France : l'appel à l'embauche de demandeurs d'asile

France : l'appel à l'embauche de demandeurs d'asile
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les hôteliers et restaurateurs veulent réduire les délais administratifs

PUBLICITÉ

Près de 150 000 postes vacants dans l'hôtellerie et la restauration en France. C'est le chiffre mis en avant par le syndicat des professionnels pour appuyer sa demande : pouvoir embaucher plus vite des demandeurs d'asile et des réfugiés. Pour Alain Fontaine, propriétaire du restaurant "Le Mesturet" à Paris, c'est une vraie nécessité :

" Certains chefs d'entreprises, d'établissements hôteliers ou de restauration, sont soit obligés de fermer certains services, soit obligés de fermer certaines chambres dans leurs hôtels, parce qu'ils n'ont pas le monde pour gérer un service ou des chambres. Par conséquent, c'est frustrant au quotidien et c'est frustrant au niveau économique puisque vous avez là une main d’œuvre, vous avez un potentiel, vous avez des gens qui veulent travailler et de l'autre côté, vous ne pouvez pas, et donc on est puni deux fois. "

Bakary Kanoute est originaire du Mali. Arrivé en France, il a vécu dans la rue puis dans une famille d'accueil avant d'être embauché dans le restaurant d'Alain Fontaine au terme d'un long processus administratif. Actuellement, un demandeur d'asile doit attendre neuf mois après l'enregistrement de son dossier pour pouvoir travailler, un délai qui sera ramené à six mois avec la nouvelle loi asile-immigration. Mais le syndicat GNI-Synhorcat espère négocier avec le gouvernement une période plus courte encore, entre trois et quatre mois.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Notre-Dame : quatre ans après l'incendie, top départ pour la reconstruction de la flèche

A Venise, le combat permanent pour restaurer la basilique Saint-Marc, rongée par le sel

Des solutions aux principaux défis des marchés mondiaux du travail sont étudiées à Riyad