ce qui concerne la langue : 46 % d'entre eux déclarent qu'il est difficile de vivre en Allemagne sans parler allemand.

Le manque de numérisation est un autre problème : 24 % des expatriés estiment qu'il est difficile d'obtenir un accès à l'internet à haut débit chez eux, tandis que 27 % sont frustrés par l'absence d'options de paiement sans argent liquide.

Bien que le pays s'en sorte un peu mieux dans la catégorie de l'administration, 52 % des personnes interrogées estiment toujours qu'il est difficile de traiter avec les autorités locales.

PUBLICITÉ

"Je déteste vraiment la bureaucratie allemande", déclare un Britannique. "Surtout le fait que rien n'est numérisé ! Il faut une éternité pour entrer en contact avec l'un des bureaux de l'administration locale afin de discuter des permis de séjour, et de tout le reste !"

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Excuse my French !

Covid : quelles sont les règles pour voyager en Europe ?

Efeler Way, en Turquie, un incontournable pour tous les randonneurs. Voici pourquoi