DERNIERE MINUTE

Comment Copernicus aide les entreprises à affronter le changement climatique

Centrale solaire de Cestas, près de Bordeaux, France
Centrale solaire de Cestas, près de Bordeaux, France -
Tous droits réservés
ECMWF Copernicus / @Sebphoto.fr - Sebphoto
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Des viticulteurs d'aujourd'hui aux investisseurs du tourisme de demain, tous les secteurs de l'économie européenne vont devoir s'adapter aux défis posés par le changement climatique. Copernicus, le programme européen d'observation de la Terre, veut en être un acteur clé.

Alors que la nouvelle Commission d'Ursula von der Leyen compte mettre en place l'ambitieux plan européen de réduction des émissions de gaz à effet de serre, le réseau Copernicus propose en accès libre et gratuit des outils et des données satellites importantes. Elles sont en effet utilisées aussi bien par des scientifiques que par d'autres experts et professionnels dans des institutions et des agences météorologiques, et ce, dans le monde entier.

Les réanalyses météorologiques de Copernicus sont "essentielles car elles combinent modélisation informatique dernier cri et données satellites pour créer des bases de données cohérentes."

"Pour le grand public, il est un peu déroutant de voir toutes les applications possibles offertes par l'observation terrestre telle que nous la mettons en œuvre avec Copernicus. Cependant, notre volonté est de devenir un 'multiplicateur'", explique Vincent- Henri Peuch, directeur du Service de surveillance de l'atmosphère de Copernicus (intégré au ECMWF, le Centre européen de prévisions météorologiques à moyen terme).

"T_outes nos données sont totalement gratuites et ouvertes, ce qui signifie que tout le monde peut les utiliser pour développer des applications pour le grand public_", ajoute-t-il.

Freja Vamborg, scientifique au sein du Service changement climatique, explique également que l'utilisateur visé n'est pas le grand public. "Nous ciblons des intermédiaires, comme par exemple une société de conseil, et non l'utilisateur final lui-même comme un agriculteur ou un tour opérateur."

Stijn Vermoote, responsable du projet Copernicus au sein du ECMWF, tient le même discours : "Nous sommes un facilitateur". Il ajoute toutefois qu'après avoir fabriqué les "briques", ses équipes vont désormais s'appliquer à développer des produits et des applications plus adaptés aux besoins de différents secteurs.

A lire aussi : Copernicus, de l'espace au plus près de nous

Utiliser Copernicus : par où commencer ?

"Pour le grand public, il existe plusieurs plateformes web où explorer les données issues de Copernicus. Par exemple, DIAS, qui s'utilise sans avoir à télécharger de gros volumes de données, ou encore le Climate Data Store et sa boîte à outil (Toolbox)" détaille Mark Parrington, scientifique au Service de surveillance de l'atmosphère. "Il y aura quelque chose de similaire pour les produits sur la composition atmosphérique."

Pour les entreprises, à moins d'avoir les compétences en interne pour extraire et donner sens aux données disponibles, la première étape consiste donc à identifier les applis, services et sociétés qui fournissent déjà des applications adaptées à leur secteur.

Pour s'y retrouver, les sites web des différents services de Copernicus (changement climatique, atmosphère, terre, mer, urgences et sécurité) consistent un bon point de départ.

Le Climate Data Store (et bientôt celui sur l'atmosphère) compte parmi ses salariés une "petite équipe support dévouée", selon Stijn Vermoote, prête à aider et guider les entreprises et institutions.

C'est aujourd'hui la journée mondiale de la ville avec pour thème l'innovation pour une urbanisation durable. Les données de Copernicus fournissent des informations cruciales pour atteindre cet objectif.

Comment Copernicus aide déjà des entreprises

Dans les terroirs

Les viticulteurs de la région bordelaise en France utilisent des données satellite pour décider quand commencer les vendanges. Grâce à elles, ils mesurent la maturité du raisin, la santé, la masse ou encore l'homogénéité des vignobles.

