Un pont s'effondre en France, des véhicules plongent : deux morts

Agence Reuters
Agence Reuters
Par Joël Chatreau
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La rupture d'un pont a provoqué un drame ce lundi près de Toulouse, dans le sud-ouest de la France. Trois véhicules sont tombés dans le Tarn. Au moins deux personnes sont mortes dans l’effondrement de ce pont qui avait été inspecté en 2017 et 2018.

PUBLICITÉ

C'est un accident de la route rare qui s'est produit ce lundi matin dans le sud-ouest de la France. Un pont suspendu qui enjambait le Tarn s'est effondré soudainement après 8 heures, alors que trois véhicules étaient en train de le franchir. Une adolescente de 15 ans, qui circulait avec sa mère à bord d'une voiture, est morte - son corps a été repêché par les secours envoyés sur place -, sa maman a réussi à s'en sortir; elle "a pu être sauvée, notamment par des témoins", a indiqué le procureur de Toulouse, Dominique Alzéari. En fin d'après-midi, un second corps a été retrouvé, celui du chauffeur d'un poids lourd qui avait également chuté dans la rivière, très profonde à cet endroit, de plus de vingt mètres.  

Un troisième véhicule, un utilitaire, serait aussi tombé à l'eau. Des témoins qui se sont jetés à l'eau pour porter secours, et même des pompiers, ont été transportés à l'hôpital.

Un pont routier ancien, contrôlé fin 2018

L'ouvrage qui a cédé est ancien - il a été construit en 1931 -, sa structure est métallique, et il reliait les communes de Mirepoix-sur-Tarn et Bessières, situées dans le département de Haute-Garonne. Les causes de son effondrement ne sont pas établies pour le moment. Selon le Conseil départemental, qui est en charge de son entretien, "aucun problème de structure" n'a été détecté lors d'une inspection détaillée réalisée en 2017. Un contrôle aurait également eu lieu en décembre 2018.

Le gouvernement français a annoncé dans la journée le lancement d'une enquête par le Bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) pour déterminer les causes de l'effondrement du pont, qui sont "ignorées à cette heure" selon un communiqué du ministère de la Transition écologique et solidaire.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Elections européennes : les Républicains font campagne sur l'immigration à Menton

Paris se débarrasse-t-elle de ses migrants en vue des JO ?

Disparition du petit Emile : les ossements de l’enfant ont été retrouvés