DERNIERE MINUTE

Pologne : les conservateurs menacés

Pologne : les conservateurs menacés
Taille du texte Aa Aa

Sauf surprise, les conservateurs polonais du parti Droit et Justice devraient sortir largement en tête des élections législatives qui ont lieu ce dimanche, mais la majorité absolue pourrait néanmoins échapper aux conservateurs.

Selon les derniers sondages, l'électorat polonais et divisé en deux camps : 45 % en faveur de Droit et Justice et à peu près autant pour l'opposition, qu'elle soit au centre ou à gauche.

La participation au scrurtin sera décisive et déterminera si Droit et Justice peut ou non gouverner seul.

Pour le sociologue Jarolaw Flis, les partis faiseurs de roi sont la grande énigme de ces élections.

Jaroslaw Flis, sociologue : "Ce qui sera le plus intéressant le soir des élections, c'est la position des quatrième et cinquième partis, c'est eux qui détermineront avec qui la majorité pourra se former."

La gauche polonaise dénonce les attaques du Parti et Justice dirigées contre les minorités sexuelles et son alliance avec le clergé catholique.

Robert Biedron, co-leader de Lewica : "Nous voulons une Pologne ouverte, moderne et tolérante. L'égalité des chances en Pologne, pas de préférence partisane, seules la compétence et les qualifications sont les clés du succès. Telle est la vision de notre Pologne : un État providence moderne !"

Les Centristes reprochent au gouvernement d'avoir creusé les divisions au sein de la société et les affaires de corruption impliquant des hommes du pouvoir.

Grzegorz Schetyna, Coalition Civique : "Il faut reconstruire l'école, la diplomatie et l'armée polonaises, créer un système de santé moderne, reconstruire la fonction publique et des tribunaux indépendants - voilà le tableau de la catastrophe dans laquelle Kaczynsski a plongé la Pologne."

Bartosz Brzyski, politologue : "La Plateforme civique est dans la situation où elle doit répondre aux nouvelles idées et la nouvelle stratégie imposée par le gouvernement. De facto, la seule chose que que la Plateforme civique puisse faire, c'est de proposer ce que le gouvernement est en train de faire en y ajoutant de nouvelles promesses."

Au pouvoir depuis 2015, Droit et Justice s'appuie traditionnellement sur les couches les plus défavorisées des campagnes et promet en premier lieu d'augmenter les allocations et le pouvoir d'achat.

Jaroslaw Kaczynski, ancien Premier ministre polonais :"L'objectif qui est le nôtre et que nous avons mûri et de construire une version polonaise de l'Etat providence. Durant ce mandat et, si Dieu le veut et avec le soutien de la société, durant le prochain mandat, nous devons nous concentrer sur les augmentations des salaires."

Tomasz Ociepka, politologue : "Ce ne sont pas seulement les bénéficiaires des minima sociaux qui les soutiennent, ce sont aussi ceux qui ont vu leur niveau de vie augmenté. Droit et justice se positionne comme le garant de la classe moyenne."

Il faut à Droit et Justice 231 sièges à la Diète pour conserver la majorité absolue et gouverner seuls : l'objectif est réaliste mais l'opposition espère l'en empêcher.

Leszek Kabłak, Euronews : "Seule une forte mobilisation pourrait faire obstacle à cet objectif d'où les efforts du gouvernement et de l'opposition pour mobiliser l'électorat. Les résultats préliminaires sont attendus dimanche soir."

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.