DERNIERE MINUTE

La peste porcine africaine inquiète les Européens, les Danois érigent une barrière

La peste porcine africaine inquiète les Européens, les Danois érigent une barrière
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Contrer la peste porcine africaine, plusieurs pays européens s'y emploient, par tous les moyens, car c'est un fléau qui peut coûter cher.

Le Danemark vient par exemple de commencer à ériger une barrière sanitaire tout le long de sa frontière avec l'Allemagne (avec des accès tous les 500 mètres). Une mesure destinée à protéger les 5 000 élevages de porcs danois :

"Il en va de la sécurité de toutes les familles qui vivent près des industries de transformation de la viande de porc, il s'agit aussi d'assurer les revenus de toute une filière, 33 000 personnes vivent de l'industrie du porc ici", explique Mogens Dall de la Fédération agricole Landbo Syd.

Une mesure qui déplaît à l'Allemagne qui la juge inefficace, mais qui est suivie par d'autres pays, comme la France à sa frontière avec la Belgique. Une barrière de 30 km de long et d'un mètre 50 de hauteur est en train de s'élever à la frontière du département de la Meuse. Le ministre français de l'agriculture a ordonné la création d'une zone blanche tampon et l'abattage d'environ 500 sangliers en trois semaines.

L'armée française se mobilise avec les chasseurs pour écumer ces 300 hectares. L'objectif est de faire barrage le plus rapidement possible à ces sangliers alors que la Belgique procède à des abattages réguliers depuis la découverte d'un foyer de peste porcine en septembre dernier dans une région proche du Luxembourg.

Ces quatre derniers mois, 9 pays européens ont signalé des cas de fièvre porcine ou peste porcine africaine. Une épizootie qui trouve son origine en Europe de l'est où elle est réapparue il y a 5 ans.

En Pologne, 200 000 sangliers sont en cours d'abattage pour tenter d'enrayer la propagation de cette maladie mortelle pour la famille porcine et qui a déjà coûté 47 millions d'euros à Varsovie l'an dernier.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.