Centenaire 14-18 : se souvenir de l'enfer de Verdun

Centenaire 14-18 : se souvenir de l'enfer de Verdun
Par Vincent Ménard
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Emmanuel Macron s'est rendu ce mardi dans la nécropole et l'ossuaire de Douaumont, haut-lieu de mémoire de la Première Guerre mondiale.

PUBLICITÉ

C'est à la nécropole nationale de Douaumont, tout près de Verdun, qu'Emmanuel Macron a poursuivi ce mardi son itinérance sur les lieux de mémoire de la Première Guerre mondiale.

Le chef de l'Etat s'est recueilli au milieu des tombes de 16 142 soldats français tombés au champ d'honneur pendant la Grande Guerre.

Il s'est ensuite rendu au sein de l'ossuaire où reposent les restes de 130 000 militaires français et allemands morts durant ce qui devait être "la der des der".

Entouré de deux enfants, il a ravivé la flamme du souvenir dans un lieu qui est aussi le symbole de la réconciliation entre les ennemis d'hier.

C'est ici même, en 1984, que François Mitterrand et Helmut Kohl s'étaient recueillis main dans la main.

Plus tôt dans la journée, Emmanuel Macron avait visité l'un des huit villages de la Meuse totalement détruit pendant la bataille de Verdun et laissé à l'abandon depuis plus d'un siècle.

Fleury-devant-Douaumont, peuplé de 422 habitants en 1914, n'a cessé d'être repris par les Allemands et les Français.

Rasé par les bombardements et les combats, ce village a été déclaré "mort pour la France", mais un maire a toujours pour mission d'assurer l'entretien des lieux.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Macron rend hommage aux Poilus à Notre-Dame-de-Lorette

La bataille de Verdun, inégalée dans l'horreur

Il y a 100 ans débutait la bataille de Verdun