Telespazio
Exemple d'images satellite utilisées par les viticulteurs de la région bordelaiseTelespazio

Ces images satellite peuvent aider à prendre des décisions concernant l'utilisation d'engrais ou de pesticides, ou encore de mesurer l'adaptation d'un champ à un type de culture en particulier.

Cependant, l'échelle locale reste indispensable. "Copernicus travaille à l'échelle planétaire et pan-européenne alors qu'en général les acteurs ont aussi besoin d'informations nationales, régionales ou locales."

Dans le domaine solaire

Surveiller et mesurer les niveaux de radiations solaires permet de nombreuses applications dans le domaine de l'agriculture mais c'est aussi, bien sûr, un facteur de prise de décisions dans celui de l'énergie solaire. De grandes sociétés comme la française Neoen utilisent les données fournies par le Service de surveillance de l'atmosphère de Copernicus pour décider où implanter de nouvelles centrales solaires ou de nouveaux parcs éoliens.
La startup française In Sun We Trust, quant à elle, propose à ses futurs éventuels clients en France de calculer la quantité d'électricité que leur toit équipé de panneaux solaires pourrait produire. L'Ecole des mines de Paris a aussi créé et publié sur un site dédié plusieurs applications à partir des données solaires disponibles.

www.soda-pro.com
Niveau moyen de radiations solaireswww.soda-pro.com

Mers et océans

Le Service marin de Copernicus fournit un large éventail de données sur la santé des océans, la météo et le climat. Selon un rapport de PricewaterhouseCoopers pour la Commission européenne, il s’agit du service qui a généré le plus de revenus directs pour les utilisateurs intermédiaires qui développent des applications à partir de ces données.

Surveillance de la pollution : des images de radars SAR sont utilisées pour détecter de possibles marées noires, jour et nuit, même par temps nuageux. Celles-ci peuvent être complétées par des acquisitions optiques, proposant des images détaillées...

Dans le secteur du tourisme

"Le tourisme est un autre secteur dans lequel les informations de Copernicus deviennent très utiles, à la fois pour les gens afin de décider où ils veulent aller mais aussi pour les investisseurs pour décider où développer de nouvelles structures dans un contexte de changement climatique" explique Vincent-Henri Peuch.

De nombreux offices du tourisme et sociétés de conseil gèrent leurs projets et fondent leurs choix d'investissement sur la base de données du service Changement climatique de Copernicus. Ce dernier proposera dans les mois à venir une série d'outils dédiés au secteur du tourisme.

Le changement climatique pourrait écourter les saisons de ski et avoir un impact sur le tourisme [...]. Les données du service Changement climatique de Copernicus sont utilisées pour aider les gérants de stations à s'adapter au risque.

Dans le domaine atmosphérique

Un autre exemple de l'utilisation des données du Service de surveillance de l'atmosphère de Copernicus sont les applications proposant des prévisions de niveaux de pollution, dont celui proposé par Euronews dans nos bulletins météo.

Cette année, pour la journée mondiale de la ville, nous montrons comment les données du service surveillance de l'atmosphère et celui du changement climatique peuvent aider les zones urbaines dans un futur proche et lointain.

Développement d'applications à partir des données de Copernicus

La création de nouvelles applications utilisant les données de Copernicus est un autre axe de développement important pour les entreprises. Parmi les exemples déjà disponibles, la qualité de l'air, les rayons UV ou la météo marine sont des domaines prisés.

Copernicus aide les startups et les entreprises par le biais d'un incubateur et d'un concours appelé Copernicus Masters. Il propose aussi des formations et séminaires partout en Europe et, en ligne, des cours et des ressources pour apprendre à utiliser ses services.

"Selon nous, il est très important de comprendre comment on peut transformer des données bruts en connaissances. Dans le futur, nous nous concentrerons plus sur l'implication des usagers," raconte Sitjn Vermoote. "Nous souhaitons connaître comment les utilisateurs finaux appréhendent notre produit et l'exploitent pour créer de la valeur pour leur activité."

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.