Le Brésil paralysé par la grève des routiers

Le Brésil paralysé par la grève des routiers
Tous droits réservés REUTERS/Rodolfo Buhrer
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'un des principaux syndicats de transporteurs routiers du Brésil a appelé vendredi à lever les barrages qui paralysent le pays depuis lundi après que le gouvernement a haussé le ton en mobilisant l'armée pour dégager les grands axes.

PUBLICITÉ

Dans un communiqué conjoint, les leaders des principaux syndicats du pays ont affirmé que "la décision du gouvernement de mobiliser l'armée comme instrument de répression" revenait à "tenter d'éteindre l'incendie avec de l'essence".

L'Association brésilienne des camionneurs (Abcam) s'est dite "inquiète de la sécurité des chauffeurs" et a demandé dans un communiqué "que les manifestations se poursuivent de façon pacifique, sans obstruer les voies", explique ce syndicat, qui revendique 600 000 routiers indépendants.

Le ministre de la Défense Joaquim Silva e Luna venait d'affirmer que l'armée agirait "de façon rapide, coordonnée et énergique (...) pour libérer la circulation dans des zones critiques" comme les raffineries et les aéroports. Le gouvernement a affirmé vendredi en fin de journée que 45% des barrages avaient déjà été levés. "La Police Routière Fédérale avait recensé 938 barrages, mais il n'en reste que 519", a assuré le ministre de la Sécurité publique Raul Jungmann.

Mais la situation demeurait extrêmement critique au cinquième jour de de cette grève pour protester contre la hausse des prix du diesel : vols annulés, stations-service à sec, supermarchés à cours de produits frais... Les prix du diesel ont fortement augmenté récemment en raison de la hausse du cours du pétrole et d'une nouvelle politique de tarifs de Petrobras, qui s'est alignée depuis la fin 2016 sur les cours internationaux.

Les problèmes majeurs d'approvisionnement causés par cette grève ont affecté l'ensemble de l'économie, dans cet immense pays qui n'a quasiment pas de réseau ferroviaire et où 60% du transport de marchandises s'effectue par la route.

Avec agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

NO COMMENT : le Brésil confronté à une épidémie de dengue sans précédent

No Comment : un père Noël noir dans une favela de Rio

Une catastrophe environnementale menace le Brésil