Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Accord entre civils et militaires au Soudan : un pas vers la démocratie ?

Accord entre civils et militaires au Soudan : un pas vers la démocratie ?
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Une étape importante vers la démocratie semble avoir été franchie au Soudan après la signature d'un accord de partage du pouvoir entre, d'un côté, les militaires, de l'autre, les leaders de la contestation. Ces derniers réclamaient avec insistance la mise en place d'un gouvernement civil depuis la fin du long règne d'Omar el-Béchir, il y a trois mois.

"Un moment historique"

A Khartoum, l'un des généraux au pouvoir, Mohammed Hamdan Daglo, a évoqué "un moment historique dans la vie du peuple soudanais", avant de saluer "une nouvelle ère prometteuse de collaboration entre les forces armées et les leaders de la contestation."

Après de longues négociations, plusieurs fois ajournées, les deux parties sont convenues de la mise place d'un Conseil souverain de transition, composé de cinq militaires et de six civils. Un succès pour l'opposition soudanaise :

"Sur toutes les terres du sud, du nord et de l'ouest du Soudan, nous célébrons une journée historique et saluons les martyrs qui ont sacrifié leur vie pour le pays", a déclaré Ibrahim al-Amin, l'un des leaders de l'alliance des Forces pour la liberté et le changement.

Les militaires réclament l'immunité totale

Si la "déclaration politique" est signée, les discussions sont encore loin d'être terminées et les points de tension subsistent. Les militaires ont notamment réclamé l'immunité absolue. Une exigence inacceptable pour les manifestants, alors que la répression brutale de ces derniers mois a fait plusieurs dizaines de morts.