EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Il découvre du plastique à 11 000 mètres de profondeur

Il découvre du plastique à 11 000 mètres de profondeur
Tous droits réservés ATLANTIC PRODUCTIONS FOR DISCOVERY CHANNEL
Tous droits réservés ATLANTIC PRODUCTIONS FOR DISCOVERY CHANNEL
Par Euronews avec AFP-AP-REUTERS
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’explorateur américain Victor Vescovo est descendu dans la fosse la plus profonde au monde, la fosse des Mariannes dans l’Océan Pacifique. S'il a répertorié de nouvelles espèces marines, il a aussi découvert des déchets.

PUBLICITÉ

L’exploit de Victor Vescovo. À bord de son sous-marin, cet explorateur américain est descendu à 11 000 mètres de profondeur, dans la fosse la plus profonde au monde, la fosse des Mariannes dans l’Océan Pacifique. Il a ainsi battu le record établi en 1960. Cet exploit a cependant été terni par la découverte de déchets, preuve que la pollution touche les endroits les plus reculés de notre planète.

"Ce n'était pas vraiment surprenant, même si cela était très décevant de constater que les humains polluent jusqu’au plus profond des océans. Quand je suis arrivé au fond, cela semblait très vierge, presque comme un paysage lunaire et j'ai vu des créatures marines. Mais en continuant à parcourir le fond, j’ai aussi aperçu ce qui ressemblait à de la matière synthétique. Je ne sais pas s’il s’agissait de plastique ou de métal, mais il y avait un côté tranchant et ce qui s’apparentait à une étiquette. Il y avait donc une contamination évidente ", raconte l'explorateur Victor Vescovo, chef de "Five Deeps Expedition".

L’explorateur espère que cette découverte permettra de sensibiliser un peu plus l’opinion publique au sujet de la pollution des océans et incitera les gouvernements à agir. Victor Vescovo a passé près de quatre heures seul dans son submersible. Il a aussi répertorié quatre nouvelles espèces. Des créatures prélevées au cours de l’expédition vont être à présent étudiées pour déterminer si elles présentent de traces de micro plastique. 

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Grèce : une mission pour sauver les eaux polluées d'Ithaque

Pacte vert, la pomme de discorde européenne

Journée de la Terre : exemple de lutte contre la pollution plastique au Guatemala