DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le transport du futur vaccin, véritable défi logistique

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Le transport du futur vaccin, véritable défi logistique
Tous droits réservés  Jerica Pitts/AP
Taille du texte Aa Aa

Le développement d'un vaccin contre le Covid-19 a suscité l'espoir dans le monde entier. Mais il y aura encore des obstacles : comment administrer ces millions de doses ? Fraport, à l'aéroport de Francfort, travaille sur ce défi logistique depuis mars. Pour le vaccin développé par BioNTEch par exemple, la chaîne du froid ne doit pas être interrompue pendant le transport.

"Nous vérifions les processus de chargement des conteneurs directement chez le producteur, explique Joachim von Winning, directeur exécutif de Air Cargo Community Frankfurt. Ensuite, les conteneurs sont conduits dans un camion à température contrôlée jusqu'au tarmac, puis chargés directement dans l'avion : les ruptures et le temps pendant lequel les conteneurs sont finalement exposés aux influences environnementales sont minimes".

L'objectif est de fournir les centres de vaccination. Où le vaccin pourra être conservé au réfrigérateur cinq jours maximum.

L'aéroport de Francfort est un point d'expédition idéal, car de nombreux fabricants de vaccins se trouvent dans la région. Mais il reste un obstacle : il est impossible de charger un avion entier avec une cargaison refroidie à -70 à -80 degrés pour des raisons de sécurité.

"Lorsque nous serons à -70 degrés, estime Joachim von Winning, je suppose que nous aurons des vols mixtes : parce que nous ne pouvons pas remplir complètement un avion avec des conteneurs de glace carbonique. En effet, la glace carbonique est du CO2 gelé, qui est sublimé pendant le vol pour maintenir la température, c'est-à-dire qu'il repasse à l'état gazeux et que la concentration de CO2 à bord de l'avion augmente".

Tous les pays ne sont pas équipés pour faire face à une cargaison spéciale de glace carbonique. Ils ne sont que 25 dans le monde.

"L**es facteurs limitants sont en effet les capacités des aéroports des pays émergents, la disponibilité ou non d'installations de refroidissement suffisantes, poursuit Joachim von Winning. Dans ces pays, il est important de travailler en étroite collaboration avec les autorités, Les douanes de certains pays sont connues pour retenir les envois de produits pharmaceutiques pendant très, très longtemps et les mettre en danger."**

Une fois que les vaccins contre le Covid-19 seront approuvés, la limite sera le ciel. Fraport, à l'aéroport de Francfort, pourrait à lui seul expédier par avion plus de 10 millions de doses quotidiennes .