PUBLICITÉ

Canada : la langue française en recul dans l'Ontario ?

Canada : la langue française en recul dans l'Ontario ?
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des milliers de francophones ont manifesté samedi à travers l'Ontario pour protester contre la décision du gouvernement de cette province, la plus riche et la plus peuplée du Canada, d'annuler la construction d'une première université entièrement en langue française.

PUBLICITÉ

Ces Canadiens ne décolèrent pas et appellent à résister. Leur combat : une université entièrement en langue française dans la province de l'Ontario, la plus peuplée du pays, et plus largement la sauvegarde du français au Canada. Leur mobilisation dans une quarantaine de villes a rassemblé plusieurs milliers de personnes et reçu le soutien du Québec et de l'Acadie.

Cette université de 3000 étudiants devait voir le jour en 2020 à Toronto. Elle était très attendue par les 600 000 francophones de la province. Mais le Premier ministre de l'Ontario a enterré le projet le mois dernier pour des raisons budgétaires. "Inacceptable" pour la ministre fédérale des Langues officielles et le Premier ministre Justin Trudeau. Il s'est dit prêt à financer à hauteur de 50% ce projet d'université si l'Ontario revenait sur sa décision.

Pour de nombreux Francophones, l'annulation de la construction de cette université est vécue comme une attaque à l'encontre du français, l'une des deux langues officielle du pays. Son usage et son statut sont inclus dans la Constitution du Canada. Cette affaire rappelle la fragilité du français dans un territoire nord-américain largement anglophone . Sur 37 millions de Canadiens, 8 millions sont francophones.

avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Apprendre la langue russe : un défi !

​L'Union européenne et le Canada créent une alliance verte

Guerre en Ukraine : le Canada annonce une aide de 452 millions d'euros à Kyiv