Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

The Brief from Brussels : la fermeté de l’Otan face à la Russie

Réunion de l'Otan à Washington
Réunion de l'Otan à Washington -
Tous droits réservés
REUTERS/Joshua Roberts
Taille du texte Aa Aa

C'est à Washington que les ministres des Affaires étrangères de l'Otan sont réunis pour évoquer la menace russe. Le secrétaire général de l'Alliance accuse Moscou de déployer des armes interdites par les traités internationaux. Jens Stoltenberg demande aux autorités russes de revoir leur stratégie. De nouveaux missiles pourraient toucher des villes européennes. Mais pour l’analyste militaire russe Alexander Golts les torts sont partagés. "Moscou et Washington se sont lancés dans une course à l'abandon du traité sur les forces nucléaires intermédiaires (INF)", assure-t-il.

Derrière l'unité affichée les Alliés divergent sur le retrait américain du traité. Pour l'Europe, les Etats-Unis ont agi trop vite. "Il y a beaucoup de critiques sur la politique américaine qui avance trop vite vers l'abandon du traité sur les forces nucléaires intermédiaires. Peut-être faudrait-il plus de temps pour la diplomatie", souligne Ian Lesser, vice-président du German Marshall Fund. Ces critiques sont toutefois rejetées par Washington.

Favoriser la vie de famille

Réconcilier la vie de famille et la vie professionnelle, c'est le sens du texte adopté ce jeudi par les députés européens. La législation prévoit un congé de paternité de 10 jours minimum, rémunéré à la même hauteur que des congés maladies. Le Parlement veut aussi plus de flexibilité de la part des entreprises à travers le télétravail ou des horaires plus souples pour les parents.

Un droit de plus pour les passagers

Un transporteur aérien est tenu d'indemniser ses passagers en cas de retard provoqué par un dommage sur les pneus de l'appareil causé par une vis sur la piste de décollage ou d'atterrissage. La Cour de justice de l'Union européenne déboute ainsi la compagnie allemande Germanwings qui refusait d'assurer une indemnisation faisant valoir qu'il s'agissait d'une circonstance extraordinaire. Mais les juges soulignent que les transporteurs ont des pneus de rechange dans tous les aéroports.

Conditionner les aides européennes

L'Union européenne pourrait couper les fonds européens. Le projet, adopté par les eurodéputés, prévoit de sanctionner ainsi les Etats membres qui interviennent dans les décisions de justice ou qui ne luttent pas suffisamment contre la corruption. La Commission pourrait alors suspendre les paiements ou réduire les financements anticipés. Une fois la situation résolue les institutions européennes pourraient rétablir les fonds.